Journée mondiale de lutte contre l’AVC : Les nouveaux programmes de traitement de l’AVC au CUSM

Nouvelles

Au CUSM, les programmes de soins secondaires et tertiaires de l’AVC s’appuient sur des spécialistes multidisciplinaires, les plus récentes avancées scientifiques et de l’équipement de pointe, ce qui permet de fournir des traitements de premier ordre, de réduire le taux de mortalité et l’invalidité de longue durée.

Toutes les 10 minutes, un Canadien est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Il s’agit de la troisième cause de décès au pays, à laquelle succombent environ 14 000 Canadiens chaque année.

Un AVC est une perte soudaine de la fonction cérébrale. Elle est provoquée par l’interruption de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau (AVC ischémique) ou par la rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau (AVC hémorragique). L’interruption de la circulation sanguine ou la rupture de vaisseaux sanguins provoque la mort des cellules cérébrales (neurones) de la région affectée. Les conséquences d’un AVC dépendent de facteurs comme les régions cérébrales touchées et l’ampleur des dommages causés. Plusieurs fonctions peuvent être atteintes, comme la capacité de se déplacer, de voir, de se souvenir, de parler, de raisonner, de lire et d’écrire. (Source : Fondation des maladies du cœur et de l'AVC)

Chaque minute écoulée avant qu’un AVC ischémique ne soit traité entraîne la mort de deux millions de cellules cérébrales. D’où l’importance pour une victime d’un AVC d’être traitée le plus vite possible.

Stratégie globale de soins de l’AVC du gouvernement
Depuis 2013, le ministère de la Santé du Québec déploie une stratégie visant à améliorer la prévention de l’AVC et les services de soins offerts aux plus de 12 000 Québécois qui sont victimes d’un AVC chaque année. Aux fins de la stratégie, le gouvernement provincial a conçu un programme d’agrément fondé sur des critères rigoureux, afin que les Québécois aient accès à des centres de soins ultraspécialisés.  Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a ainsi été désigné en juin 2015 à la suite de la réorganisation réussie de services ayant permis d’optimiser la rapidité et la qualité de la prise en charge de victimes d’AVC. Deux programmes ont été mis en œuvre : l’Hôpital général de Montréal (HGM) a été désigné centre de soins secondaires de l’AVC et l’Hôpital neurologique de Montréal (HNM), centre de soins tertiaires de l’AVC. Le programme est codirigé par Teresa Mack, directrice administrative de la mission en neurosciences du CUSM, et le Dr Robert Côté, directeur médical du programme des AVC du CUSM.

L’unité de soins tertiaires de l’AVC du Neuro : une référence absolue au Canada en matière de soins de l’AVC
Le centre de soins tertiaires de l’AVC du Neuro permet de traiter les AVC en phase hyperaiguë, c’est-à-dire survenus quelques heures avant l’arrivée d’un patient au centre. Conformément à sa désignation de centre de soins tertiaires, le programme du Neuro dispose de spécialistes sur place 24 heures sur 24, d’une unité de soins intensifs, d’un neuroradiologue d’intervention, de neurochirurgiens et de lits réservés aux victimes d’un AVC.

À la suite du déménagement de l’Hôpital Royal Victoria (HRV) au site Glen, l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – le Neuro – a aménagé une aire ultraspécialisée de prise en charge de victimes d’AVC dans son unité de soins intensifs (USI). Son équipe y offre aux Montréalais ce qui se fait de mieux en matière de soins de l’AVC aigu.

« Dès son arrivée par ambulance à l’aire ultraspécialisée, une attention immédiate est accordée à un patient présentant des symptômes d’AVC. Dans les 15 à 30 minutes suivantes, il est l’objet d’un examen neurologique, d’examens de tomodensitométrie et d’autres tests pour confirmer le diagnostic et déterminer les traitements à administrer rapidement », précise la Dre Jeanne Teitelbaum, co-gestionnaire du programme des soins intensifs neurologiques, à l’Institut neurologique de Montréal.

Accès à des traitements de pointe
Le centre de soins tertiaires de l’AVC du Neuro est l’un des deux centres de la région de Montréal dont les spécialistes qualifiés offrent des traitements de pointe.

Depuis le début de 2015, à la lumière des résultats de récents essais cliniques réalisés avec la participation du Neuro, le gouvernement du Canada a ajouté la thrombectomie endovasculaire (TE) à ses Recommandations sur les pratiques optimales pour soigner l’AVC aigu. Cette intervention révolutionnaire consiste à insérer dans l’artère bloquée un tube, visualisé par rayons X, afin de supprimer les caillots sanguins. Le sang irrigue ainsi de nouveau le cerveau et les patients échappent à des déficits neurologiques invalidants.

« Nous pratiquons cette intervention depuis plus de 20 ans. Grâce aux avancées en neuroimagerie, nous pouvons déterminer en un temps record les patients à qui elle sera salutaire. C’est très émouvant, durant l’intervention, de voir le sang affluer à nouveau dans les tissus du cerveau qui auraient subi des atteintes irréversibles. Nous savons que nous pouvons faire une réelle différence dans la vie de nos patients », a indiqué la Dre Donatella Tampieri, co-gestionnaire du Département de neuroradiologie diagnostique et d’intervention à l’Institut et hôpital neurologiques Montréal.

Il est démontré que l’intervention réduit de moitié le taux de mortalité attribuable à un AVC ischémique majeur. Des études ont aussi révélé l’augmentation des résultats positifs pour les patients, de 30  à 55 pour cent. (Source : Fondation des maladies du cœur et de l'AVC)

Le CUSM est le seul établissement médical du Québec à être doté d’un centre de soins tertiaires et d’un centre de soins secondaires de l’AVC. Les deux unités sont ultraspécialisées et fournissent rapidement évaluation, diagnostic et traitement pour tout type d’AVC. Les spécialistes du CUSM mettent tout en œuvre pour offrir des soins et des traitements d’excellente qualité et continuer à améliorer de façon novatrice l’issue des interventions thérapeutiques pour les victimes d’un AVC.

Pour se renseigner sur la clinique de l’AVC de l’Hôpital général de Montréal, veuillez consulter Montreal General Hospital stroke clinic

Pour se renseigner sur l’AVC, veuillez consulter la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC.

 

LE NEURO
L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal – le Neuro – est une destination de renommée mondiale en recherche sur le cerveau et en soins neurologiques de pointe. Depuis sa fondation en 1934 par le célèbre neurochirurgien Wilder Penfield, le Neuro est devenu le chef de file du domaine au Canada et un des plus grands centres spécialisés au monde. L’interaction étroite entre la recherche, les soins et la formation de spécialistes d’exception renforce le rayonnement du Neuro dans l’étude et le traitement des troubles du système nerveux. L’Institut neurologique de Montréal est un institut de recherche et d’enseignement de l’Université McGill reconnu mondialement. L’Hôpital neurologique de Montréal fait partie de la mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Pour tout renseignement, veuillez consulter www.leneuro.ca

Coordonnées

Contact: 
Maya-Olivia Eyssen
Organisation: 
Institut et hôpital neurologiques de Montréal
Courriel: 
maya-olivia.eyssen [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514 398-3376
Téléphone cellulaire: 
514-699-3077
Étiquettes: 

Suivre Institut et hôpital neurologiques de Montréal sur: