COVID-19

Lisez notre foire aux questions afin de découvrir les ressources offertes aux professeurs et aux employés.

Santé mentale

À l’image de la santé physique, la santé mentale fait partie intégrante du bien-être général. Se soucier de sa santé mentale a une incidence positive sur tous les aspects de la vie quotidienne. Comme nous avons tous la responsabilité de prendre soin de notre santé physique, nous devons aussi travailler au maintien de notre santé mentale. Sur la présente page, nous avons regroupé des ressources, des conseils et des astuces, sous forme de liste, dans l’espoir que cette documentation vous aide à veiller à votre santé mentale.

L’Université McGill s’engage aussi à promouvoir la santé mentale en soutenant le Programme d’aide aux employés (PAE), un service confidentiel de renseignements, d’aide psychologique et de référence, à la disposition des employés, de leurs conjoint(e)s et de leurs enfants à charge.

Si vous estimez vivre des difficultés liées à votre santé mentale, ou si vous avez simplement besoin de parler à quelqu’un, nous vous encourageons à utiliser les services du PAE. Si vous êtes en détresse ou si une personne de votre entourage souffre, nous vous prions de ne pas vous murer dans le silence; il existe de l’aide.


Comprendre la maladie mentale

La maladie mentale peut être difficile à comprendre parfois. Ce qui la rend en partie difficile à cerner, c’est qu’elle est invisible. Contrairement à un pied cassé, il n’est pas possible de voir la maladie mentale. Il est ainsi d’autant plus important de s’informer quant à la nature de la maladie mentale, sur ses répercussions sur nous et notre entourage, et sur le bon moment pour demander de l’aide et où trouver de l’aide. 

Qu’est-ce que la maladie mentale?

Les maladies mentales sont des problèmes de santé qui ont à la fois des répercussions sur la façon dont nous nous percevons, sur nos relations avec les autres et sur nos interactions avec le monde qui nous entoure. Ces maladies influencent nos pensées, nos sentiments, nos capacités et nos comportements. La dépression et le trouble anxieux sont les maladies les plus courantes. La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que les maladies mentales se soignent.

Les personnes diagnostiquées avec un problème de santé mentale sont souvent stigmatisées et sont fréquemment victimes d’une forme de ségrégation. En fait, plusieurs personnes vivant avec un problème de santé mentale ou une maladie mentale ne demanderont pas d’aide par peur d’être étiquetées (comme étant paresseuses, non productives, folles, etc.) ou par crainte de perdre leur emploi.

La stigmatisation est peut-être un stéréotype négatif, mais elle est aussi la dure réalité de nombreuses personnes vivant avec une maladie mentale. Pour ces dernières, le jugement des autres est l’un des obstacles majeurs à surmonter pour vivre une vie épanouie et enrichissante. Il est possible de mettre fin à la peur et à l’incompréhension en nous renseignant davantage sur les maladies mentales.

Pour approfondir votre compréhension de la maladie mentale, consultez la page Comprendre la maladie mentale sur le site de l’Association canadienne pour la santé mentale. 

Selon les experts en médecine, une personne sur cinq souffrira d’une forme de maladie mentale au cours de sa vie, et pratiquement tout le monde sera touché par la maladie mentale d’une manière ou d’une autre par l’entremise de la famille, des amis ou des collègues. Pourtant, malgré tout, il existe une réticence à parler des problèmes de santé mentale. Engagez la conversation.

Les mythes courants sur la maladie mentale

Parmi les mythes courants, mentionnons (une gracieuseté de l’Association canadienne pour la santé mentale) :

Mythe nº 1 : Les maladies mentales ne sont pas de vraies maladies.

Faits : Les mots que nous employons pour décrire les maladies mentales ont radicalement changé à travers le temps. Ce qui n’a pas changé, toutefois, c’est le fait que les maladies mentales ne doivent pas être confondues avec les hauts et les bas de la vie. Les maladies mentales causent de la détresse, elles ne disparaissent pas d’elles-mêmes et sont de véritables problèmes de santé pouvant être soignés avec un traitement efficace. Si une personne se fracture le bras, nul ne s’attendra à ce qu’il « en revienne, tout simplement »! Pareillement, personne ne reprochera à cette même personne d’avoir besoin d’un plâtre, d’une attelle ou d’une autre forme d’aide au quotidien pendant sa convalescence.

