Cours et séminaires

  Cours 2019-2020  |  Séminaires 2019-2020

Cours communs 

FREN 222 - Introduction aux études littéraires

Prof. Isabelle Arseneau

Automne

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS

Cours obligatoire et réservé aux étudiant-e-s des programmes de spécialisation et de concentration majeure, et des concentrations mineures option études et pratiques littéraires et option traduction du Département de langue et littérature françaises. Le cours doit être suivi en U1.

CONTENU

Ce cours d’introduction propose un retour sur les notions de base de l’analyse littéraire et les exercices indispensables à la recherche en littérature (le commentaire composé, la bibliographie critique, la rédaction d’une problématique et d’un travail d’analyse et de recherche). Il se veut aussi une invitation à réfléchir à l’objet même des études littéraires et aux notions indispensables qui les fondent : l’auteur, le texte et le lecteur (ou la production, la transmission et la réception des œuvres). Tout au long du trimestre, nous nous familiariserons également avec les instruments de recherche spécialisés (ressources disponibles dans les bibliothèques, répertoires bibliographiques imprimés et électroniques, présentation matérielle des travaux, etc.).

FORMULE PÉDAGOGIQUE

Les cours prendront la forme d’exposés magistraux et d’exercices faits en classe.

LECTURES OBLIGATOIRES

En plus de suivre le cours et d’effectuer les travaux demandés, les étudiant-e-s s’assureront d’avoir lu toutes les œuvres énumérées ci-dessous. Ces lectures sont obligatoires et seront matière à examen.

  1. Marie de France, Lais, éd. Karl Warnke et trad. Laurence Harf-Lancner, Paris, Librairie générale française / Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 1990 (édition obligatoire).
  2. Béroul, Tristan et Yseut, dans Tristan et Iseut, Les poèmes français. La saga norroise [extraits], éd. et trad. Philippe Walter, Paris, Librairie générale française/ Le livre de Poche, coll. « Lettres gothiques», 1989) (édition obligatoire).
  3. François Rabelais, Pantagruel, éd. V.–L. Saulnier et Marie-Madeleine Fragonard, Paris, Pocket, 1997 (édition obligatoire).
  4. Molière, Les femmes savantes, éd. Georges Couton, Paris, Gallimard, coll « Folio classiques », 2013 (édition recommandée).
  5. Jean Racine, Phèdre, Paris, Bordas, coll. « Univers des Lettres », 1985 (édition recommandée).
  6. Voltaire, Dictionnaire philosophique, Paris, Flammarion, coll. « GF », 1993 (articles choisis).
  7. Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Paris, Gallimard, coll. « Folio Plus classiques, no 17 », 2004 (édition recommandée).
  8. Honoré De Balzac, Le Père Goriot, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les classiques de Poche », 2004 ; ou : éd. Félicien Marceau, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1999 (éditions recommandées).
  9. Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. Thierry Laget, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2001 ; ou : Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les Classiques de Poche », 1972 (éditions recommandées).
  10. Gérard Bessette, Le Libraire, Montréal, Éditions Pierre Tisseyre, 1983 [1960] (édition recommandée).
  11. Anne Hébert, Les Fous de Bassan, Paris, Seuil, coll. « Points » 1998 [1982] (édition recommandée).
  12. Gaston Miron, L’Homme rapaillé, Montréal, L’Hexagone, 2005 ; ou : Montréal, Typo, coll. « Poésie », 2005 [1970] ISBN : 9782892951462 ; ou : éd. Marie-Andrée Beaudet, Paris, Gallimard, coll. « Poésies », 1999 (éditions recommandées).
  13. Patrick Chamoiseau, Solibo Magnifique, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1991 (édition obligatoire).

Les œuvres seront disponibles à l’été 2019 à la librairie Le Port de tête (262 Avenue du Mont-Royal Est, 514-678-9566).

Lecture complémentaire

Une lecture supplémentaire choisie parmi les suivantes (votre travail d’analyse et de recherche portera sur l’œuvre retenue) :

  1. Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion ou le Roman d’Yvain, éd. et trad. de David F. Hult, Paris, Librairie générale française / Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 1994.
  2. François Villon, Poésies, éd. et trad. Jean Dufournet, Paris, Flammarion, coll. « GF », 1992.
  3. Montaigne, Essais, Livre I, éd. Alexandre Micha, Paris, Flammarion, coll. « GF », 1969.
  4. Molière, L’Avare, éd. Georges Couton, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2013.
  5. Guilleragues, Lettres portugaises, Flammarion, coll. « GF », 2009.
  6. Voltaire, Dictionnaire philosophique, Paris, Flammarion, coll. « GF », 1993.
  7. Émile Zola, Nana, éd. Auguste Dezalay, Le Livre de Poche, coll. « Les classiques de Poche », 2003.
  8. Francis Ponge, Le Parti pris des choses, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1967, p. 204.
  9. Assia Djebar, Femmes d’Alger dans leur appartement, Paris, Albin Michel, 1980.
  10. Monique Proulx, Les Aurores montréales, Montréal, Boréal, coll. « Compact », 1997 [1996].
  11. Geneviève Desrosiers, Nombreux seront nos ennemis, Montréal, L’Oie de Cravan, 1999.
  12. France Daigle, Petites difficultés d’existence, Montréal, Boréal, 2002.

ÉVALUATIONS

Exercices 25 %

Bibliographie critique 15 %

Travail d’analyse et de recherche 30 %

Contrôles de lecture 30 %

FREN 444 - Questions de littérature moderne (Comment devient-on moderne?)

Prof. Isabelle Daunais

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Cours réservé et obligatoire pour les étudiants des programmes de Spécialisation et de Double spécialisation (option Études et pratiques littéraires), de Concentration majeure (option Études littéraires) et de Concentration majeure (option Pratiques littéraires).

Contenu

L'idée de «modernité» traverse tout le XIXe siècle littéraire (et esthétique) et se poursuit jusqu’au début du XXe siècle, la définition du terme variant cependant selon les époques et les écrivains. Synonyme de romantisme chez Hugo, elle devient un concept esthétique à part entière avec Baudelaire puis une nouvelle façon de penser la littérature avec Flaubert et Rimbaud et une nouvelle conception du monde et de la vie avec le XXe siècle naissant. Malgré cette diversité, la modernité repose toujours sur le sentiment d'une époque nouvelle, distincte du passé, exigeant du sujet qu'il redéfinisse les liens qui l'unissent à la fois à ce qui le précède et à ce qui lui est contemporain. La modernité, en cela, serait toujours active. Il s'agira d'étudier, dans ce cours, de quelle façon la littérature devient moderne, c'est-à-dire à la fois se transforme et pense sa transformattion. Par là même, le cours permettra d'étudier les principales définitions de la modernité du début du XIXe siècle jusqu'au premières décennies du XXe siècle, les enjeux qui les sous-tendent, de même que ses formes et ses motifs les plus récurrents.

Formule pédagogique

Cours magistral.

Lectures obligatoires

Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale.

Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris.

Arthur Rimbaud, Illuminations.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann

Nathalie Sarraute, L'ère du soupçon.

Un recueil de textes photocopiés («Course pack») disponible à la librairie de l’Université.

En plus de suivre le cours et d’effectuer les travaux demandés, les étudiants devront lire les œuvres d'une liste de lectures complémentaires, qui seront fixées au début du semestre. Ces lectures complémentaires sont obligatoires et seront matière à examen.

Évaluation

Tests écrits (2) (30 %)

Un travail d’analyse et de recherche (40 %)

Un examen (30 %)

FREN 464 - Mémoire de spécialisation

Professeurs du département

Automne et hiver

Cours obligatoirepour lesétudiants en dernière année de Spécialisation ou Double-Spécialisation (option Études et pratiques littéraires). Le cours est réservé aux étudiants du DLLF et une autorisation départementale est requise. Aucun crédit ne sera accordé à moins de réussir le FREN 464D1 et le FREN 464D2 suivis en séquence.

Contenu

Ce cours sous tutorat consiste en la préparation d'un travail de recherche et d'analyse de 25-30 pages (maximum 40), en plus d'une bibliographie, qui dresse un état présent et développe une problématique particulière sur un sujet de critique littéraire (mouvement, genre, auteur), de théorie littéraire, de traduction ou de création, avec un point d'ancrage en littérature d'expression française. 

Le projet de recherche individuel en création ou en traduction comporte deux volets: une réflexion théorique ou une analyse critique, et le texte de création ou la traduction elle-même, répartis selon la même procédure et suivant le même calendrier que le projet de recherche individuel en critique littéraire.

