Pour les personnes survivantes

Le terme « survivant·e » est utilisé sur notre site web pour décrire toute personne qui a vécu un acte non voulu de nature sexuelle. Chaque personne a le droit de s'identifier avec le terme qui correspond le mieux à son expérience ou sans terme du tout.

Nous sommes ici pour t'aider, que l'incident se soit produit récemment ou non, et nous honorerons ton processus de guérison individuel. Voici comment nous pouvons t'aider :

Services de soutien

Nous proposons des interventions gratuites en cas de crise et du counseling en cas de crise à court terme pour t'aider à t'orienter dans ton processus de guérison. emilie.marcotte [at] mcgill.ca (Prend un rendez-vous) ou passes à tout moment pendant nos heures d'ouverture.

Nous offrons aussi des activités de soutien pour les personnes survivantes :

  • Yoga sensible au trauma
  • Thérapie de groupe

Coordination des ressources

Chaque personne survivante a des besoins différentes. Nous travaillerons avec toi pour déterminer ce qui te convient le mieux. Nous pouvons t'aider à :

  • Accéder aux services de soutien sur et hors campus, y compris les services médicaux, psychologiques ou émotionnels
  • Coordonner des mesures de sécurité et planifier ta sécurité personnelle
  • Obtenir des accommodements (scolaire, logement, emploi)

Assistance au signalement

La décision de signaler ou non un incident t'appartient entièrement. Nous pouvons t'aider à comprendre les processus de signalement - que vous envisagiez de le faire via les canaux du campus ou les services de police - afin que tu puisses choisir ce qui te convient le mieux.

Si tu choisis de signaler, nous pouvons t'accompagner tout au long du processus.

Nous reconnaissons que l’Université McGill est située sur des terres non cédées qui ont toujours servi de lieu de rencontre et d’échange entre divers peuples autochtones. Les Kanien'kehà:ka / Peuple du silex (Mohawk), nation fondatrice de la confédération des Haudenosaunee/Peuple des longues maisons (Iroquois), sont reconnu·e·s comme les gardien·ne·s traditionnel·le·s des terres et des eaux.

Back to top