Mythe nº 2 : Les maladies mentales ne me toucheront jamais.

Faits : Nous serons tous, d’une manière ou d’une autre, touchés par la maladie mentale. Les chercheurs scientifiques estiment qu’au moins un Canadien sur cinq souffrira d’une forme de maladie mentale au cours de sa vie. Il est possible que vous ne souffriez pas personnellement d’une maladie mentale, mais il est fort probable qu’un membre de votre famille, un ami ou un de vos collègues vivra des difficultés s’y rapportant.

Mythe nº 3 : Les maladies mentales ne sont que des excuses pour justifier un mauvais comportement.

Faits : Il est vrai que ceux qui souffrent de maladies mentales peuvent avoir des gestes ou des comportements qui semblent inattendus ou étranges pour leur entourage. Nous devons nous souvenir que c’est la maladie qui cause ces gestes et non pas la personne qui en est responsable. Personne ne choisit de vivre une maladie mentale. Quand une personne constate un changement dans son comportement, attribuable à la maladie mentale, elle peut se sentir honteuse et embarrassée par rapport aux autres. Il est aussi vrai que lorsqu’une personne a des antécédents de maladie mentale, elle peut se conduire comme n’importe qui d’autre : elle n’est pas à l’abri de faire des choix irréfléchis ou d’agir de façon inattendue pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les symptômes de sa maladie.

Les problèmes de maladie mentale touchent les Canadiens de tous les âges, sans égard au sexe, à la culture, à la scolarité et au revenu. Il est temps de démystifier les idées fausses sur la maladie mentale et de distinguer la fiction de la réalité.

Pour lire d’autres mythes courants sur la maladie mentale, consultez le site de l’Association canadienne pour la santé mentale

Faits saillants

Le saviez-vous? 

  • Deux (2) personnes sur trois (3) souffrent en silence, par peur du jugement et du rejet. (Association médicale canadienne)
  • Chaque semaine, plus de 500 000 Canadiens n’iront pas au travail pour une raison liée à la maladie mentale. (Commission de la santé mentale du Canada)
  • Pouvez-vous vous imaginer sortir de la maison tous les jours en sachant qu’il s’agit de l’opinion que les gens ont de vous?
  • Seulement 49 % des Canadiens ont déclaré qu’ils auraient des contacts sociaux avec un ami qui vit une maladie mentale grave. (Association médicale canadienne)
  • Une fois que la dépression a été diagnostiquée, l’aide dispensée peut améliorer les conditions de vie de 80 % des personnes touchées, et leur permettre de retourner à leurs activités habituelles. (Association canadienne pour la santé mentale)
  • Au cours d’une année, un Canadien sur cinq sera touché par un problème de santé mentale ou une maladie mentale (Association canadienne pour la santé mentale). Cela signifie que chaque famille au Canada sera touchée, d’une manière ou d’une autre par cette réalité, par l’entremise d’un parent, d’un ami ou d’un collègue.

Ressources sur le bien-être mental

  • Ami-Québec fournit de l’information sur la maladie mentale et les traitements, sur les programmes et les groupes de soutien, en plus de mettre à la disposition du public des ressources et des publications (bulletins d’information).
  • L’Institut universitaire en santé mentale Douglas
  • L’Association canadienne pour la santé mentale offre des conseils sur une foule de sujets variés, notamment sur le stress, la santé mentale des enfants et le vieillissement.
  • Le site Web de la Financière Manuvie comporte une foule de renseignements importants sur la santé mentale en milieu de travail. Regardez la vidéo (en anglais) pour en apprendre plus.
  • Check Up From The Neck Up [Bilan de santé du cou jusqu’à la pointe des cheveux] : Ce bilan de santé mentale en ligne est simple et confidentiel. Il permet de déterminer les symptômes des troubles de l’humeur les plus courants. Ainsi, vous pourrez demander de l’aide si vous en avez besoin. En consultant ce site, vous pourrez aussi en apprendre davantage sur les troubles de l’humeur, avoir accès à des ressources pour vous aider ou pour venir en aide à des parents et des amis (en anglais).

