Octroi d’un financement important afin de poursuivre la mise au point d’une application d’analyse des mouvements oculaires pour diagnostiquer les troubles neurologiques et appuyer les patients

Le Dr Étienne de Villers-Sidani, chercheur et neurologue au Neuro (Institut-hôpital neurologique de Montréal) travaille à la mise au point d’une application mobile qui améliorera la qualité de vie des patients aux prises avec des troubles neurologiques ou des maladies neurodégénératives, comme la sclérose en plaques (SP), la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la démence fronto-temporale, ainsi que les soins leur étant prodigués. 

Le Dr Étienne de Villers-Sidani, chercheur et neurologue au Neuro (Institut-hôpital neurologique de Montréal) travaille à la mise au point d’une application mobile qui améliorera la qualité de vie des patients aux prises avec des troubles neurologiques ou des maladies neurodégénératives, comme la sclérose en plaques (SP), la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la démence fronto-temporale, ainsi que les soins leur étant prodigués. 

Innodem Neurosciences, l’entreprise du Dr de Villers-Sidani qui a conçu l’application mobile, a maintenant reçu un financement de six millions de $ US pour poursuivre le développement et la commercialisation de sa technologie numérique brevetée d’analyse des biomarqueurs, laquelle repose sur l’apprentissage machine/profond. Le logiciel mobile permet à une tablette ou à un téléphone intelligent de capter fidèlement en quelques minutes les biomarqueurs des mouvements oculaires (EMB) et biomarqueurs de la cartographie du regard (GMB) afin d’aider les cliniciens à établir un diagnostic ou à suivre la progression d’une maladie. L’analyse des mouvements oculaires peut être effectuée à distance en quelques minutes par les patients, dans le confort de leur propre foyer, ce qui constitue un important avantage en tout temps, mais surtout en temps de pandémie. 

« Cette application est le fruit d’une collaboration avec mes collègues du Neuro et de l’Université McGill, et plus particulièrement avec des patients, dont la participation est essentielle à la mise au point et au raffinement de la technologie », affirme le Dr de Villers-Sidani. 

Des essais cliniques seront menés sur la technologie numérique de détection des biomarqueurs à l’Unité de recherche clinique (URC) du Neuro, sous la direction de la Dre Angela Genge et en coordination avec le Dr Paul Giacomini du groupe sur la SP. Ces études auront pour but de déterminer dans quelle mesure la technologie d’Innodem permet la détection et l’analyse des changements subtils sur le plan du mouvement oculaire, qui pourraient être signe d’une évolution de la maladie non détectable au moyen des méthodes standards comme les IRM ou les questionnaires fondés sur l’échelle de Kurtzke. « S’ils étaient en mesure de détecter les premiers signes avant-coureurs de transition vers la forme progressive de la SP, les médecins pourraient recommander des traitements capables de prévenir le développement d’atteintes neurologiques plus graves. Or, il n’existe à l’heure actuelle aucun outil pratique de détection d’une telle transition vers la SP progressive, et je pense que l’analyse des mouvements oculaires pourrait venir combler cette lacune importante », conclut le Dr de Villers-Sidani. 

 

Renseignements additionnels : 

 

Le Neuro 

Le Neuro est un institut de recherche et d’enseignement de McGill, qui offre des soins de haut calibre aux patients, est la pierre angulaire de la Mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Nous sommes fiers d’être une institution Killam, soutenue par les fiducies Killam.

Back to top