Glossaire des termes

Agression sexuelle facilitée par l'alcool ou la drogue

Consommation d’alcool ou d’autres drogues pour neutraliser ou assommer intentionnellement une autre personne aux fins d’agression sexuelle Cela comprend un.e agresseur·e qui cible une personne qui est déjà en état d'ébriété.

Agression sexuelle par une connaissance

Une forme d'agression sexuelle dans laquelle la personne survivante a déjà une relation avec l'assaillant·e. L’assaillant·e peut être une personne que la personne survivante connaît à peine, par exemple l'ami·e d’un·e ami·e ou un premier rendez-vous, ou peut-être une personne que la personne survivante connaît bien, telle qu’un·e partenaire ou un·e ami·e proche.

Coercition

Une tactique utilisée pour intimider, tromper ou forcer une personne à avoir des relations sexuelles sans recourir à la force physique. Quelques exemples de coercition sont :

  • Faire constamment pression sur la personne et refuser d'accepter une réponse négative.
  • Impliquer que le sexe est dû en échange de faveurs financières, telles que payer pour un repas, des boissons ou des cadeaux.
  • Amener une personne à se sentir coupable de participer à des relations sexuelles (« si tu m'aimais, tu le ferais... »).
  • Acheter continuellement de l'alcool pour enivrer la ou les autres personnes.
  • Être émotionnellement manipulateur (« Je ne peux pas vivre sans toi... »).

Cyberviolence

La cyber-violence est un comportement en ligne qui constitue ou cause un préjudice contre l'état physique, psychologique et/ou émotionnel d'une personne ou d'un groupe. La cyber-violence comprend le cyber-harcèlement (par des inconnu·e·s et des partenaires abusives/abusifs), des avances non désirées, le harcèlement en ligne, le partage non consensuel d'images sexuelles, le vol d'identité et le partage d'informations privées. La cyber-violence peut se produire dans une multitude de contextes en ligne, tels que des babillards électroniques, des forums de discussion, des courriels, des annuaires en ligne, des recherches sur Google et, bien sûr, des sites de réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Tumblr, Instagram, etc.

Les comportements que permet la cyber-violence, notamment l'intimidation, le chantage, l'homophobie et la misogynie, existent hors ligne depuis longtemps. La portée et la longévité de la technologie en ligne, ainsi que l'anonymat relatif permis par le média, ont changé la nature et les conséquences de ces comportements.

Divulgation

Le fait de faire connaître de nouvelles informations dans le but de rechercher un soutien et/ou de l'information.

La violence fondée sur le genre

La violence fondée sur le genre (VFS) implique l'utilisation et l'abus de pouvoir et de contrôle sur une autre personne et est perpétrée contre une personne sur la base de son identité de genre, de son expression de genre ou de la perception de son genre. La violence à l'égard des femmes et des filles est une forme de violence fondée sur le genre. Elle a également un impact disproportionné sur les personnes LGBTQ2 (lesbiennes, gays, bisexuel·le·s, trans, queer, en questionnement, intersexes et bi-spirituel·le·s) et les personnes qui rejettent les normes de genre. Cela inclut la violence émotionnelle et psychologique, telle que la méprise intentionnelle du genre de la personne, la révélation intentionnelle de l'orientation sexuelle ou identité trans, et l'utilisation d'insultes liées au genre ainsi que la violence physique, sexuelle, structurelle ou systémique.

Violence interpersonnelle

Également appelé violence conjugale et violence domestique, c'est l'abus de pouvoir et de contrôle dans le cadre d'une relation passée ou actuelle qui met en danger le bien-être, la sécurité ou la survie d'une autre personne. La violence interpersonnelle peut se produire dans tout types de relations (p. ex. rencontres, relations à long terme, unions de fait, mariage, etc.). Cela peut également se produire entre colocataires et ami·e·s proches. Souvent, les comportements abusifs peuvent être difficiles à détecter car ils sont perpétrés de manière subtile et manipulatrice, en particulier dans les nouvelles relations, et souvent déguisés en actes d'amour et de sollicitude. La violence interpersonnelle commence généralement par une agression ou des abus émotionnels et/ou verbaux et peut parfois conduire à des actes de violence physique. Un·e partenaire abusive ou abusif utilisera différentes formes de violence pour maintenir le contrôle de sa relation ou le sentiment de pouvoir. Ce modèle s'appelle le cycle de la violence. Pour en savoir plus sur la violence interpersonnelle, les signes avant-coureurs et la façon d'aider une personne dans une relation abusive, consultez la section du site Internet du gouvernement du Québec sur la violence familiale.

