11e Institut d'été de jurilinguistique

DROIT(S), LANGUE(S) ET SOCIÉTÉ(S) / LAW(S), LANGUAGES & SOCIETY(IES)

16 juin 2017, Université McGill

La onzième édition de l’Institut d’été de jurilinguistique s’est tenue le 16 juin 2017 à l’Université McGill. Organisé par le Centre Paul-André-Crépeau de droit privé et comparé, en collaboration avec le Réseau des centres de jurilinguistique, l’événement a réuni plus de 130 participants et participantes provenant de différents horizons en lien avec la jurilinguistique.

Cette année, l’Institut portait sur le thème « Langue(s), droit(s) et société(s) ». Le programme scientifique de la journée a été organisé de façon à permettre la tenue de deux plénières et quatre ateliers, couvrant plusieurs thématiques grâce aux exposés des conférenciers et conférencières.

 

Dre Janny HC Leung, M. Javier Moreno-Rivero, Dre Juliette Scott, Mme Karine McLaren

La journée a été lancée par le mot de bienvenue de la directrice du Centre Crépeau, la professeure Yaëll Emerich. La première plénière, présidée par Mme Karine McLaren, fut l’occasion d’explorer les liens entre jurilinguistique et identité. Dre Janny HC Leung de l’Université de Hong Kong a présenté un premier exposé, The Nomos of Multilingual Law, sur les conséquences qu’entraîne la promulgation par un État d’un multilinguisme officiel. M. Javier Moreno-Rivero a abordé dans sa présentation Giving a Voice to the Unheard: Translation as a Mechanism of Shaping Linguistic Identity in Multilingual Legal Settings les défis linguistiques rencontrés dans les tribunaux en raison d’un manque d’expertise vis-à-vis de certaines langues moins fréquemment employées. Puis, Dre Juliette Scott, directrice du Legal Translation Hub (Institute of Advanced Legal Studies et Institute of Modern Languages Research, School of Advanced Study, Université de Londres, R.-U.), a présenté les défis que pose la traduction juridique lorsqu’extra-institutionnelle.

 

Me Michaël Lessard, Suzanne Zaccour, Florence Ashley Paré, Prof. Alexandra PopoviciPar la suite, deux ateliers étaient consacrés à la jurilinguistique et la diversité. Dans l’un d’entre eux, la professeure Alexandra Popovici voyait à la présidence de deux présentations. Me Michaël Lessard et Suzanne Zaccour, étudiante à la maîtrise en droit à l’Université de Toronto, ont mené une présentation sur la féminisation du lexique juridique et la féminisation syntaxique, pour une rédaction inclusive. Puis, Florence Ashley Paré, étudiante au LL.M. à l’Université McGill, a présenté sur l’invisibilité constitutive du sujet trans dans la législation au Québec. En parallèle, la professeure Lorena Sekwan Fontaine de l’Université de Winnipeg a exposé les enjeux liés à la protection des droits linguistiques des communautés autochtones, dans un atelier présidé par la professeure Kirsten Anker.

 

M. Jeff Staflund

 

En après-midi, deux ateliers ont été tenus sur la jurilinguistique et l’accessibilité. Présidé par Mme Laurence Endale, l’atelier de Me Stéphanie Roy, avocate et cofondatrice d’En Clair Service-Conseil Inc., portait sur les enjeux liés à la vulgarisation des documents légaux. Au même moment, Mme Aileen Clark présidait un autre atelier donné par M. Jeff Staflund, chef-interprète au Bureau de traduction du Nouveau-Brunswick à Fredericton, sur les défis liés au rôle de l’interprète à la Cour.

 

 

 

La dernière plénière, présidée par Me Laurence Bich-Carrière, Mme Karine McLaren, Me Érik Labelle Eastaugh, Dre Sandy LamalleMe Laurence Bich-Carrière, explorait les liens unissant jurilinguistique et égalité. Me Érik Labelle Eastaugh, avocat chez CazaSaikelay, s’est penché sur des jugements de la Cour suprême du Canada relatifs à l’égalité en matière de droits linguistiques. Puis, Mme Karine McLaren, directrice du Centre de traduction et de terminologie juridiques de l’Université de Moncton, a présenté une réflexion sur l’importance des méthodes de rédaction dans un contexte de bilinguisme législatif. Dre Sandy Lamalle, consultante internationale et chercheuse associée à l’Université Concordia, a proposé une réflexion sur les outils de la jurilinguistique au regard de cas pratiques relatifs à l’application des droits de la personne dans différents pays.

 

 

Le doyen Robert Leckey et l’Honorable Clément Gascon

 

L’Honorable Clément Gascon a conclu la onzième édition de l’Institut d’été en rappelant le rôle important de la jurilinguistique et en soulignant le travail essentiel de ceux et celles qui s’y consacrent. Le doyen Robert Leckey a remercié l’ensemble des personnes présentes et les a invitées à conclure la journée à un cocktail convivial. Les organisatrices, les responsables des centres membres du Réseau des centres de jurilinguistique ainsi que les participants et participantes ont exprimé leur enthousiasme à l’endroit de ce rassemblement annuel.

 

 

Vous pouvez consulter Icône PDF ici le programme de la onzième édition de l’Institut d’été de jurilinguistique.

L’Institut a été accrédité au titre de la formation continue obligatoire au Barreau du Québec et à la Chambre des notaires pour une durée de 5 heures.

Le Centre Crépeau tient à remercier le Ministère de la Justice du Canada pour son appui financier au moyen du Fonds d’appui à l'accès à la justice dans les deux langues officielles dans le cadre de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018.