Formule pédagogique et échéancier

Dès le début du semestre, l'étudiant doit choisir un professeur et entreprendre sous sa direction l'élaboration de son projet de recherche individuel.  Lors d'une première rencontre, le professeur expliquera ce qu'est le projet de recherche individuel, précisera les modalités d'évaluation, suggérera des champs de recherche, etc.

Par la suite, lors des rencontres suivantes, le professeur verra avec l'étudiant à circonscrire un sujet, à formuler une problématique de la façon la plus précise possible, à délimiter le corpus, à mettre au point l'approche critique la plus appropriée pour son objet d'étude, à établir un plan et à dresser la bibliographie. Chaque étudiant sera encadré par le professeur qu'il aura choisi, tout au long de l'année universitaire, depuis le choix du sujet jusqu'à l'évaluation du projet de recherche.

Au plus tard cinq semaines après le début des cours, l'étudiant remet au professeur le titre provisoire du projet de recherche, le sujet décrit dans ses grandes articulations (une page) et une courte bibliographie indicative. Ce premier travail écrit compte pour 10% de la note finale.

Au milieu du semestre d'automne, l'étudiant remet au professeur une bibliographie d'une dizaine de pages établie à partir d'un dépouillement bibliographique systématique (corpus primaire, corpus secondaire (articles, livres des commentateurs) et corpus théorique) en indiquant les instruments utilisés pour constituer la bibliographie et en spécifiant les années consultées pour chaque répertoire. Le professeur voit à ce que la bibliographie soit la plus complète possible et présentée selon les normes bibliographiques prévues dans le protocole de présentation matérielle des travaux. La bibliographie compte pour 15% de la note finale.

Au début du semestre d'hiver, l'étudiant remet au professeur la description la plus précise possible du sujet (titre provisoire, identification du corpus, formulation de la problématique et des hypothèses) ainsi que de la méthode adoptée, accompagnée d'un plan détaillé (3-5 pages) du projet. Ce travail compte pour 15% de la note finale.

Au cours des deux semestres, les rencontres individuelles entre le professeur et l'étudiant ne sont pas prévues selon un horaire fixe; elles ont plutôt lieu en fonction des besoins de l'étudiant.

La version finale du projet de recherche, accompagnée d'une bibliographie sélective, doit être remise au professeur à la mi-mars.

L'évaluation du travail final, qui compte pour 60% de la note finale, porte tant sur le contenu que sur la forme.

À la fin des cours, en avril, le professeur remet le travail commenté avec la note à l'étudiant lors d'une rencontre individuelle.

Outils de travail

(1) Beaud, Michel. L'art de la thèse, Montréal, Boréal, 1988.
(2) Chevrel, Yves. L'Étudiant-chercheur en littérature. Guide pratique, Paris, Hachette, coll. « Hachette Supérieur », 1992.
(3) Létourneau, Jocelyn. Le Coffre à outils du chercheur-débutant. Guide d'initiation au travail intellectuel, Toronto, Oxford Univ. Press, 1989.

 

Évaluations

Description succincte du projet - 10%
Bibliographie - 15%
Description du sujet et de la méthode, plan détaillé - 15%
Travail final - 60%

Qu'il s'agisse d'un travail en création, en traduction ou en critique littéraire, la répartition de la note s'effectue selon les mêmes modalités.

L'évaluation porte sur la maîtrise du sujet et la connaissance du domaine étudié, sur la bonne utilisation des ressources et sur la qualité du style et de la forme.

Les 6 crédits rattachés à ce cours sont octroyés sur obtention d'une note globale minimale de "B" ou 70%.

Tout retard dans la remise d'un travail (aux différentes étapes) entraîne une pénalité de 2 points par jour de retard.

FREN 595 - Séminaire avancé de recherches (Les romans du poète)

Prof. Pascal Brissette

Hiver : vendredi (9h35-12h25)

Préalables, restrictions et cours conjoints

Cours réservé aux étudiants de U3 en spécialisation et aux étudiants de M.A.

Contenu

Depuis Corinne et Illusions perdues jusqu’à La vie devant soi; depuis Le beau risque et Salut Galarneau! jusqu’au Petit aigle à tête blanche, le poète a constitué, pour les romanciers français et québécois, un type particulier de la galerie littéraire. Présenté tantôt comme le porteur de l’idée pure dans un univers dégradé, tantôt comme un naïf incapable de comprendre le monde tel qu’il va, tantôt encore comme un fat ou un intarissable bavard, le poète fictif est, dans les romans qui le mettent en scène, le vecteur de questions de différents ordres. Les unes se rattachent à la représentation de l’univers social et de l’espace public au sein du roman de la vie littéraire, et à la place qu’y occupe l’écrivain fictif, en l’occurrence le poète. Quelle valeur est attribuée à la littérature et à la poésie au sein du monde romanesque? Quelle place y est faite à la singularité créative? Comment la littérature compose-t-elle avec les médias? Quelle réception est réservée à la parole du poète (dans les scènes de récitation poétique ou de lancement de livres, par exemple)? D’autres questions tiennent au caractère réflexif du roman qui prend la littérature comme objet de discours et qui offre ses acteurs — et leurs interactions — en représentation : qu’est-ce que le roman dévoile du « champ littéraire » contemporain et des tensions qui y ont cours? Le poète fictif a-t-il le même statut dans le roman français et dans le roman québécois? Enfin, il conviendra de s’arrêter aux questions qui concernent les rôles et identités du romancier et du poète. Pourquoi le roman s’intéresse-t-il à la poésie et qu’a-t-il à dire des fils et petits-fils d’Apollon? De quelle manière rejoue-t-il les stéréotypes du poète et les mythes de la poésie? En retour, qu’est-ce que le roman du poète, par ce qu’il dit de la parole poétique, révèle (parfois en creux) de la parole, de l’art et du pouvoir du romancier?

La première partie du séminaire sera l’occasion de discuter de notions théoriques comme celles, entre autres, d’« imaginaire social » (Castoriadis, Popovic), de « stéréotype » (Amossy), de « figurations romanesques » (GREMLIN), de « scénographie auctoriale » (Diaz), de roman du code et de roman de la parole (Belleau). Ces discussions seront alimentées par la lecture d’une demi-douzaine de romans québécois. La deuxième partie du séminaire sera consacrée aux exposés des étudiants. Une trentaine de minutes seront accordées à chacun pour traiter d’une problématique de son choix et pour proposer l’analyse d’un roman (québécois ou français).

Formule pédagogique

Exposés magistraux, conférences, exposés des étudiants et discussions.

Lectures obligatoires

Recueil de textes polycopiés.

Les lectures obligatoires seront précisées au début du cours.

Évaluation

- Un exposé oral: 35%

- Un travail écrit de 15 à 20 pages : 50%

- Participation au cours: 15%

Études littéraires 

Théorie littéraire

FREN 335 - Théories littéraires 1

Prof. Diane Desrosiers

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Cours réservé aux étudiants du Département des littératures de langue française, de traduction et de création.

Contenu

Dans ce cours d’introduction aux grands courants de la théorie et de la critique littéraires, nous allons d’abord débusquer quelques préjugés et lieux communs relatifs à la rhétorique. Nous rappellerons que c’est à travers l’apprentissage et la maîtrise de cet art du discours que les lettrés, notamment les écrivains, ont appris à composer leurs textes sous l’Ancien Régime et que c’est en partie contre les prescriptions rigides de celle-ci que les auteurs romantiques se sont élevés. Nous verrons comment cet art de la persuasion au moyen de la parole s’est élaboré et transformé à travers les siècles jusqu’à nous, depuis la théorisation qu’en a proposée Aristote, le développement de cet héritage hellénique chez Cicéron et Quintilien, son rejet au XIXe siècle alors que les classes de rhétorique disparaissent du cursus universitaire français et sa réémergence sous de nouvelles configurations au milieu du XXe siècle (Barthes, Perelman et Tyteca, Genette et groupe Μυ). Nous préciserons en quoi consistent les trois genres du discours (délibératif, judiciaire et démonstratif), les composantes de l’oratio (invention (logos, ethos, pathos), disposition, élocution, mémoire et prononciation) ainsi que les exercices préparatoires à la déclamation. Enfin, depuis quelques décennies, les ramifications de la rhétorique dans de nouveaux champs d’application, tant disciplinaires (musique, arts visuels, études féministes, etc.) que géographiques (traditions amérindienne, asiatique, africaine, etc.), interrogent les a priori d’un modèle universaliste et hégémonique fondé sur la définition classique et occidentale de la rhétorique et appellent une reconceptualisation de celle-ci. Nous nous proposons donc de dégager les principaux enjeux d’ordre épistémologique de ces contributions à l’histoire des « rhétoriques ».