Mettre fin à la stigmatisation

Pour de nombreuses personnes, la stigmatisation qui entoure la maladie mentale complique la recherche d’un traitement nécessaire et peut rendre les choses difficiles, même impossibles au moment de suivre le traitement. Les comportements et les perceptions doivent changer. Pour obtenir de plus amples renseignements, regardez la vidéo (en anglais) du projet Mental Illness Stigma Project [Projet sur la stigmatisation de la maladie mentale]

Cinq moyens de mettre un terme à la stigmatisation

1. Faites attention à ce que vous dites
Les mots peuvent être une source de réconfort... mais ils peuvent aussi blesser. Soyez soucieux des mots que vous employez. Des commentaires comme « Il te suffit de relaxer », « Ne t'en fais pas, tu vas t’en remettre », peuvent être perçus comme étant moralisateurs.

2. Informez-vous
Les mythes qui perdurent sur la maladie mentale contribuent à la stigmatisation. Apprenez à connaître les faits.

3. Soyez gentils 
Les petits gestes de gentillesse valent mille mots. Traitez les gens qui vivent avec une maladie mentale avec la même gentillesse que vous auriez envers d’autres malades. Souriez amicalement, offrez votre aide, donnez un coup de fil ou rendez-leur visite. Même si la personne n’a pas le goût de parler, le fait de savoir que vous vous souciez d’elle lui permettra de se sentir moins seule.

4. Soyez à l’écoute puis posez des questions 
Parfois, il vaut mieux juste écouter. Offrez votre soutien. Faites preuve de compassion. Ne minimisez pas la maladie d’une personne. Au lieu de cela, vous pouvez dire : « Je suis navré d’entendre tout ça, c’est sûrement une période difficile pour toi.  Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour t’aider? »

5. Parlez-en 
Engagez le dialogue, mais ne vous lancez pas dans un débat. Brisez le silence. Mentionnez comment la maladie mentale nous touche tous directement, d’une manière ou d’une autre, parfois par l’entremise d’un ami, d’un parent ou d’un collègue. Continuez à avoir des conversations banales, c’est-à-dire comme lorsque vous parlez avec un ami, un parent ou un collègue. Personne ne souhaite être jugé en raison de signes de détresse ni ressentir que son problème de maladie mentale détermine toute son individualité.


Comment se porte votre santé mentale?

Prenez le temps d’évaluer votre propre bien-être mental

« La santé mentale va bien au-delà de la simple absence de maladie mentale. Elle se définit par un état général de bien-être et de santé physique et mentale. Or, la capacité de garder une bonne hygiène de santé mentale dans la société au rythme trépidant d’aujourd’hui où le stress est omniprésent pose tout un défi. » − Peter Coleridge, chef de la direction de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) à l’échelle nationale.

Bien que cela pose un défi, en raison de nos vies occupées, il demeure essentiel de nous accorder des occasions de prendre une grande respiration au cours de la journée et d’évaluer de façon lucide notre état émotif.

Jeux d’auto-évaluation

Évaluez votre bien-être mental en tirant parti de l’aide offerte par l’Association canadienne pour la santé mentale. Les jeux-questionnaires ci-dessous vous permettront de réfléchir à vos forces et de déterminer les éléments liés à votre santé mentale qui gagneraient à être améliorés.

Conseils pour une bonne santé mentale

Pour garder une bonne santé mentale, vous devez appliquer les mêmes principes qu’au maintien de votre santé physique : vous devez y accorder un peu d’énergie chaque jour. Jetez un coup d’œil aux conseils quotidiens pour conserver une bonne santé mentale. Il faut se souvenir que de petites actions concertées finissent par créer un effet global significatif.

Une bonne condition physique aide le corps à demeurer en bonne santé. Pareillement, une bonne condition mentale favorise l’atteinte et le maintien d’une bonne santé mentale. Évaluez votre santé émotionnelle régulièrement. Tenez compte des exigences particulières et des sources de stress que vous vivez. Évaluez dans quelle mesure elles ont une incidence sur vous. Donnez-vous la permission de prendre une pause et vous en récolterez les bienfaits, notamment sur le plan de la vigueur et de la confiance. Jetez un œil aux diverses idées simples afin de conserver une bonne santé mentale

Équilibre de vie

La santé mentale consiste à trouver le juste équilibre entre toutes les facettes de votre vie : sociale, physique, spirituelle, économique et mentale. Parfois, il se produit un déséquilibre parce que nous favorisons trop une facette de notre vie par rapport aux autres. Le cas échéant, il est nécessaire de retrouver un équilibre. Votre équilibre de vie est unique. Pour cette raison, votre défi est d’apprendre à conserver cet équilibre pour demeurer en bonne santé mentale. Pour en savoir plus, regardez la vidéo produite par l’Association canadienne pour la santé mentale (texte en anglais).

