Les femmes aux cheveux roux répondent mieux à un analgésique

Nouvelles

Un gène associé aux cheveux roux et à la peau claire pourrait également être responsable de la façon dont les femmes réagissent aux analgésiques, si l'on en croit les résultats d'une étude réalisée par le célèbre chercheur, Jeffrey Mogil, professeur de psychologie à l'Université McGill, et collaborateur aux États-Unis Les résultats de cette étude seront publiés aujourd'hui dans les Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis (article no 03-0053).

« Même si nous sommes convaincus que la douleur est la même chez toutes les femmes, quelle que soit la couleur de leurs cheveux », explique M. Mogil, « notre étude démontre que les femmes aux cheveux roux répondent mieux que quiconque à l'analgésique que nous avons expérimenté, y compris les hommes. »

Des recherches préalables ont laissé entrevoir l'existence d'une voie de la douleur propre aux femmes dans le cerveau. Les analgésiques qui ciblent les récepteurs de cette voie, que l'on appelle les récepteurs opiacés kappa, ne fonctionneraient apparemment que chez les femmes. À l'aide d'une technique appelée cartographie quantitative des locus de caractère, M. Mogil et ses collègues ont identifié un gène qui pourrait être responsable de cette différence entre les sexes. Fait étonnant, ce gène, appelé Mc1r, a été associé pour la première fois non pas à une fonction neurologique, mais à la pigmentation. Les variantes de ce gène causent les cheveux roux et la peau claire chez l'être humain.

Les rousses et les analgésiques

Les chercheurs ont analysé les effets de l'analgésique spécifique kappa sur des souris mutantes avec une variante inactive du Mc1r analogue à la variante « cheveux roux » chez l'être humain. Même s'ils ont constaté des différences sexuelles caractéristiques dans les effets des analgésiques chez des souris saines, ces différences avaient disparu chez les mutantes. Les chercheurs ont alors testé un analgésique kappa utilisé par voie clinique, la pentazocine, sur des hommes et des femmes possédant plusieurs variantes du Mc1r qui entraînent des couleurs de cheveux et des types de peau différents. Les variantes du Mc1r n'ont pas eu le moindre effet sur la réponse analgésique des hommes à la pentazocine, mais ont provoqué une réponse plus marquée chez les femmes aux cheveux roux et à la peau claire. Ces résultats incitent à croire que le Mc1r module une voie de la douleur spécifique kappa uniquement chez les femmes.

Auteurs :

« The Melanocortin-1 Receptor Gene Mediates Female-Specific Mechanisms of Analgesia in Mice and Humans », par Jeffrey S. Mogil, Sonya G. Wilson, Elissa J. Chesler, Andrew L. Rankin, Kumar V. S. Nemmani, William R. Lariviere, M. Kristina Groce, Margaret R. Wallace, Lee Kaplan, Roland Staud, Timothy J. Ness, Toni L. Glover, Magda Stankova, Alexander Mayorov, Victor J. Hruby, Judith E. Grisel et Roger B. Fillingim.

Jeffrey Mogil, titulaire de la chaire E.P. Taylor d'études sur la douleur à McGill, est un canadien rapatrié que l'Université McGill a recruté à l'Université d'Illinois à Urbana-Champaign, où il a pour la première fois identifié les circuits génétiques spécifiques du sexe qui régissent la façon dont les hommes et les femmes réagissent à la douleur. Plus généralement, M. Mogil a analysé les influences génétiques et environnementales qui se conjuguent pour régir les réactions à la douleur. Au minimum, le repérage des gènes coupables peut aider les médecins à adapter les posologies médicamenteuses aux besoins de chaque patient. Au mieux, les recherches de M. Mogil pourraient aboutir à de nouveaux médicaments permettant de soulager la douleur et de sauver des vies.