Télescope du pôle Sud : explorer les secrets de l'Univers, de l'extrémité de la Terre

Nouvelles

« Ici, c'est de plus en plus froid. Depuis Noël, la température n'a pas cessé de chuter. Jusqu'à maintenant, elle n'était pas descendue plus bas qu'une journée froide à Montréal, soit autour de - 28 °C. Maintenant, les degrés dégringolent continuellement et pour nous rendre au laboratoire du secteur noir, nous avons commencé à enfiler notre passe-montagne et nos lunettes de ski. »

Le 29 janvier dernier n'était qu'une autre journée au bureau pour l'astrophysicien mcgillois Matt Dobbs. Pourtant, au cours des dernières semaines qui ont précédé la préparation du projet Télescope du pôle Sud, les conditions de travail de Matt Dobbs auraient paru décourageantes, voire insupportables pour la plupart des Nord-Américains. Il faut dire cependant que la plupart des Nord-Américains ne consacrent pas leurs journées entières à se préparer à explorer la nature de l'énergie noire, le phénomène inexpliqué responsable de l'accélération de l'expansion de l'Univers. « En gros, nous sonderons les amas galactiques et utiliserons les données recueillies afin de retracer l'histoire de la croissance de l’Univers », a indiqué l'astrophysicien qui a tenu un blogue au cours des jours précédant « l'obtention de la première lumière » du télescope, une expression utilisée par les astronomes afin de décrire la première fois où un télescope est utilisé pour étudier le cosmos.

Le projet Télescope du pôle Sud, l'une des nombreuses activités de recherche entreprises dans le cadre de l'Année polaire internationale qui a débuté en 2007, consiste à tenter de repérer des amas galactiques massifs en observant des distorsions spectrales dans le cosmos. L'énergie noire entrave la croissance d'amas galactiques. Ainsi, l'étude de la population d'amas par le biais du temps cosmique donnera aux scientifiques un aperçu de la nature de l'énergie noire. « Si nous réussissons à cartographier les amas galactiques en fonction du temps, nous serons davantage en mesure de comprendre le rôle de l'énergie noire dans l'histoire de l'Univers », a indiqué M. Dobbs. Gil Holder, professeur de physique de l'Université McGill, qui prend également part au projet, a pour sa part ajouté que « l'énergie noire représente environ 70 pour cent de la densité d'énergie dont est formé l'Univers. Cependant, nous ne pouvons avancer aucune explication physique valable à cet égard. En déchiffrant ce qui est possiblement le plus grand mystère de la cosmologie et de la physique des particules, nous pourrons fournir un morceau essentiel de ce casse-tête ».

Financé par le Bureau des programmes polaires de la Fondation nationale des sciences, le projet est une collaboration entre huit institutions des États-Unis – l'Université de Chicago, l'Université de Californie à Berkeley, l'Université de l'Illinois, l'Université Case Western Reserve, le Laboratoire de recherche sur la propulsion de la NASA, le Centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian, l'Université du Colorado à Boulder, l'Université de Californie à Davis – et un partenaire canadien, l'Université McGill.

Coordonnées

Contact: 
Pascal Zamprelli
Organisation: 
Service des affaires universitaires, Université McGill
Courriel: 
pascal.zamprelli [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-1385