Nous sommes tous susceptibles de vivre des moments de stress, d’épuisement, des problèmes de santé, des conflits et des difficultés de la vie qui mettent à l’épreuve nos stratégies d’adaptation en matière de santé mentale. Certaines personnes peuvent :

  • avoir du mal à effectuer des tâches qui ne posaient aucune difficulté auparavant;
  • vivre des conflits malgré leur capacité à résoudre des différents par le passé;
  • se sentir dépassées par des idées répétées sur ce qui a été dit ou fait malgré leur capacité de détachement antérieure;
  • ressentir de l’anxiété (ou de l’appréhension) soutenue qui ne disparaît pas facilement.

Vous trouverez, ci-dessous, des moyens de conserver votre équilibre (ou de vous aider à le retrouver) : Garder l’équilibre dans votre vie.


La pleine conscience et le stress

La présente section propose des ressources pour vous aider à lutter contre les sources de stress au quotidien par l’entremise de la pleine conscience et de la méditation.

Gestion du stress

La promotion de la pleine conscience par la méditation

Il existe plusieurs formes différentes de méditation qui peuvent vous aider à être plus calme et détendu, ainsi qu’à avoir plus d’énergie. Il est même possible de les mettre en pratique à votre bureau.​

Voici quelques vidéos (en anglais) pour apprendre des techniques afin de réduire la tension et le stress (gracieuseté du Réseau universitaire de santé, Toronto).

  1. Introduction : Apprenez comment ces techniques peuvent vous aider à combattre le stress (en anglais).
  2. Réponse de relaxation : Une forme de méditation simple pour le corps par la respiration en pleine conscience. L’exercice permet de réduire le stress et d’entraîner une relaxation
  3. Gestion du stress : Un exercice de respiration de trois minutes qui peut être utilisé avant, pendant ou après une expérience stressante afin d’en atténuer l’incidence sur le corps et l’esprit (en anglais).
  4. Relaxation profonde : Une pratique de 15 minutes pour réduire le stress et les troubles du sommeil qui permet de cultiver l’état de conscience et l’état méditatif (en anglais).

Apprendre à calmer l’esprit permet de prioriser les valeurs essentielles, d’aider à la prise de décision et, si possible, d’apprendre à faire de meilleurs choix. Ce qu’il y a de plus beau dans tout ce processus, c’est qu’il est possible de le mettre en pratique n’importe où, par tout le monde et en tout temps. Seuls 15 minutes de silence et un espace de repos suffisent. Lisez davantage sur le sujet ici : MindSpace.

Apprenez en plus sur la pleine conscience avec Nancy Heath, Ph. D.

Regardez la présentation Mindfulness-learning to live in the moment [Apprendre la pleine conscience pour vivre l’instant présent] (en anglais) par Nancy Heath, Ph. D. (Département de psychopédagogie et de psychologie de l’orientation de l’Université McGill). ​

 


Camillo Zacchia, Ph. D., de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas

Camillo Zacchia, Ph. D., est psychologue clinicien et conseiller supérieur au Bureau d’éducation en santé mentale de l’Institut Douglas. M. Zacchia rédige un blogue intitulé Psychospeak with Dr Z. (en anglais) et publie des chroniques dans le journal Métro deux mardis par mois.

Prenez connaissance des présentations ci-dessous et du site Web de Camillo Zacchia.

Santé mentale et bien-être : trouver le nirvana

Dans la présentation Mental Health and Wellbeing: Finding Nirvana in a Cup of Coffee [La santé mentale et le bien-être : trouver le nirvana dans une tasse de café] (en anglais), le M. Zacchia explique pourquoi certaines personnes semblent toujours heureuses et équilibrées. Vous apprendrez comment les sentiments de joie sont attribuables à la perspective adoptée par rapport au monde; la façon de trouver l’équilibre entre la vie professionnelle, sociale et personnelle; le moyen de tirer des leçons des erreurs, mais aussi des réussites.

Apprendre sur la dépression et l’épuisement

Pour connaître les symptômes et les causes de l’épuisement, regardez la présentation de M. Zacchia, At the end of my rope [au bout de mon rouleau] (en anglais).

Lisez aussi le billet de blogue de Camillo Zacchia sur l’épuisement (en anglais) pour en savoir plus.

Back to top