Intersectionnalité

Popularisé par Kimberlé Williams Crenshaw dans les années 1980, le terme fait référence aux intersections entre les facettes de l'identité (voir aussi la localisation sociale) et les formes ou systèmes connexes d'oppression, de domination ou de discrimination. Les agressions sexuelles et le harcèlement touchent des personnes de tout âges, genres, orientations sexuelles, races et ethnies, statut socioéconomique et capacités physiques. Une approche intersectionnelle des agressions sexuelles et du harcèlement reconnaît que les individus appartenant à certaines identités et communautés marginalisées sont affecté·e·s de manière disproportionnée par les agressions sexuelles et le harcèlement. Les différents aspects de l'identité d'une personne façonnent son expérience d'agression sexuelle ou de harcèlement et la position des personnes survivantes dans la société a une incidence sur leur capacité à obtenir de l'aide et sur la manière dont d'autres personnes interpréteront et communiqueront une divulgation.

Non directionnel

Une forme de soutien qui donne aux individus le pouvoir de prendre des décisions et d’avoir recours, en fournissant des informations sur les options et les ressources disponibles, sans encourager ou décourager l’utilisation de certaines options et ressources par rapport à d’autres.

Viol

En 1983, le Code criminel du Canada a été modifié pour remplacer, entre autres, les infractions de viol et d'attentat à la pudeur par trois nouvelles infractions de violence sexuelle dans les sections 271, 272 et 273 du code. Ces amendements mettent l'accent sur la nature violente plutôt que sexuelle des infractions. En plus d'élargir la définition, la nouvelle législation précisait que les hommes ou les femmes pouvaient être victimes d'agression sexuelle et que le/la conjoint·e d'un·e victime pouvait être accusé·e d'agression sexuelle.

Culture du viol

Une culture dans laquelle les idéologies dominantes, les images médiatiques, les pratiques sociales et les institutions encouragent ou tolèrent, implicitement ou explicitement, la normalisation de la violence sexuelle masculine et le blâme des victimes. Dans une culture de viol, des agressions sexuelles, des viols et la violence sexiste sont ignorés, banalisés, normalisés et/ou transformés en plaisanteries et divertissements.

Porter plainte

À McGill, c'est l'acte d'informer une personne ayant le pouvoir de sanctionner un·e présumé·e auteur·e d'actes de violence sexuelle afin d'entamer une procédure disciplinaire ou administrative.

Vengeance porno

La distribution de photos et/ou de vidéos nues et/ou sexuellement explicites d'une personne sans son consentement. Dans de nombreux cas, les images ou les séquences sont obtenues par un·e partenaire lors d’une relation et postées après une rupture. Les messages peuvent également être créés par des connaissances, des ancien·ne·s partenaires ou des pirates informatiques qui piratent les dispositifs électroniques personnels de quelqu'un.

Espace (plus) sûr

Zone ou forum où sont énoncées des normes contre (certaines formes) d'exclusion, de discrimination et d'oppression Un espace (plus) sûr confronte l'oppression et à la discrimination.

Agression sexuelle

Une agression sexuelle est tout acte de nature sexuelle commis dans des circonstances dans lesquelles une personne n'a pas librement consenti ou donné son accord. L'agression sexuelle comprend tout contact physique non désiré de nature sexuelle, par exemple des baisers et des attouchements non désirés, des rapports sexuels forcés et/ou des relations sexuelles orales.

Consentement sexuel

Consentir, c'est accepter volontairement, sans contrainte, de se livrer à une activité sexuelle. Le consentement doit être donné chaque fois qu'une activité sexuelle est proposée. Lorsqu'une personne consent à une activité sexuelle, ce consentement ne sera pas automatiquement appliqué à de futures pratiques sexuelles. Le consentement à un acte ne signifie pas l'acceptation de tous les actes sexuels. Le consentement peut être retiré à tout moment. Une personne n'est pas capable de consentir à des activités sexuelles lorsqu'elle est handicapée par l'alcool ou les drogues, est inconsciente ou qu'une personne abuse d'une relation de confiance, de pouvoir ou d'autorité (par exemple entre un professeur et son étudiant·e).

Harcèlement sexuel

Toute communication sexuelle non désirée ou toute attention offensante, intimidante ou humiliante, sous forme verbale, écrite ou visuelle Cela peut inclure la violence psychologique, la violence verbale, la manipulation et la coercition.

Slut-shaming

Le slut-shaming (de l'anglais « slut » (salope) et « shame » (honte) - Acte de critiquer une femme pour son activité sexuelle réelle ou présumée, ou pour son comportement qu'on associe à son activité sexuelle réelle ou supposée.

