Identification d’une nouvelle protéine clé de la prolifération cellulaire

Nouvelles

L'étude réalisée à McGill fournit des pistes pour créer des thérapies anticancer

Des chercheurs de l'Université McGill ont identifié une protéine qui joue un rôle essentiel dans la prolifération cellulaire et qui est susceptible de promouvoir le développement du cancer. L'étude pourrait conduire au développement de nouveaux outils diagnostiques permettant de mettre au point des traitements personnalisés, ont déclaré les chercheurs. Leurs résultats sont publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Les chercheurs ont étudié la DHX29, une hélicase nécessaire pour initier la traduction - une phase initiale minutieusement réglée de la synthèse des protéines. Tout en étudiant les effets de la reconstitution de cette protéine à partir de cellules vivantes, les chercheurs ont découvert une importante diminution des taux de prolifération des cellules cancéreuses. À l'aide de modèles de xénogreffe de tumeurs, l'équipe a démontré que le manque de protéine DHC29 entraîne la formation de tumeurs beaucoup plus petites. En d'autres mots, l'absence de cette protéine réduit de façon marquée la croissance des cellules cancéreuses.

« Nous avons été surpris de découvrir un autre facteur d'initiation de la traduction qui a un effet prononcé sur la prolifération des cellules cancéreuses, a déclaré Armen Parsyan, chercheur postdoctoral au Département de biochimie et au Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman de la Faculté de médecine de l'Université McGill. Il s'agit d'une autre indication évidente du rôle clé que jouent les facteurs d'initiation de la traduction dans l'étiologie et la pathogénie du cancer. Il est clair que nous sommes dans la bonne direction et que nous devons poursuivre la recherche dans cette voie. »

« Il y a deux décennies, nous avons annoncé la découverte du premier facteur d'initiation de la traduction favorisant la tumorigenèse, a souligné le Pr Nahum Sonenberg, auteur principal de l'étude. Depuis, plusieurs facteurs d'initiation de la traduction causant le cancer ont été documentés, mais il est néanmoins stimulant de découvrir de nouveaux facteurs d'initiation qui enrichissent nos connaissances sur le développement de cette maladie. » Nahum Sonenberg a reçu le Prix Gairdner 2008 pour ses découvertes liées aux domaines de la synthèse des protéines dans les cellules humaines.

La Pre Tatyana Pestova, du laboratoire du Centre médical SUNY Downstate de New York, a récemment décrit la protéine DHX29. L'étude du PNAS vient étoffer ce travail et documenter le rôle de la DHX29 dans la synthèse des protéines et le développement du cancer.

L'étude accroît la compréhension de la physiologie complexe du cancer et met la table pour la mise au point de meilleurs traitements visant à traiter cette maladie.

Coordonnées

Contact: 
Cynthia Lee
Organisation: 
Service des relations avec les médias
Courriel: 
cynthia.lee [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-6754