Formule pédagogique

Exposés magistraux.

Lectures obligatoires

Sélection de textes disponibles en ligne.

Évaluation

Tests (2) :15% et 20%
Travail écrit individuel (1) : 30%
Examen final (1) : 35%

FREN 422 - Le métier d’écrivain-e (l’exigence du langage) ***NOUVEAU***

Prof. Laurance Ouellet Tremblay

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun

Contenu

Pourquoi l’écrivain-e choisit-il-elle d’écrire plutôt que de peindre, de danser ou de filmer? Et pourquoi choisit-il-elle d’investir un genre (fiction, poésie, nouvelles) plutôt qu’un autre? Voici les questions de départ de ce cours où nous tenterons de cerner les spécificités et les exigences du métier d’écrivain-e. Que permet le langage lorsqu’il devient un matériau de création? Qu’impose-t-il à l’artiste en tant que discipline artistique?

Suivant un parcours composé de séances magistrales, de conférences d’écrivain-es, mais aussi d’éditeurs-trices et de libraires venu-es partager leur expérience concrète de l’écriture, de l’édition, ainsi que leur vision de la littérature québécoise, ce cours tentera de cerner ce qu’il en est du métier d’écrivain-e de nos jours au Québec.

Formule pédagogique

Séances magistrales, conférences, rencontres individuelles

Lectures obligatoires

Extraits de textes théoriques et littéraires remis par la professeure.

Évaluation

  • Travail de mi-session portant sur la démarche spécifique d’un ou d’une écrivain-e québécois-e contemporain-e (5 à 7 pages) (35%)
  • Travail final consistant en une réflexion théoriquement documentée sur le métier d’écrivain-e (10 à 12 pages) (50%)
  • Participation en classe (15%)

FREN 425 - Traduction et culture (Traduction et transmission du savoir)

Prof. Jane Everett

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun.

Contenu

Quel rôle la traduction joue-t-elle dans la transmission du savoir? Cette question servira de fil directeur à nos lectures et à la réflexion que nous mènerons dans ce cours, qui fera appel à un corpus théorique et critique varié.

Formule pédagogique

Cours magistraux; activités de groupe.

Lectures obligatoires

FREN 425 – Traduction et culture, recueil de textes (« Course Pack »), disponible à la librairie de McGill (680, rue Sherbrooke Ouest).

Évaluation

À déterminer.

FREN 496 - Savoirs de la littérature (Les Anciens et les Modernes : les Querelles de l’imitation)

Prof. Normand Doiron

Automne

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS :

Aucun

CONTENU :

La question qui pourrait définir la Renaissance, soit le renouveau des lettres grecques et latines de l'Antiquité ; la question littéraire par excellence, qui définit aussi bien le classicisme, et qui finit par conduire à la plus importante querelle de l'Ancien Régime, la Querelle des Anciens et des Modernes : c'est la question de l'imitation, de l'imitation ostentatoire à l'imitation qu'on dira « adulte » (qui établit un dialogue pour ainsi dire muet avec les lecteurs), de l'imitation des Anciens à l'imitation de la nature, de l'Idée platonicienne au génie individuel que l'artiste doit contempler à l'intérieur de lui-même. D'Érasme à La Fontaine, de Delmino à Racine, l'imitation prend diverses formes.

Dans une société où l'idée romantique d'originalité n'a pas de place, quelle est la part de celui ou de celle qui crée, comment définir son rôle vis-à-vis des grandes autorités de l'Antiquité ? L'imitation se trouve à l'arrière-plan de toute l'esthétique occidentale ; sans elle, même l'art moderne s'avère difficilement compréhensible.

FORMULE PÉDAGOGIQUE :

Cours magistral, forte incitation à la participation.

LECTURES OBLIGATOIRES :

Cahier de cours disponible au Bookshop de l'Université.

ÉVALUATION :

10 % Présentation du travail écrit (1 page), avec un titre précis, une bibliographie d'une dizaine de titres étroitement liés au sujet.

20 % Bref exposé (15 min.) portant sur le même sujet que le travail écrit

30 % Examen écrit, en classe.

40% Travail écrit sur un sujet directement lié au cours (10 pages).

Œuvres et courants

FREN 250 - Littérature française avant 1800

Prof. Frédéric Charbonneau

Automne

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS :

Aucun préalable.

CONTENU :

Introduction à l’histoire de la littérature française, des origines à la fin du XVIIIe siècle : périodes, mouvements, institutions, genres, œuvres et auteurs déterminants, contexte social et culturel. Le cours a pour but de familiariser les étudiants avec la dimension historique du phénomène littéraire et de leur fournir les bases indispensables à l’interprétation des œuvres anciennes. Une attention particulière sera portée aux problèmes de la tradition et de la modernité.

FORMULE PÉDAGOGIQUE :

Cours magistral.

LECTURES OBLIGATOIRES :

Chrétien de Troyes, Le chevalier de la charette (Lancelot).
Rabelais, Gargantua.
Ronsard, Les Amours.
Lafayette, La Princesse de Clèves.
Molière, Dom Juan.
Voltaire, Candide.
Rousseau, Les Confessions.

ÉVALUATION :

Tests (2) : 20% et 30%

Examen "formal" : 50%

FREN 252 - Littérature québécoise

Prof. Jane Everett

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Introduction à la littérature québécoise des origines à nos jours. Aperçu des grandes périodes et des courants principaux. Présentation de quelques auteur·e·s et textes importants et analyse d’œuvres représentatives.

Formule pédagogique

Cours magistraux; activités de groupe.

Lectures obligatoires

  • FREN 252 – Littérature québécoise, recueil de textes (« Course Pack »), disponible à la librairie de McGill (680, rue Sherbrooke Ouest).

Évaluation

À déterminer.

FREN 315 - Cinéma québécois

Prof. Alain Farah

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun

Contenu

Ce cours propose un panorama du cinéma québécois où seront retracées les trajectoires thématiques, cinématographiques et idéologiques d’un échantillon de films réalisés entre 1951 et aujourd’hui. Il s’agira de comprendre, souvent en se servant de la littérature comme d’un point de départ, la «situation» et les choix de quelques réalisateurs et réalisatrices (Gilles Groulx, Jean-Claude Lauzon, Paule Baillargeon, Anne Émond) en regard des paradigmes esthétiques et idéologiques de leur époque. L’objectif de ce cours consiste à développer des connaissances générales sur l’histoire du cinéma québécois tout en portant un regard critique sur la pratique sociale du septième art d’ici et ses liens à la littérature québécoise et à l’histoire du Québec.

Formule pédagogique

Cours magistraux, analyses d’extraits de films, participation à un festival, conférence d’une réalisatrice, apprentissage et recherche par expérience communautaire (optionnel).

Lectures obligatoires

  • Louis Hamelin, La constellation du lynx, Boréal, 2010, 600 p.
  • Réjean Ducharme, L’avalée des avalés, Gallimard, 1964, 348 p.
  • Nelly Arcan, Putain, Paris, Seuil, 2001, 186 p.

Évaluation

  • Présence en classe et respect des consignes (10%)
  • Travail de mi-session de 6 à 8 pages (25%)
  • Examen de connaissances (25%)
  • Travail final de 10 à 12 pages(40%) // Travail et engagement pour les étudiants participant au ExCELR (40%)

FREN 362 - Littérature du XVIIe siècle 1 (Littérature et philosophie, le néostoïcisme)

Prof. Normand Doiron

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun.

Contenu

Devenir un(e) sage, capable d’affronter le malheur dans la sérénité, c’est le but que se fixe la philosophie stoïcienne, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Ce cours propose une étude de la littérature des XVIe-XVIIe siècles, à partir de ce grand courant philosophique, moral et esthétique qu’est le stoïcisme. Solide présentation des sources antiques, grecques et romaines, et des grands rénovateurs de la Renaissance (Juste Lipse, Du Vair, etc.).

Les textes à l’étude se rattachent, soit à la vertu stoïcienne par excellence qu’est la constance, soit au genre littéraire, représentatif du Portique dès l’Antiquité, la consolation. Du théâtre de Garnier ou de Corneille, à tel essai de Montaigne, à la poésie de Chassignet, aux épîtres consolatrices de Du Perron ou de Guez de Balzac, c’est toute la littérature de la première moitié du siècle qui peut se lire comme un commentaire du stoïcisme.

