Une découverte importante aboutit à un transfert de technologie

Nouvelles

Impact des travaux du Dr Greg Matlashewski sur le diagnostic du cancer du col de l’utérus

L’Université McGill vient de signer un accord important avec un laboratoire italien et une importante société américaine (Digene) dans le but de concéder sous licence une découverte essentielle effectuée par un spécialiste de la génétique moléculaire de l’Université McGill, le Dr Greg Matlashewski. Avec une équipe de chercheurs étrangers, Greg Matlashewski a en effet identifié un marqueur génétique, le gène suppresseur de tumeur p53, qui semble prédisposer au cancer du col. La découverte de Matlashewski a donné lieu à une publication dans Nature en mai dernier et l’accord avec Digene, conclu par le bureau de transfert de technologies de McGill, a fait l’objet de négociations intenses pendant plusieurs mois. Grâce à cette découverte, McGill percevra des redevances et d’autres paiements.

Le cancer du col de l’utérus touche chaque année 500 000 femmes dans le monde et se situe au deuxième rang des causes de décès par cancer chez les femmes. Le papillomavirus humain est la principale cause du cancer du col de l’utérus. Pratiquement tous les cas de cancer du col peuvent être prévenus s’ils sont décelés au stade pré-cancéreux.

Selon Greg Matlashewski, "ce marqueur génétique, qui porte le nom de p53Arg, pourrait permettre de dépister les femmes victimes d’une infection à papillomavirus qui courent des risques accrus de cancer du col de l’utérus. Digene est un chef de file dans le domaine du diagnostic des infections à papillomavirus humain et du cancer du col de l’utérus, l’association entre McGill et Digene est donc tout à fait naturelle."

Selon le vice-président (recherche) et directeur scientifique de Digene, Attila Lorincz, "Nous pensons que le gène p53Arg complétera notre gamme de produits pour le dépistage du cancer du col de l’utérus et améliorera l’efficacité des tests de dépistage du papillomavirus humain. Nous avons l’intention d’inclure ces tests à nos essais de dépistage internationaux du cancer du col de l’utérus dans les meilleurs délais possibles."

Le Dr Matlashewski insiste sur le fait qu’il faut approfondir les recherches. En collaboration avec le Dr Eduardo Franco du département d’oncologie de McGill, il entend mener des études au Brésil où l’on enregistre le plus grand nombre de cancers du col de l’utérus du monde.

Le Dr Matlashewski cherche également à concevoir un vaccin produit par génie génétique et de nouveaux traitements contre les infections à leishmania, qui, à l’instar de la malaria, sont transmises par les insectes et causent des milliers de décès chaque année dans les pays en développement, notamment chez les enfants. En collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Dr Brian Ward du service de médecine tropicale de McGill, Greg Matlashewski espère également lancer un essai clinique au Pérou l’année prochaine pour expérimenter des nouveaux traitements contre la leishmaniose.

Le CRM considère que Greg Matlashewski fait partie des chercheurs les plus talentueux du Canada. Ses recherches sont financées par l’Institut national du cancer, le Conseil de recherches médicales, l’Organisation mondiale de la santé et plusieurs laboratoires pharmaceutiques, ainsi que par l’Université McGill et l’Institut de parasitologie.