Laurance Ouellet Tremblay

Titre(s) académique(s): 

Professeure adjointe

Coordonnées
Adresse de courriel: 
laurance.ouellettremblay [at] mcgill.ca
Biographie: 

Laurance Ouellet Tremblay est professeure de création littéraire au Département de langue et de littératures françaises depuis 2018. Sa thèse portait sur l’engendrement par la parole chez Hervé Bouchard, Pierre Perrault et Hector de Saint-Denys Garneau, et examinait la manière dont ces poétiques offrent une scène d’apparition à l’altérité de la langue. Ses recherches actuelles se concentrent sur ce qu’elle nomme « la part de scandale » de la parole créatrice, c’est-à-dire l’inévitable aliénation que le langage suppose au cœur de l’invention et avec laquelle l’écrivain.e négocie dans la fabrique de l’écriture. Elle a publié deux recueils de poésie et un récit aux éditions La Peuplade.  

 

Domaines 

  • Théories et pratique de la création littéraire
  • Littérature québécoise des XXèmeet XXIème siècles
  • Poésie québécoise contemporaine 
  • Théories de la parole
  • Psychanalyse
  • Ekphrasis

​​

Diplôme(s): 

Maîtrise en études littéraires (UQAM)

Doctorat en études littéraires (UQAM) 

 

Publications (sélection): 

Monographies

Henri de ses décors, Saguenay, La Peuplade, 2018, 84 p. 

salut Loup!, Saguenay, La Peuplade, 2014, 94 p. 

Était une bête, Saguenay, La Peuplade, 2015 [2010], 88 p. 

 

Direction de numéros de revue 

Marc-André Cholette Héroux et Laurance Ouellet Tremblay (dir.), Moebius, « Tous les serpents connaissent le goût des fruits », no 157, mars 2018, 133 p.  

Lucie Bourassa et Laurance Ouellet Tremblay (dir.), Voix et Images, « Poétiques de la parole : le parler dans l’écrit », UQAM, vol. XLIII, no 1 (127), automne 2017, 168 p. 

Marc-André Cholette-Héroux et Laurance Ouellet Tremblay (dir.), Moebius, « Ses plaisirs n’ont pas de remède et ses joies restent sans espoir », no 153, hiver 2017, 96 p. 

 

Articles et parties de livres

« La partition codée de mon désir », Délier les lieux, recueil collectif sous la direction d’Hector Ruiz, Montréal, Triptyque, printemps 2018, à paraître. 

« Entre le pocailleet le poète : la ruse de l’écrivain dans le scénario commenté de La bête lumineuse de Pierre Perrault », Voix et Images, UQAM, vol. XLIII, no 1 (127), automne 2017, p. 57-67. 

« Une soirée chez Thomas (là où la ruse ne suffit pas) », Femmes rapaillées (anthologie), Montréal, Mémoire d’encrier, 2016, p. 133-136. 

« Jonathan Lamy ou le fulgurant désir d’être touché », Inter, art actuel, no 144, « Poésie autre », été 2013, p.57-58.