Dans la seconde moitié du siècle apparaissent les mises en question et les critiques, notamment dans les Entretiens de M. Saci de Pascal. Le ton se durcit, jusqu’à L’Anti-Sénèque de La Mettrie (1748).

Formule pédagogique

Cours magistraux. Forte incitation à la participation.

Lectures obligatoires

Un cahier, réunissant les textes à l’étude, disponible au (Bookstore) de l’Université - SE PROCURER LE CAHIER AVANT LE DÉBUT DES CLASSES.

Évaluation

10% Participation

30 % Exercice en classe

20% Bref exposé

40 % Travail écrit

FREN 381 - Littératures francophone 2 (Le roman ludique postcolonial)

Prof. Mbaye Diouf

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun

Contenu

Le cours de Littératures francophone 2 « Le roman ludique postcolonial » étudie les modes du risible dans les romans francophones contemporains. Étant produits dans des contextes sociohistoriques différents de la période coloniale mais marqués par de nouveaux types de crises identitaires et de conflits mondialisés, ces romans choisissent l’humour, l’irrévérence, l’autodérision ou l’ironie pour mieux représenter ces crises et ces conflits. À l’aide des théories postcoloniales et de la narratologie, et avec l’implication active des étudiantEs, le cours analysera comment les auteurEs des Antilles, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne placent le mode ludique au cœur de leur création littéraire pour dire les souffrances et les frustrations des sociétés anciennement colonisées ainsi que leurs relations déséquilibrées au monde.

Formule pédagogique

Introductions générales, lectures dirigées d’extraits, études comparées de textes, présentations orales encadrées des étudiantEs, projections et commentaires de documents audiovisuels.

Lectures obligatoires

Recueil de textes (« Course pack ») FREN 381-Littératures francophone 2 « Le roman ludique postcolonial ». Automne 2019.

Fatou Diome, Kétala, Paris, Anne Carrière/Flammarion, 2006.

Azouz Begag, Le Passeport, Paris, Seuil, 2000.

Patrick Chamoiseau, Solibo magnifique, Paris, Gallimard, 1991.

Lectures recommandées

à déterminer

Évaluations

à déterminer

FREN 382 - Littérature québécoise 2 (L’essai littéraire)

Prof. Michel Biron

Hiver

PRÉALABLES, RESTRICTION ET COURS CONJOINTS

Aucun

CONTENU

Étude de l’essai littéraire québécois de 1960 à aujourd’hui. À travers l’analyse de recueils marquants, le cours permettra de réfléchir à la dimension proprement littéraire de l’essai et à sa signification dans le contexte québécois. On s’intéressera aussi à divers textes théoriques portant sur la définition de l’essai.

FORMULE PÉDAGOGIQUE

Le cours allie l’enseignement magistral et la participation étudiante sous forme de comptes rendus et de discussions.

LECTURES

Jean Le Moyne, Convergences, Montréal, HMH, coll. « Constantes », 1961.

Pierre Vadeboncoeur, La Ligne du risque, Montréal, HMH, coll. « Constantes », 1963.

André Belleau, Surprendre les voix, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1986.

Suzanne Jacob, La Bulle d’encre, Boréal compact, 2001.

François Dumont, Approches de l’essai. Anthologie, Québec, Nota Bene, coll. « Visées critiques », 2003.

Recueil de textes

ÉVALUATION

À déterminer

FREN 453 - Littérature du 20e siècle 2 (Le descriptif littéraire)

Prof. Mbaye Diouf

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun

Contenu

Le cours Littérature du 20e siècle 2 « Le descriptif littéraire » présente les diverses pratiques et perceptions de la description dans les productions littéraires françaises du siècle dernier. Marqué par deux guerres mondiales, une expansion communiste et une décolonisation heurtée, le 20e siècle est aussi un siècle de renouvellement esthétique et narratif en France qui réinterroge la fonction et le fonctionnement des « séquences descriptives » souvent négativement perçues dans les récits. Du portrait à la topographie, en passant l’ekphrasis et l’hypotypose, les étudiantEs du cours examineront les pratiques descriptives très personnalisées d’auteurs significatifs du siècle. Ce « retour du descriptif » modifie non seulement la signifiance romanesque dans son ensemble, mais interpelle aussi les discours théoriques qui étudient 20e siècle littéraire.

Formule pédagogique

Introductions générales, lectures dirigées d’extraits, études comparées de textes, présentations orales encadrées des étudiant.e.s, projections et commentaires de documents audiovisuels.

Lectures obligatoires

Recueil de textes (« Course pack ») FREN 453-Littérature du 20e siècle 2 « Le descriptif littéraire ». Automne 2019.

Marguerite Duras, Emily L., Paris, Minuit, 1987.

Alain Robbe-Grillet, Topologie d’une cité fantôme, Paris, Minuit, 1976.

Roger Martin du Gard, La douceur de la vie dans Les hommes de bonne volonté (1932-1946), Paris, Flammarion, 1939.

Lectures recommandées

Dominique Viart, Le Roman français au xxe siècle, Paris, A. Colin 2011.

Philippe Hamon, Du descriptif, Paris, Hachette, 1993.

Jean-Michel Adam, La description, « Que-sais-je ? », Paris PUF, 1993

Georges Lukács, Problèmes du réalisme, Paris, L’Arche, 1975.

Gérard Genette, Figures II, Paris, Seuil, 1969.

Évaluations

À déterminer

FREN 456 - Littérature médiévale 2 (Le Moyen Âge aujourd’hui : l’exemple de Merlin)

Prof. Isabelle Arseneau

Automne

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS

Cours ouvert à tou-te-s les étudiant-e-s. Les étudiant-e-s ayant suivi le FREN 456 à l’automne 2017 peuvent s’inscrire à celui de l’automne 2019, comme le sujet à l’étude est différent. Ce cours peut compter comme un cours de « Littérature avant 1800 » ou comme un cours de « Littérature après 1800 »

CONTENU

Ce cours se propose de retracer la genèse et l’évolution de la figure mythique de Merlin, depuis sa naissance en français (aux XIIe et XIIIe siècles) jusqu’aux multiples réécritures modernes et contemporaines (Guillaume Apollinaire, Jacques Roubaud, René Barjavel, Michel Rio) en passant par les différentes récupérations ludiques, courant que l’on remarque dès le XIIIe siècle avec le fabliau de « Merlin Merlot » et qui culmine avec la mise en scène d’un enchanteur impuissant, tout juste capable de préparer des potions triviales, dans la série télévisée française Kaamelott (2004-2009).

Enfant bâtard né d’une pucelle abusée par un démon, l’enchanteur est, dès ses débuts en littérature, un personnage qui inquiète et dont on exploite le potentiel fantastique. « Machine à prophétiser », comme l’écrivait Paul Zumthor (1942), il suppose aussi un rapport particulier à la parole et à l’écriture et devient ainsi, dans les différents textes qui le mettent en scène, une figure d’auteur dont se servent les romanciers pour réfléchir sur leur pratique (par exemple, c’est lui qui dicte à Blaise le livre que le lecteur de Robert de Boron a sous les yeux !).

Cette double figure de l’enchanteur et du prophète a profondément marqué l’imaginaire, par-delà l’époque qui l’a vu naître. Le cours reposera donc autant sur la lecture des « véritables » romans de Merlin que sur l’analyse des différentes réécritures et adaptations que l’on en a proposées aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Les évaluations au programme (exposé oral et travail d’analyse et de recherche) seront ainsi l’occasion pour les étudiants d’approfondir une question abordée dans le cadre du cours à partir d’un corpus d’œuvres de leur choix, empruntées tant à la littérature qu’aux autres formes d’arts (littérature populaire, bande dessinée, cinéma, télévision).

FORMULE PÉDAGOGIQUE :

Cours magistraux et exposés oraux

LECTURES OBLIGATOIRES :

  1. Le Roman de Merlin en prose, édition et traduction de Corinne Füg-Pierreville, Paris, Honoré Champion, coll. « Champion Classiques / Moyen Âge », 2014.
  2. René Barjavel, L’Enchanteur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1987 [1984].
  3. Michel Rio, Merlin, Paris, Seuil, 1991 [1989] (obligatoire).
  4. Jacques Roubaud, Graal Fiction, Paris, Gallimard, 1978 (obligatoire) et Graal Théâtre, Paris, Gallimard, 1977 (extraits).