Emplacement social

Un terme qui désigne à la fois la manière dont on se situe et qu'on est situé·e par d’autres en fonction de la position qu’on occupe dans la société. Les lieux sociaux comprennent l'âge, le genre, la race, la culture, l'ethnie, les capacités, la religion, la classe / statut socio-économique, l'orientation sexuelle et / ou le statut de citoyenneté. Il fait référence à la manière dont ces différentes positions se croisent et fonctionnent de manière structurelle (vues de la société; politiques sociales); institutionnel (services de santé et services sociaux; écoles); communauté (quartiers; centres communautaires); et niveau personnel.

Harcèlement

Le harcèlement; le fait de suivre et/ou de harceler une autre personne de manière délibérée et malveillante ; une forme de harcèlement criminel en vertu de l'article 261 du Code criminel du Canada. Cela peut impliquer de suivre à plusieurs reprises une personne, de surveiller sa maison, de communiquer avec elle de manière répétée et /ou des menaces envers elle ou sa famille. Voici des exemples de comportement de harcèlement criminel :

  • Communication continue, directement ou indirectement, avec la personne. Cela peut inclure d’appeler au téléphone, des messages répétés via texte ou les réseaux sociaux, des lettres répétées ou le vol de courrier.
  • Suivre à plusieurs reprises une personne. Cela peut inclure surveiller la personne, la suivre, se présenter à son domicile, à son travail ou lieu d'études sans y être invité·e, être présent à des fêtes ou à des événements où la/le harceleuse ou harceleur sait que la personne sera. Le/la harceleur ou harceleuse peut également suivre une personne connue de la personne.
  • Essayer de séduire la personne dans une relation en envoyant constamment des fleurs, des bonbons, des lettres d'amour, etc.
  • Tourner en intimidation et comportements menaçants lorsque la personne refuse les avances importunes du ou de la harceleur·e. Cela peut inclure vandaliser le domicile ou la voiture de la personne, laisser des jetons pour informer la personne qu'elle est surveillée, des menaces directes ou indirectes pour la sécurité de la personne ou celle de ses proches.

Stealthing

Le « stealthing » (du mot anglais « stealth », furtif), désigne l'enlèvement délibéré et secret d'un préservatif pendant les rapports sexuels, lorsque le consentement du partenaire n'a été donné que pour les rapports sexuels protégés par un préservatif.

Personne survivante/victime

Les deux termes sont utilisés pour désigner une personne qui a été agressée sexuellement. Dans les années 70 et 80, les défenseur·e·s et les militant.e.s d'Amérique du Nord qui œuvraient au soutien des victimes d'agression sexuelle ont encouragé le remplacement du terme « victime » par le terme « survivant·e». Le terme « survivant·e » est le plus couramment utilisé en Amérique du Nord. Il s’agit généralement de mettre l'emphase de le pouvoir et la résilience, tandis que le terme « victime » désigne la personne comme étant victimisée par un·e autre et se concentre sur des éléments indépendants de sa volonté. « Victime » est couramment utilisé dans le système judiciaire (par la police et au tribunal) et est le terme le plus utilisé dans les médias. Il possible qu'une personne soit à la fois une personne survivante et victime en fonction de son expérience. Des raisons personnelles, culturelles et sociopolitiques peuvent influencer qu'une personne s'identifie avec l'un ou l'autre terme.

Centré sur la personne survivante

Une forme de réponse à la violence sexuelle qui vise en priorité à soutenir la personne survivante et à protéger ses droits L'approche vise également à aider les personnes ayant subi une agression à définir leur propre expérience.

Blâme des victimes

Acte de blâmer un incident d'agression sexuelle sur la personne survivante à la place de la personne qui l'a commise. Le fait de blâmer la/le victime peut être très implicite. Par exemple, recommander de ne pas porter de vêtements révélateurs, de voyager seul·e la nuit ou de sexter implique que de tels actes provoquent une agression sexuelle. Une réponse qui ne blâme pas la victime reconnaît que les personnes choisissent de violer l'intégrité physique des autres et que ces personnes sont les seules responsables de ces choix.

Nous reconnaissons que l’Université McGill est située sur des terres non cédées qui ont toujours servi de lieu de rencontre et d’échange entre divers peuples autochtones. Les Kanien'kehà:ka / Peuple du silex (Mohawk), nation fondatrice de la confédération des Haudenosaunee/Peuple des longues maisons (Iroquois), sont reconnu·e·s comme les gardien·ne·s traditionnel·le·s des terres et des eaux.

Back to top