Les comportements répétitifs s’estompent avec l’âge chez la plupart des enfants autistes

Les comportements restreints et répétitifs diminuent notablement chez environ 75 % des enfants autistes âgés de 3 à 11 ans, selon une étude portant sur plus de 400 enfants

Les comportements restreints et répétitifs diminuent notablement chez environ 75 % des enfants autistes âgés de 3 à 11 ans, selon une étude portant sur plus de 400 enfants. Il s’agit de l’étude la plus longue jamais réalisée pour analyser cette caractéristique essentielle de l’autisme.

Les chercheurs ont présenté ces résultats inédits lors de la réunion annuelle de l’International Society for Autism Research à Montréal en 2019.

Les comportements restreints et répétitifs, tels que les claquements de doigts et les battements de mains, constituent des caractéristiques distinctives de l’autisme. Ces comportements permettent à certains enfants d’affronter le stress. Cependant, ils peuvent également entraver leurs capacités d’apprentissage et de socialisation, et se manifester sous forme de pratiques d’automutilation. Les comportements répétitifs sévères peuvent même être liés à des retards dans le développement des aptitudes à la vie quotidienne. Les spécialistes débattent donc de l’opportunité et du moment pour intervenir.

Les récents travaux laissent penser que de tels comportements s’atténuent souvent alors que les enfants autistes avancent en âge.

« [Ces comportements] ont tendance à diminuer. Par conséquent, essayer d’y mettre fin n’est pas d’une grande utilité », explique Valérie Courchesne, une chercheuse postdoctorale dans le laboratoire de Mayada Elsabbagh au CARA, situé au Neuro, un institut d’enseignement de l’Université McGill, à Montréal.

Mme Courchesne et ses collègues ont recruté 421 enfants autistes pour Pathways in ASD, une étude à long terme sur les enfants autistes au Canada. Lorsque les enfants avaient 3 ans et demi, 4 ans, 4 et demi, 6 ans et demi, 9 et 11 ans, leurs parents ont rempli l’échelle des comportements répétitifs révisée, en répondant à des questions sur 43 comportements restreints et répétitifs.

Diminution :

L’évolution de ces comportements s’est faite selon cinq trajectoires. Le nombre de ces comportements a diminué avec le temps pour quatre de ces cinq trajectoires.

À titre d’exemple, certains enfants avaient en moyenne 30 comportements restreints et répétitifs à l’âge de 3 ans et demi, mais ce nombre est tombé à environ 20 quand ils atteignaient 11 ans. Les chercheurs ont constaté que la baisse la plus importante se produisait généralement entre 3 ans et demi et 6 ans et demi.

Chez environ 25 % des enfants, les comportements répétitifs ont augmenté au fil du temps, passant d’environ 16 types à l’âge de 3 ans et demi à 20 types à l’âge de 11 ans. Ces enfants présentaient également des compétences linguistiques limitées par rapport à celles des autres groupes.

Mme Courchesne prévoit analyser ces comportements répétitifs selon le type afin de déterminer si certains de ces types sont associés à de meilleurs résultats à long terme que d’autres.

Pour consulter les autres rapports sur la réunion annuelle 2019 de l’International Society for Autism Research, veuillez cliquer ici.

Cet article a été initialement publié dans Spectrum le 3 mai 2019.

 

 

À propos du CARA
Le Centre Azrieli de recherche sur l’autisme (CARA) transforme la recherche, la formation et les soins afin d’améliorer la vie des personnes autistes et de leurs familles. Créé en 2017 grâce à la Fondation Azrieli, le CARA axe son action sur la science ouverte, l’inclusion et la collaboration communautaire. Ce centre de recherche de pointe s’est engagé à approfondir les mécanismes sous-jacents à l’autisme et aux affections connexes, à mettre au point de nouveaux outils de diagnostic et des interventions efficaces grâce à une recherche translationnelle novatrice et à des soins intégrés et à former la relève en matière de recherche fondamentale et clinique sur l’autisme.

Le Neuro McGillMcGill University Health CentreKillam Laureates

Le Neuro (L'Institut-hôpital neurologique de Montréal) - un institut de recherche et d’enseignement bilingue de McGill, qui offre des soins de haut calibre aux patients - est la pierre angulaire de la Mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Nous sommes fiers d’être une institution Killam, soutenue par les fiducies Killam.

Back to top