ÉVALUATION :

Exposé oral (présentation d’une réécriture ou d’une adaptation) 30 %

Bibliographie et plan détaillé 20 %

Travail d’analyse et de recherche 50 %

FREN 457 - Littérature de la Renaissance 2 (« Stile apart, sens apart, œuvre apart » de Ronsard à Montaigne)

Prof. Diane Desrosiers

Automne

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS

Aucun

CONTENU

Vue d’ensemble de la littérature française produite dans la seconde moitié du XVIe siècle. À travers l’étude de quelques textes représentatifs, nous nous proposons d’illustrer les principaux courants et les divers genres littéraires présents à la fin de la Renaissance et à la période baroque. Nous examinerons d’abord le contexte politique, social et culturel de cette époque marquée par les guerres de religion et les bouleversements que provoquent les découvertes géographiques et astronomiques. Nous préciserons alors le contenu d’un certain nombre de notions fréquemment utilisées : « Renaissance », « Réforme », « Contre-Réforme », « baroque », etc. Puis, nous aborderons l’analyse de la Défense et illustration de la langue française (1549) de Joachim Du Bellay qui constitue en quelque sorte le manifeste poétique de la Pléiade. Nous verrons comment cette esthétique nouvelle se manifeste dans le premier livre des Amours (1552) de Ronsard. Nous analyserons par la suite quelques œuvres singulières de cette période : les essais de Montaigne, le Moyen de parvenir de Béroalde de Verville, La semaine de Du Bartas, en tentant de dégager les modalités dialogiques et de mise en scène de soi dans ces textes.

FORMULE PÉDAGOGIQUE

Les cours prendront la forme d’exposés magistraux ce qui n’exclut pas évidemment la participation des étudiants.

LECTURES OBLIGATOIRES

DU BELLAY, Joachim. Défense et illustration de la langue française, dans Les Regrets. Les Antiquités de Rome, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1967, p. 197-267.

RONSARD, Pierre de. Les Amours de Cassandre, dans Les Amours, Paris, Garnier-Flammarion, coll. « GF », no 335, 1981, p. 55-132.

MONTAIGNE, Michel de. Les Essais, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche, classiques modernes », La Pochothèque, 2001. (La meilleure édition des œuvres de Montaigne, mais plus chère, est disponible aux Presses Universitaires de France, 1988, dans la coll. « Quadrige »; les trois livres sont dans un coffret).

ÉVALUATION

1) Présence et participation en classe : 10%

2) Deux analyses textuelles avec bibliographie sélective commentée (45% et 45%)

FREN 459 - Littérature du XVIIIe siècle 2 (Barbarie, civilisation, tolérance)

Prof. Frédéric Charbonneau

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucune restriction.

Contenu

Étude d’œuvres relatives à la barbarie, à la civilisation et à la tolérance dans la littérature de la seconde moitié du XVIIIe siècle en France. Notre corpus vise à donner de la production de l'époque une perception variée, qui sache prendre en compte les œuvres secondaires aussi bien que les classiques. Nous voudrions également souligner l'existence d'un continuum entre les œuvres de fiction et celles qui, historiques ou critiques, relèvent d’un autre régime discursif.

Formule pédagogique

Cours magistral.

Lectures obligatoires

Rousseau Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, GF

Voltaire Traité sur la tolérance, GF

Voltaire Candide, dans Romans et contes, GF

Diderot Supplément au Voyage de Bougainville, GF

Un polycopié sera disponible au début de la session.

Évaluation

Un examen de mi-session (25 %)

Un examen final « formal » (40 %)

Travail écrit (35 %)

FREN 461 - Question de littérature I (Dialogues sur le progrès)

Prof. Frédéric Charbonneau

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucune restriction.

Contenu

Parmi les idées fortes de la modernité, celle de progrès jouit d’un statut particulier. Dans une certaine mesure, elle pourrait bien être définitoire. Son rôle dans la pensée du Siècle des Lumières est certainement considérable : corollaire de la conception d’un homme perfectible, elle contribue par le passage de l’individuel au collectif à l’avénement des philosophies de l’histoire. Pourtant, l’idée de progrès a hésité tout au long du siècle entre une valeur euphorique et une valeur critique, tant est problématique le passage de l’erreur à la vérité, qui implique la transgression d’interdits, voire la profanation de tabous. Ce cours sera consacré à l’étude d’œuvres dialogiques majeures de l’Ancien Régime — entretiens et dialogues philosophiques —, dont la forme mi-savante mi-littéraire, faisant intervenir une pluralité de voix et de points de vue, s’est prêtée à la mise en œuvre de cette idée fondamentale d’un progrès du savoir et de la civilisation.

Formule pédagogique

Cours magistraux et ateliers animés par le professeur.

Lectures obligatoires

Fontenelle, Les entretiens sur la pluralité des mondes

Perrault, Parallèle des Anciens et des Modernes (extr.)

Lahontan, Dialogues avec un sauvage

Voltaire, Le dîner du comte de Boulainvilliers

Diderot, Le rève de d’Alembert ; Le neveu de Rameau

Sade, Dialogue entre un prêtre et un moribond

Évaluation

Test (20%)

Examen final « formal » (40%)

Travail écrit (40%)

FREN 472 - Enjeux littéraires et culturels 2 (Héros et héroïsme en littérature jeunesse)

Prof. Audrey Coussy

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun.

Contenu

La littérature d’enfance et de jeunesse regorge traditionnellement de jeunes protagonistes marquants. Du Petit Prince à Harry Potter, d’Alice à Sophie, ces figures sont devenues incontournables pour plusieurs générations de lecteurs et lectrices. Héro.ïne.s de leurs histoires, ils/elles possèdent une voix singulière et une véritable agentivité ; ce cours en étudiera tout d’abord les principales caractéristiques pour voir si des points communs émergent entre certaines de ces figures emblématiques. Que ce soit des héro.ïne.s du quotidien (comme les affectionnent Marie-Aude Murail ou Marie Desplechin) ou des héro.ïne.s au destin exceptionnel, ils/elles suscitent toujours un certain degré d’identification chez son lectorat, ce qui constituera une autre problématique du cours : les œuvres jeunesse actuelles reflètent-elles la diversité de plus en plus reconnue au sein de la société ? Enfin, nous nous pencherons sur les différentes formes que peuvent prendre les actes d’héroïsme de nos jeunes protagonistes, aussi bien au XIXe qu’au XXIe siècle. Si les œuvres principales étudiées seront issues d’un corpus francophones, des textes anglophones pourront être évoqués, la littérature d’enfance et de jeunesse étant foncièrement internationale.

Formule pédagogique

Cours magistraux, analyse de textes théoriques et d’œuvres littéraires, discussions, exposés des étudiant.e.s.

Lectures obligatoires

Les textes à lire seront disponibles en ligne sur MyCourses.

Évaluation

Exposé oral : 20 %

Étude de texte (5-6 pages) : 20 %

Travail écrit final (10-12 pages) : 50 %

Participation : 10 %

FREN 480 - Littérature québécoise contemporaine (Autour du concept de liminarité)

Prof. Michel Biron

Automne

CONTENU

Emprunté au champ de l’anthropologie (Arnold Van Gennep, Victor W. Turner), le concept de « liminarité » (ou « liminalité ») renvoie à une communauté non structurée ou peu structurée, c’est-à-dire à une communauté où les hiérarchies et les oppositions sont mal définies. Ce concept a été transposé à des textes littéraires à la faveur d’approches nouvelles (cultural studies, ethnocritique, géocritique). L’hypothèse centrale du cours est que ce concept fonctionne particulièrement bien pour rendre compte d’une série de brouillages et de décentrements propres à la littérature contemporaine, et particulièrement lisibles dans le cas de la littérature québécoise. Le cours proposera à la fois des réflexions d’ordre théorique et historique autour du concept de liminarité et des analyses d’œuvres représentatives.

FORMULE PÉDAGOGIQUE

Le cours allie l’enseignement magistral et la participation étudiante sous forme de travaux et de discussions.

LECTURES

À déterminer.

ÉVALUATION

À déterminer.

FREN 482 - Littérature du XIXe siècle (Le roman fin de siècle)

Prof. Michel Biron

Hiver

PRÉALABLES, RESTRICTIONS ET COURS CONJOINTS:

Cours ouvert à tous les étudiants.

