Instrument d'analyse des problèmes du changement climatique

Nouvelles

Maintenant que le gouvernement fédéral a signé le Protocole de Kyoto, s’engageant par là à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Canada, M. Richard Loulou, professeur de gestion à McGill, pense son équipe est en mesure de l’aider à atteindre ce but. Après avoir étudié les changements climatiques et leurs répercussions économiques et sociales pendant dix ans, M. Loulou et ses co-chercheurs ont conçu un modèle qu’ils ont baptisé MARKAL afin de déterminer les ensembles de mesures appropriées et économiquement rentables qu’il faut prendre pour arriver à des résultats. De fait, MARKAL est le seul modèle de son genre au Canada et il a récemment été adopté par le Processus national sur le changement climatique (PNCC) comme l’un de ses principaux instruments analytiques, fait observer M. Loulou.

Le Canada est le deuxième plus gros producteur mondial de GES par t&êcirc;te d’habitant, guère loin derrière les états-Unis. Les gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane, absorbent la chaleur dans l’atmosphère, processus naturel et vital pour qu’il y ait de la vie sur terre. Cependant, les quantités excessives de GES qui résultent principalement de la combustion de combustibles fossiles sont la cause des effets indésirables du changement climatique. C’est pourquoi le Canada et quantité d’autres pays ont signé le Protocole de Kyoto qui les oblige à réduire leurs émissions de GES d’ici 2010.

M. Loulou a bon espoir que MARKAL pourra aider le gouvernement canadien à trouver l’ensemble des mesures les plus appropriées et les plus économiquement rentables pour réduire de 6 % ses émissions de GES par rapport au niveau de 1990. Il décrit le modèle comme un instrument complexe et intégré qui évalue les sources de GES et leur intensité, examine les mesures possibles et propose d’autres sources d’énergie moins "dommageables". "Le modèle indique que la solution réside dans un ensemble de mesures diversifiées", explique-t-il, "qui vont de programmes de réduction à l’énergie éolienne et à l’injection de CO2 dans la cro&ûcirc;te terrestre".

Le chercheur de McGill qui est l’un des membres fondateurs d’une équipe interuniversitaire du nom de GERAD (Groupe d’études et de recherches sur l’analyse des décisions) et qui dirige l’équipe du GERAD responsable du projet de modèle, croit par ailleurs que la cible canadienne est à portée de la main et qu’elle est économiquement rentable. Et il ajoute : "bien s&ûcirc;r, le respect des conditions du Protocole ne sera pas sans prix, mais je ne pense pas que la facture sera exorbitante. Certains secteurs en profiteront plus que d’autres, certaines provinces en pâtiront plus que d’autres, mais le prix global pour les Canadiens sera acceptable". Mais il ajoute cette mise en garde : "il ne s’agit là que d’une première mesure; elle ne suffira pas en soi à prévenir le changement climatique".