Écologie de la grossesse et de l'accouchement

Nouvelles

Une conférence sur les facteurs environnementaux du cancer et de la santé génétique présentée à l'occasion du 40e anniversaire de la publication du livre Silent Spring, de Rachel Carson

Dans le cadre des conférences Beatty de l'Université McGill, Sandra Steingraber, professeur, poète et vainqueur d'un cancer, prononcera une allocution intitulée The Ecology of Pregnancy and Childbirth – Protecting the First Environment.

Ce premier volet d'un cycle de deux conférences organisé à l'occasion du 40e anniversaire de la publication du livre Silent Spring, de Rachel Carson, sera présenté le mardi 3 décembre, à 19 h 30, dans l'amphithéâtre Fieldhouse (salle 132) du pavillon Leacock.

Décédée en 1964, la biologiste Rachel Carson a signé plusieurs ouvrages sur le milieu naturel. C'est en 1962, après sa retraite, que Rachel Carson a publié son livre le plus connu, Silent Spring. Elle a travaillé quinze ans au sein de la fonction publique fédérale américaine à une époque où les femmes étaient peu nombreuses à faire carrière en sciences, et l'étaient encore moins à s'élever contre le statu quo. Appelée à témoigner devant le Congrès américain en 1963, cette écologiste militante a été l'une des premières à souligner les dangers de l'utilisation illimitée des pesticides.

Décrite par l'organisme Sierra Club comme « la nouvelle Rachel Carson », Sandra Steingraber a reçu le prix d'initiative Rachel-Carson de l'alma mater de la défunte biologiste, le Collège Chatham. Actuellement membre du personnel enseignant du Centre pour l'environnement de l'Université Cornell, à New York, Sandra Steingraber a collaboré au plan d'action national du président Clinton sur le cancer du sein, a participé à la négociation d'un traité international sur les polluants organiques persistants et a renseigné les délégués de l'ONU sur la contamination du lait maternel par les dioxines.

Spécialiste des facteurs environnementaux du cancer et de la santé génétique, Sandra Steingraber vient de publier un ouvrage intitulé Having Faith dans lequel elle examine les liens entre les polluants et le cancer et leur effet sur le développement foetal. Elle parsème son analyse d'anecdotes personnelles sur sa deuxième grossesse et la naissance de sa fille Faith. Elle se prononce en faveur de l'établissement de programmes de collecte de données pour l'étude des facteurs environnementaux du cancer et de la santé génétique, arguant qu'un public bien informé sera plus susceptible d'exhorter les élus à appliquer les règlements en vigueur sur la protection de l'environnement.

Sandra Steingraber a collaboré avec des groupes de femmes des communautés du Nord et affirme que la liberté des femmes de choisir des aliments sains et de donner à leurs bébés du lait maternel salubre est limitée par la présence dans les denrées alimentaires locales de contaminants environnementaux qui proviennent en grande partie de sources situées à des milliers de kilomètres de distance. Ses propos donnent beaucoup à réfléchir, mais elle demeure optimiste. Dans Having Faith, elle médite sur une adaptation contemporaine de l'hymne We Shall Overcome (« nous vaincrons »), estimant que lorsque les liens entre la contamination du milieu naturel et la santé génétique seront entièrement élucidés, les gens se mobiliseront et entonneront tous en choeur son nouveau refrain : we shall not abstain (« nous ne nous abstiendrons pas »).

À McGill, elle rencontrera des employés, des membres du personnel enseignant et des étudiants de l'École de l'environnement. Sa conférence publique portera sur les effets de l'exposition prénatale du foetus à des contaminants provenant du milieu externe et les raisons pour lesquelles ce « premier environnement » doit être considéré comme une partie essentielle de la biosphère.

Cette année marque le 50e anniversaire des conférences Beatty, qui sont gratuites et publiques, traitent de sujets d'intérêt général et font figurer de prestigieux conférenciers du monde entier.