CONTENU:

Ce cours vise à faire connaître une série de romans de la fin du 19e siècle, qualifiés souvent de romans de la décadence. À travers la lecture d’auteurs comme Huysmans, Bloy, Gourmont, Villiers de l’Isle-Adam, Barrès, Dujardin, Schwob, Rodenbach, Rachilde et Gide, il s’agira plus précisément d’étudier les mutations qui affectent le genre romanesque au lendemain du naturalisme et qui font du roman de la décadence à la fois un tombeau du roman réaliste, tel qu’on l’a connu au 19e siècle, et un lieu d’invention, qui annonce à bien des égards le renouveau du genre, de Proust à Houellebecq.

FORMULE PÉDAGOGIQUE:

Le cours allie l’enseignement magistral et la participation étudiante sous forme de travaux et de discussions.

LECTURES OBLIGATOIRES:

À déterminer.

ÉVALUATION:

À déterminer.

FREN 485 - Littérature française contemporaine (Les récits du Soi)

Mbaye Diouf

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints    

Aucun

Contenu    

Le cours Littérature française contemporaine « Les récits du Soi » étudie les énonciations autoréférentielles dans la littérature française depuis les années 80. Il analyse les pratiques narratives atypiques des auteurEs de cette période qui éclatent le récit, redéfinissent l’altérité et modifient le rapport de la fiction au réel. Des écrits à la première personne à l’autofiction, le cours étudie les formes et les pratiques des « récits du Soi » ainsi que les discours théoriques qui essaient de les accompagner. Sur la base de textes majeurs de cette époque et grâce notamment aux ressources de la sémiotique et de la narratologie, les étudiantEs seront amenés à découvrir et à interroger les enjeux littéraires contemporains qui redéfinissent les notions d’auteur, de roman, de personnage, d’intrigue ou de langage.

Formule pédagogique                 

Introductions générales, lectures dirigées d’extraits, études comparées de textes, présentations orales encadrées des étudiant.e.s, projections et commentaires de documents audiovisuels.   

Lectures obligatoires        

Recueil de textes (« Course pack ») FREN 485-Littérature française contemporaine « Les récits du Soi ». Hiver 2020.

Marguerite Duras, L’Amant, Paris, Minuit, 1984.

Camille Laurens, Philippe, Paris, Gallimard « Folio », 2008.

Atiq Rahimi, Syngué sabour. Pierre de patience, Paris, P.O.L., 2008.

Lectures recommandées 

Dominique Viart, Le Roman français au xxe siècle, Paris, A. Colin 2011.

Dominique Viart, Quel projet pour la littérature contemporaine ?, Paris, Publie.net, 2008.

Belinda Canonne, Narrations de la vie intérieure, Paris, Klincksieck, 1998.

Dominique Maingueneau, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Bordas, 1990.

Milan Kundera, L’art du roman, Paris, Gallimard, 1986.

Évaluations   

À déterminer

FREN 498 - Questions de littérature 3 (Xavier Dolan / Jean-Luc Lagarce : Juste la fin du monde)

Prof Bernadet

Hiver

Préalables

Aucun préalable.

Contenu

Après des années d’absence, Louis décide de « revenir sur [s]es pas » et d’annoncer à sa famille sa mort prochaine. Écrite en 1990, à un moment de crise et de doute pour Jean-Luc Lagarce, de grande difficulté de création, Juste la fin du monde est d’abord un drame de l’incommunicabilité : la pièce confronte violemment cinq personnages qui ne parviennent pas à « expliquer » sinon par de « longs détours » ou des « phrases elliptiques » les liens d’amour qui les unissent. Dans l’urgence, aux prises avec l’impossibilité de trouver le mot exact ou le mot juste, – chacun est renvoyé à sa solitude et à ses blessures. C’est ce « comment dire » ou cette « manière de dire » qui hante la version cinématographique de Xavier Dolan en 2016. S’il revendique face à Lagarce le terme d’adaptation, l’auteur qualifie lui-même son œuvre de « film du silence ». Tirant profit de la théâtralité au lieu de la répudier, Dolan travaille à récrire et continuer ce huis-clos dans cet « autre média qu’est le cinéma », inventant sa propre signature. Mais dans ce geste de réappropriation, le « laboratoire lagarcien », si révélateur des passions qui entourent la mort à venir, se fonde sur un paradoxe : « faire vivre » la « langue » du dramaturge n’a de sens pour Dolan que « sous les mots » ou « entre les mots », là où l’image noue l’(in)dicible et le visible. C’est cette question que l’on s’attachera à explorer en croisant la lecture de la pièce et l’analyse du film.

Formule pédagogique

Cours magistraux ; séquences de visualisations suivies de discussions et d’analyses ; tests écrits.

Lectures obligatoires

Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 1990.

Xavier Dolan, Juste la fin du monde, DVD, Films Séville / Sons of Manual / MK Productions, 2016.

Évaluation

  • Présence et participation 10 %
  • Table-ronde : 10 %
  • Tests en classe : 15 % + 20 %
  • Dossier final écrit : 45 %

Langue française

FREN 231 - Linguistique française

Prof. Arnaud Bernadet

Hiver

Préalables

Aucun préalable.

Contenu

L’objectif de ce cours est de familiariser les étudiants avec les concepts et instruments d’analyse de la linguistique moderne (signe, référent ; langue / parole / discours ; syntagme / paradigme ; diachronie / synchronie, etc.) ainsi que les différents courants de pensée ou écoles qui en ont fait usage. En prenant pour objet la langue française, il s’agira en particulier d’en appréhender le système sous l’angle de ses particularités phonétiques / phonologiques, morphosyntaxiques et sémantiques, en considérant pour finir le champ de la communication et de l’énonciation.

Formule pédagogique

Cours magistraux et exercices écrits.

Lectures obligatoires

  • Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1966-1974.
  • Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, t. I, Paris, Minuit, 1963.
  • André Martinet, Éléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin, 1960.
  • Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1972.

Évaluation

  • Présence et participation 10 %
  • Test en classe : 20 % + 25 %
  • Dossier final écrit : 45 %

FREN 245 - Grammaire normative (Syntaxe avancée)

Prof. Normand Doiron

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

AUTORISATION départementale requise: contacter la direction des Études de 1er cycle.

Contenu

Ce cours ne porte pas sur la grammaire d’usage. Ce cours porte sur la syntaxe, il est technique et pratique. La syntaxe étudie les fondements logiques de la langue, elle permet de mieux comprendre les grands auteurs et de mieux écrire. Tout le vocabulaire, depuis les notions les plus élémentaires, sera clairement défini.

Notre travail comportera deux parties : 1- syntaxe des propositions (nominale, relative, etc.) dans la phrase complexe ; 2- syntaxe des modes (indicatifs, subjonctifs, etc.), puisque les modes dépendent en grande partie des constructions. Beaucoup d’analyse syntaxique donc, suivant une méthode logique : cause, conséquence, but, concession, etc. Nous commencerons par les propositions ayant un verbe conjugué (Avant qu’il parte…), nous reviendrons ensuite sur les propositions infinitives (Avant de partir…) et les propositions participiales (Parti depuis longtemps…).

Ce type de travail permet à l’étudiant d’une part de mieux comprendre ce qu’il lit, d’autre part de mieux formuler ce qu’il pense. L’étude de la syntaxe entraîne un progrès rapide de la correction et de la qualité de l’écriture. S’ajouteront quelques notions de grammaire historique.

Formule pédagogique

Cours magistral, avec de nombreux exercices.

Lectures obligatoires

Un cahier de cours (Course Pack) disponible au Bookstore de l’Université.

Lecture conseillée : Grevisse, Maurice, Précis de grammaire française, Paris-Gembloux, Éditions Duculot (peu importe l’année d’édition).

Évaluation

Nombreux exercices, en classe ou à la maison, en évaluation continue : 20 %

Premier examen de synthèse : 40 %

Deuxième examen de synthèse : 40%

FREN 313 - Langage et littérature 1 (La littérature et le langage-machine)

Prof. Ollivier Dyens

Automne

Contenu

Qu’est-ce que l’écriture aujourd’hui dans un monde dématérialisé, là où les technologies posent la question de l’auteur, de l’intention, et de la réception ? Qu’est-ce que l’écriture aujourd’hui dans un univers où l’œuvre peut être immersive, impermanente, tactile ou même créée par des technologies ? Ce cours-atelier proposera aux étudiants de réfléchir à ces questions tout en créant des textes littéraires sur des plateformes nouvelles (twitter, réalité virtuelle, blogs, intelligence artificielle, etc.)

Formule pédagogique

Cours magistraux, travail individuel, projets de groupe, présentations orales

Lectures obligatoires

À determiner.

