research and patient care at The Neuro

Josie Maiorino Arcobelli

J’aimerais bien écrire quelque chose d’inspirant et de réconfortant pour rendre service à quelqu’un, mais ça m’est impossible. Rien n’est simple quand on vous apprend que vous avez une tumeur au cerveau. On s’imagine vite le pire : « Que va-t-il m’arriver? »

Ex-patiente traitée pour une tumeur au cerveau.

J’aimerais bien écrire quelque chose d’inspirant et de réconfortant pour rendre service à quelqu’un, mais ça m’est impossible. Rien n’est simple quand on vous apprend que vous avez une tumeur au cerveau. On s’imagine vite le pire : « Que va-t-il m’arriver? » Malheureusement, on se fait difficilement à l’idée quand on reçoit un diagnostic de méningiome. En fait, c’est parfaitement terrifiant et angoissant, et ça vous donne l’impression que la situation ne peut être renversée. Malgré tout, je dois aussi vous recommander, devant une telle épreuve, de bien choisir votre entourage. Votre famille, vos amis et vos médecins sont les piliers de votre force lorsque vous êtes dans le creux de la vague. Ces personnes forment votre équipe de soutien, des gens à garder près de soi. Je vous assure qu’elles seront tout pour vous.

On m’a diagnostiqué un méningiome en novembre 2013 et on m’a aussitôt informée qu’il fallait procéder à l’ablation chirurgicale de ma tumeur. C’était tellement rapide et si impersonnel, que j’avais hâte de sortir du bureau de ce médecin et de me précipiter dans ma voiture pour pleurer en privé. Par malheur, la découverte de ma tumeur n’a pas eu lieu à l’Institut neurologique de Montréal. Alors que nous cherchions une deuxième opinion et une confirmation, nous avons eu la chance de rencontrer le Dr Kevin Petrecca. Pendant que j’étais soignée à l’INM, le Dr Petrecca a étudié mon cas attentivement et a assuré un suivi minutieux par la suite, tandis qu’il supervisait de près mon état. En octobre 2015, après une IRM de routine, on a constaté que la taille de mon méningiome avait beaucoup augmenté et que la surveillance n’était malheureusement plus une solution. Étant donné l’emplacement de ma tumeur, nous avons examiné avec les options possibles le Dr Petrecca. Après en avoir discuté longuement et souvent, le Dr Petrecca a suggéré que la meilleure solution pour obtenir des résultats positifs était de commencer des séances de radiothérapie.

Durant plus de six semaines, j’ai été confiée aux soins du Dr Abdulkarim, un merveilleux oncologue de l’INM, durant mes traitements quotidiens et mes suivis hebdomadaires. Ces six semaines n’ont pas été faciles. J’ai beaucoup pleuré et la colère et la fatigue que je ressentais étaient inévitables. Bien entendu, l’équipe de médecins et d’infirmières et d’infirmiers de l’INM a joué un rôle crucial pour m’aider à traverser cette période difficile; ils ont toujours manifesté beaucoup de sincérité et de bienveillance pour mon cas. De plus, le Dr Petrecca a toujours été là, tout au long de mes traitements.

Malgré les centaines de patients que le Dr Petrecca traite quotidiennement, et je veux vraiment dire des centaines, car j’ai vu son bureau se remplir comme une salle de concert, j’ai toujours eu l’impression d’être une priorité pour lui. Il était toujours là pour répondre à mes questions et mes préoccupations. Être suivie par le Dr Petrecca m’a rassuré que je recevais les meilleurs soins possible.

Aujourd’hui, exactement un an et deux semaines plus tard, j’ai encore un méningiome, mais beaucoup plus petit et vraiment moins envahissant. Non, je ne peux pas affirmer que tout est fini et bel et bien fini, mais je puis dire que je suis reconnaissante. Je suis reconnaissante pour ma situation actuelle, pour l’endroit où j’ai été traitée, la sécurité et le réconfort que j’y ai reçus, les résultats que j’ai obtenus, les personnes que j’ai rencontrées, et tous les effets positifs qu’elles ont eus dans ma vie. Je peux affirmer avec fierté qu’il y a environ six mois, j’ai commencé à me sentir comme auparavant. Je sais que je ne suis pas complètement au bout de mes peines, car je suis encore aux prises avec des difficultés quotidiennes. Mais j’accepte mieux et plus facilement la vie et les situations qu’elle met sur notre chemin.

Pour toutes ces raisons, j’ai le sentiment de devoir apporter ma contribution pour exprimer ma gratitude au groupe de l’Institut neurologique de Montréal. C’est ici que je vous invite tous à m’aider à rendre les bienfaits que j’ai reçus au Dr Petrecca et à sa merveilleuse équipe, afin qu’ils puissent poursuivre leur recherche et venir en aide à celles et ceux qui les consultent. D’innombrables tumeurs au cerveau sont diagnostiquées chaque jour et malheureusement les médecins et les chercheurs ne peuvent résoudre cette vague négative seulement par eux-mêmes.

Cette expérience m’a appris l’importance de pouvoir compter sur une équipe solide et bienveillante qui vous soutient, vous guide et vous ouvre la voie, même lors des jours les plus pénibles. Mon témoignage ici n’est pas ce qui est important. Mais il existe beaucoup de gens qui, tout comme moi, seront aux prises avec ce genre de situations difficiles. Nous pouvons tous être un rayon de clarté pour quelqu'un et ensemble nous pouvons être l’équipe qui aide beaucoup de gens!

En gage de ma compréhension et de ma reconnaissance pour cette cause, je souhaite exprimer ma gratitude en aidant le Dr Kevin Petrecca et son équipe de recherche dévouée à poursuivre leur  travail et à découvrir de meilleurs traitements par le truchement de BRAIN MATTERS/Affaires Cérébrales. Pour se renseigner ou pour participer, veuillez cliquer ici ou appeler Josie Maiorino Arcobelli au (cell.) 514-926-1282 ou au (rés.) 514-494-1282

 

Le Neuro est un institut de recherche et d’enseignement de McGill. L’Hôpital neurologique de Montréal, qui offre des soins de haut calibre aux patients, est la pierre angulaire de la Mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Nous sommes fiers d’être une institution Killam, soutenue par les fiducies Killam.