Évaluation

Travail individuel: 25%

Travail de groupe: 25%

Présentation orale: 25%

Présence en classe: 10%

Devoirs hebdomadaires: 15%

FREN 356 - Grammaire du texte littéraire

Prof. Arnaud Bernadet

Automne

Préalables

Autorisation départementale requise. Si vous avez suivi le cours FREN 245 avec Arnaud Bernadet, vous ne pouvez pas vous inscrire à ce cours.

Contenu

Ce cours a pour objectif d’améliorer la connaissance grammaticale de la langue française, en vue d’une meilleure compréhension des textes littéraires. On considérera d’abord le domaine de la morphosyntaxe, en familiarisant l’étudiant avec l’approche fonctionnelle et distributionnelle de la phrase et l’usage du raisonnement grammatical fondé sur des « manipulations » ou des « tests ». Sous l’espèce d’exercices oraux ou écrits, on s’attachera ainsi à l’étude approfondie de quelques problématiques majeures (« les déterminants », « la fonction sujet » « la subordination » ou encore « temps et aspect »). On prendra en compte pour finir l’intégration de la séquence phrastique dans le texte, en prenant appui sur une approche communicative et pragmatique (cohésion thématique, rôle des anaphores, emploi des connecteurs, etc.)

Formule pédagogique

Cours magistraux ; exercices oraux et écrits.

Lectures obligatoires

Le corpus étudié sera fourni sous la forme d’un recueil de textes (« Course Pack ») disponible à la librairie de McGill.

Évaluation

  • Présence et participation 10 %
  • Tests oraux et écrits en classe 10 % + 15 % + 20 %
  • Travail pratique écrit (questions sur corpus) 45 %
 

Pratiques littéraires 

Traduction

FREN 239 - Stylistique comparée

Automne - Ce cours est offert cette année par l’École d’éducation permanente, sous le sigle CCTR 219 — Fundamentals of Comparative Stylistics and Writing (French).

Test de classement obligatoire (ARTS 155: sans rendez-vous, pendant les heures d'ouverture). Priorité accordée aux étudiants du DLTC.

FREN 244 - Traduction générale

Automne - Ce cours est offert cette année par l’École d’éducation permanente, sous le sigle CCTR 225— Introduction to Translation (English to French).

Test de classement obligatoire (ARTS 155: sans rendez-vous, pendant les heures d'ouverture). Priorité accordée aux étudiants du DLTC.

FREN 346 - Traduction avancée

Hiver - Ce cours est offert cette année par l’École d’éducation permanente, sous le sigle CCTR 325. - Semi-Specialized Translation (English to French).

Test de classement obligatoire (ARTS 155: sans rendez-vous, pendant les heures d'ouverture). Priorité accordée aux étudiants du DLTC.

FREN 349 - Traduction et recherche 2 (Traduire le culinaire)

Prof Audrey Coussy

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Autorisation départementale requise.

Contenu

Cours à contenu variable. Pratique de la traduction à partir de certaines questions de recherche qui y sont reliées.

Ce cours s’intéressa à la traduction de l’anglais vers le français de textes abordant le domaine de la nourriture et de la cuisine. Ceci exige une écriture et un savoir particuliers auprès des traducteurs et traductrices afin de rendre dans une autre langue et culture la technique, la créativité et la précision nécessaires. La nourriture ne se résume pas simplement à une question de subsistance : elle est toujours porteuse de sens et révèle les principales croyances et préoccupations de la société. Ce n’est pas seulement « une collection de produits, […] c’est aussi et en même temps un système de communication, un corps d’images, un protocole d’usages, de situations et de conduites » (Roland Barthes). Les extraits sur lesquels nous travaillerons seront issus principalement de journaux et de sites internet (reportages et chroniques culinaires, recettes, etc.). Nous réfléchirons aux stratégies de traduction possibles et à l’impact de nos choix traductifs sur l’imaginaire et les papilles du lectorat.

Formule pédagogique

Cours magistraux, exercices en classe et à la maison, ateliers et discussions, lecture de quelques textes critiques.

Outils du traducteur : dictionnaires unilingues et bilingues, utilisation fortement recommandée du logiciel Antidote.

Lectures obligatoires

Les textes à lire et à traduire seront disponibles en ligne sur MyCourses.

Évaluation

Évaluation continue.

Trois traductions à la maison 45%

Deux tests de traduction en classe 30%

Un exposé 15%

Participation 10%

FREN 431 - Traduction et révision

Hiver - Ce cours est offert cette année par l’École d’éducation permanente, sous le sigle CCTR 507 —  Editing and Revising (French).

Aucun test de classement.  Il faut avoir réussi le FREN 244 ou obtenir la permission du ou de la professeur-e.

FREN 443 - Traduction littéraire 2 (Traduire la littérature jeunesse)

Prof. Audrey Coussy

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Autorisation départementale requise.

Contenu

Traduction vers le français de textes littéraires originellement rédigés en anglais. Réflexion sur les enjeux de la traduction littéraire.

Ce cours abordera la traduction, de l’anglais vers le français, de la littérature d’enfance et de jeunesse. Cette catégorie littéraire souvent dénigrée propose pourtant nombre de défis de traduction, notamment selon les âges du lectorat. La place accordée au lectorat, plus importante qu’en littérature dite générale, constitue l’une des caractéristiques principales de la traduction pour la jeunesse : « Il est difficile en effet de définir la littérature de jeunesse – et c’est sa première spécificité –, autrement que comme destinée, même si cette définition ouvre davantage de problèmes qu’elle n’apporte de solutions » (Nathalie Prince). Cette littérature accueille également différents genres littéraires, relevant aussi bien du courant réaliste, fantastique ou encore policier. L’objet-livre joue enfin un rôle dans les stratégies de traduction possibles, bien souvent dans le cadre des albums. Ce cours servira d’introduction aux problématiques de cette littérature et de sa traduction, afin d’en souligner la richesse et les spécificités (plutôt que la spécificité, qui l’isolerait des autres littératures, comme le souligne Virginie Douglas). La traduction étant un acte créatif qui engage le traducteur/la traductrice, il s’agira de réfléchir, voire de justifier ses choix lors des discussions en classe et au sein des travaux à rendre.

Formule pédagogique

Cours magistraux, travaux en classe et à la maison, ateliers et discussions.

Outils du traducteur : dictionnaires unilingues et bilingues, utilisation fortement recommandée du logiciel Antidote.

Lectures obligatoires

Les textes à lire et à traduire seront disponibles en ligne sur MyCourses. La lecture de quelques textes critiques (Virginie Douglas, Gillian Lathey, Riitta Oittinen, Roberta Pederzoli…) viendra enrichir la pratique de la traduction.

Évaluation

Évaluation continue.

Trois traductions à la maison

55 %

Projet final de traduction

35 %

Participation

10 %

Création

FREN 240 - Atelier d'écriture poétique

Prof. Laurance Ouellet Tremblay

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Autorisation départementale requise.

Contenu

Cet atelier vise à permettre aux étudiant-es de développer et d’enrichir leur démarche d’écriture poétique grâce à une production régulière de poèmes et au développement d’une réflexion critique sur le genre. Nous verrons que l’écriture poétique est un art de l’évocation et suppose en ce sens des mécanismes de condensation et de sublimation du réel qui visent à créer des images, des figures et des motifs signifiants au sein du poème. Nous nous attarderons à analyser et à mettre en pratique ces mécanismes dans les démarches de chacun-e afin de développer une sensibilité aux exigences du genre poétique.

Ainsi chaque poème remis par l’étudiant-e sera-t-il commenté par les pairs lors des séances d’atelier, nécessitant donc une participation active de chacun-e au processus critique.

Une lecture publique sera organisée à la fin de la session afin de permettre aux étudiant-es d’expérimenter une « mise en voix » de leur texte.

Formule pédagogique

Séances d’atelier, séances magistrales, rencontres individuelles

Lectures obligatoires

Textes poétiques remis par les pairs

Textes poétiques et théoriques remis par la professeure

Évaluation

  • Écriture et réécriture de poèmes tout au long de la session (un poème par deux semaines) (35%)
  • Participation aux travaux de l’atelier (15%)
  • Suite poétique finale (30%)
  • Réflexion critique (5 à 7 pages) (20%)

FREN 340 - Atelier d'écriture narrative

Prof. Alain Farah

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun

Contenu

Cet atelier vise à initier les étudiantEs à l’écriture narrative par la production de plusieurs textes et l’exploration de diverses notions (arc narratif, personnage, conflit, intrigue) propres à la fiction. L’atelier se déroule en plusieurs temps: interventions magistrales; bref exposés où les étudiantEs présentent leurs intentions; nombreux exercices de lecture collective des textes proposés; rédaction et réécriture, tout au long de la session, d’un total de quatre textes destinés à engager l’étudiantE le plus sérieusement possible dans une démarche d’écriture.

Formule pédagogique

Séances magistrales, ateliers, exposés étudiants, rencontres individuelles.

Lectures obligatoires

À chaque semaine, les textes des collègues de l’atelier.

Évaluation

  • Remises hebdomadaires : 55%
  • Portofolios de mi-session et de fin de session : 35%
  • Participation : 10%

FREN 460 - Atelier d’écriture ***NOUVEAU***

Prof. Ollivier Dyens

Automne

Contenu

Cours-atelier qui permettra aux étudiant-e-s d’aborder, d’analyser, de comprendre et de pratiquer le processus de création littéraire dans toutes ses formes (fiction, poésie, théâtre, etc.). Ce cours-atelier permettra aux étudiant-e-s de mieux saisir les mécanismes et les concepts de la création en générale et de la création littéraire en particulier. Par la pratique (exercices techniques, rédactions de textes, critiques en classe) l’étudiant-e sera amené-e à préciser et à peaufiner son mode de création, son rapport aux genres et aux styles.

Formule pédagogique

  • Ateliers
  • Critiques
  • Exercices
  • Lectures
  • Commentaires

Lectures obligatoires

  • Course pack

Évaluation

  1. Textes finaux: 45%
  2. Portfolio : 45%
  3. Présence en classe: 10%
    1. -2% de la note finale par absence (maximum de -10%)

Édition 

FREN 476 - Le livre (Les formes du livre au XXIe siècle)

Prof. Ollivier Dyens

Hiver

Contenu

Qu’est ce que le livre au 21 e siècle? En quoi lire sur des plateformes électroniques, ou être immergé dans des environnements virtuels change notre perception, compréhension et saisie du monde? Ce cours examinera, analysera, et commentera les nouvelles formes d’écriture, de lecture et de diffusions de la littérature au 21e siècle et se penchera sur les pertes et les gains de ces nouvelles formes et posera la question de la transformation qui s’opère alors sur la représentation humaine.

Formule pédagogique

Cours magistraux, travail individuel, projets de groupe, présentations orales

Lectures obligatoires

  • Vandendorpe, Christian: Du papyrus à l'hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture, Montréal,Boréal / Paris, La Découverte, 1999, 271 p.
  • Course pack

Évaluation

  • Travail individuel: 25%
  • Travail de groupe: 25%
  • Présentation orale: 25%
  • Présence en classe: 10%
  • Devoirs hebdomadaires: 15%

Autres cours 

FREN 201 - Le français littéraire (français langue seconde)

À déterminer.

Automne

Préalables, restrictions et cours conjoints

Avoir réussi FRSL 445, FRSL 446, FRSL 449, FRSL 455 ou FREN 203 ou passer un test de classement (ARTS 155, pendant les heures d’ouverture).

Contenu

Dans la continuité des cours FRSL 449 (« Le français des media ») et FRSL455 (« Grammaire et création ») offerts par le Centre d’enseignement du français, ce cours est destiné aux étudiantEs de français la langue seconde qui souhaitent perfectionner leur expression écrite. L’objectif de ce cours est de réviser et d’approfondir les compétences lexicales et syntaxiques par la lecture d’un corpus de textes littéraires divers et la rédaction de courts textes d’invention. L’apprentissage des particularités de la « langue littéraire » permettra aux étudiantEs de se familiariser avec l’histoire et les cultures françaises et francophones.

Formule pédagogique

Cours magistraux, analyses de textes, discussions, exercices en classe et à la maison, exposés.

Lectures obligatoires

À déterminer.

Évaluation

À déterminer.

FREN 203 - Analyse de textes (français langue seconde)

À déterminer.

Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Avoir réussi FRSL 445, FRSL 446, FRSL 449, FRSL 455 ou FREN 201 ou passer un test de classement (ARTS 155, pendant les heures d’ouverture).

Contenu

Le cours de Composition 1 est conçu comme : (1) un parcours d’initiation, balisé thématiquement et contextuellement, à la littérature francophone ; (2) une introduction aux méthodes de l’analyse de textes et de l’argumentation pro et contra par la fréquentation de textes francophones (littérature, sciences humaines) ; (3) une occasion de perfectionner ses connaissances de grammaire. L’objectif pour l’étudiant.e sera de renforcer sa maîtrise de l’expression à l’écrit et d’acquérir des ressources linguistiques nécessaires au déploiement d’une argumentation. Le cours s’appuiera chaque semaine sur un extrait de texte littéraire ou théorique en lien avec la littérature ; on s’efforcera d’aborder des genres variés (poésie, théâtre, roman, essai…) ainsi que de donner un aperçu de la littérature couvrant une ample période, du XVIème siècle (Louise Labé), au XXIème siècle (Louis Aragon), en passant par des auteurs de la tradition littéraire comme Guy de Maupassant et Jean Racine, ou des auteurs de sciences humaines comme Pierre Bourdieu et Marc Bloch. La pédagogie du cours repose sur le contact direct de l’étudiant.e avec la langue écrite. Le cours sera l’occasion pour l’étudiant.e de s’exercer à l’écrit et à l’oral, grâce aux exercices en classe et aux compositions, dont le thème sera en lien avec le travail fait en classe.

 

Formule pédagogique

Cours magistraux, analyses de textes, discussions, exercices en classe et à la maison, exposés.

Lectures obligatoires

À déterminer.

 

Évaluation

À déterminer.

FREN 550 et FREN 551 - Lectures guidées I et II

Automne et Hiver

Préalables, restrictions et cours conjoints

Lectures personnelles ayant pour but de permettre à l'étudiant de combler une lacune ou de satisfaire un intérêt personnel. Admission sur autorisation spéciale.

FREN 599 - Stage en milieu de travail

Automne et Hiver - Le Stage en milieu de travail est réservé aux étudiants à temps complet inscrits en troisième année d'études (U3) dans l'un des programmes de Spécialisation ou de Concentration majeure du Département. La moyenne cumulative de l'étudiant doit être de 3,3/4 (B+) pour ses cours du programme. 

Contenu

Activité visant à offrir aux étudiants la possibilité d'acquérir une expérience pratique en effectuant un stage, rémunéré ou non, dans une institution ou une entreprise.

Formule pédagogique

Stage en milieu de travail.

Exigences

a) Le stage doit correspondre à 150 heures de travail, réparties sur un trimestre (12 semaines);

b) L'étudiant doit faire la preuve, en soumettant son "Projet de stage" (voir Formulaires), que le travail qu'il compte accomplir a un lien direct avec ses études et l'aide à parfaire sa formation;

c) Pour obtenir ses crédits, l'étudiant stagiaire doit présenter un "Rapport de stage" qui doit ensuite être approuvé par un professeur du département.

Fonctionnement

a) C'est à l'étudiant lui-même que revient la responsabilité d'organiser son stage et d'obtenir l'accord de l'institution ou de l'entreprise qui l'accueillera et qui lui attribuera un superviseur.

b) Une fois cet accord obtenu, l'étudiant prépare un "Projet de stage" (maximum: 5 pages à double interligne) où sont précisés:

1. Les modalités du stage prévu (lieu, durée, nature du travail, nom et qualités du superviseur, etc.);

2. L'apport escompté du stage à la formation universitaire de l'étudiant;

3. La nature du travail écrit de recherche ou de réflexion que l'étudiant compte préparer pendant son stage;

Ce document doit porter la signature et les commentaires de la personne qui agira comme superviseur de l'étudiant stagiaire.

c) Vers la fin du trimestre universitaire précédant le début du stage, l'étudiant soumet son "Projet de stage" à la Direction des études de 1er cycle.

d) C'est seulement après que le "Projet de stage" a été approuvé par la Direction des études de 1er cycle, que l'étudiant peut entreprendre son stage comme prévu.

e) Au plus tard un mois après la fin du stage, l'étudiant soumet au professeur du Département qui supervise son stage un rapport comprenant deux grandes parties:

1. Le compte rendu détaillé de ses activités pendant le stage (maximum: 5 pages à double interligne), compte rendu qui doit porter la signature et les commentaires de son superviseur;

2. Un travail écrit de recherche ou de réflexion de nature universitaire, d'une vingtaine de pages, portant sur une question reliée au stage.