Faire la lumière sur la maladie de Parkinson pour de nouveaux traitements et remèdes

Une étude observationnelle recherche des personnes récemment diagnostiquées et celles présentant des facteurs de risque

Le développement de traitements plus efficaces pour traiter la maladie de Parkinson (MP) commence par des données - beaucoup, beaucoup de données. Une étude observationnelle de la Fondation Michael J. Fox pour la recherche sur la maladie de Parkinson a développé le référentiel de données et d'échantillons biologiques sur la MP le plus complet au monde. L'idée derrière l'initiative révolutionnaire des Marqueurs de progression de la maladie de Parkinson (PPMI) est qu'en apprenant tout ce que nous pouvons sur la façon dont la maladie se développe et progresse, nous pouvons créer des thérapies mieux ciblées et, tout aussi important, les tester avec plus de précision dans des essais cliniques.

Aujourd'hui, l’étude PPMI entre dans son ère la plus ambitieuse et fait passer sa cohorte de 1 400 participants à 4 000 distribués sur près de 50 sites dans 12 pays. L'Unité de recherche clinique du Neuro (Institut-hôpital neurologique de Montréal) est le seul site au Québec et l'un des trois sites au Canada à participer à cette importante expansion.

L’étude PPMI recrute des personnes qui ont récemment reçu un diagnostic de MP ainsi que des personnes de plus de 60 ans à risque de développer la maladie qui aideront à faire avancer la recherche.

L'expansion de PPMI au Canada est soutenue en partie par le financement de la Fondation de la famille Weston, par l'intermédiaire du Weston Brain Institute.

Partage mondial des connaissances

« La deuxième phase de cette étude vise à encapsuler la maladie de Parkinson dès ses premiers stades et à la suivre de manière complète et systématique sur un groupe plus large d'individus sur une plus longue période » , déclare Ronald Postuma, MD, neurologue et chercheur de renommée mondiale spécialisé dans les troubles du mouvement. Il est également le chercheur principal du PPMI au Neuro.

Selon la Société Parkinson du Canada, plus de 100 000 Canadiens vivent aujourd'hui avec la maladie de Parkinson. Cette condition survient lorsque les cellules cérébrales qui produisent normalement la dopamine (qui aide à contrôler les mouvements) meurent, entraînant des tremblements, une altération de l'équilibre et de la rigidité musculaire ainsi que de nombreux symptômes non moteurs tels que des changements cognitifs et des troubles de l'humeur.

Capture complète

Pour explorer les nuances de ce trouble complexe et développer des mesures objectives de la maladie, l'étude vise à répertorier des données cliniques et d'imagerie ainsi que des échantillons biologiques des participants. L’étude PPMI ne teste aucun médicament ; l'étude suit simplement les individus au fil du temps.

« L'étude PPMI analyse les marqueurs biologiques (des protéines et voies cellulaires) et la présentation clinique (fonction et sensation) pour suivre leur évolution au fil du temps afin que nous ayons une idée de l'histoire naturelle de la maladie. Il est important d'avoir une idée de quels biomarqueurs peuvent être utilisés pour tester de nouveaux traitements et de ce à quoi on peut s'attendre en termes de progression. De cette façon, nous pouvons développer des essais

cliniques qui nous donneront des indications plus précises sur l'efficacité », explique le Dr Postuma.

Les données fournies à l'étude PPMI sont d’abord anonymisées puis partagées avec des chercheurs qualifiés qui doivent demander l'accès et signer un formulaire acceptant de protéger la confidentialité des données. Ce répertoire de données inégalé permet aux chercheurs d'apprendre d'un groupe de personnes beaucoup plus large que s'ils étudiaient des participants dans leur voisinage immédiat.

Enquêter sur les phases précoces

Un domaine d'intérêt particulier pour l'étude PPMI est le stade le plus précoce de la maladie, appelé Parkinson prodromique. Avant qu'un individu ne se présente au cabinet du médecin avec de la lenteur, des tremblements ou de la rigidité, il y a une longue phase prodromique où la maladie est déjà présente mais moins apparente. À ce stade, les personnes peuvent développer des troubles de l'humeur, une perte d'odorat (non liée au Covid ou au tabagisme) et un trouble du comportement en sommeil paradoxal (réaliser des rêves), qui ont tous une forte corrélation avec le développement de la maladie de Parkinson.

L’étude PPMI recrute également des personnes qui ont reçu un diagnostic de la maladie de Parkinson au cours des deux dernières années, et qui n'ont pas encore commencé à prendre des médicaments, ainsi que des personnes ayant des antécédents familiaux de la maladie et celles qui ont une mutation génétique connue liée à la maladie de Parkinson (dans le gène GBA, LRRK2, SNCA, PRKN ou PINK1).

« Il est important d'en savoir plus sur cette étape, car tout essai préventif ou protecteur visant à ralentir le processus pathologique sous-jacent serait probablement plus efficace s'il pouvait avoir lieu plus précocement", souligne le Dr Postuma.

Pour participer

Les personnes intéressées à participer à cette étude observationnelle au Neuro peuvent communiquer avec l'équipe des troubles du mouvement de l'Unité de recherche clinique au (514) 398-2538, neurocog-cru.neuro [at] mcgill.ca ou en visitant cru.mcgill.ca/fr/troublesmouvement.

Le Neuro McGillMcGill University Health CentreKillam Laureates

Le Neuro (L'Institut-hôpital neurologique de Montréal) - un institut de recherche et d’enseignement bilingue de McGill, qui offre des soins de haut calibre aux patients - est la pierre angulaire de la Mission en neurosciences du Centre universitaire de santé McGill. Nous sommes fiers d’être une institution Killam, soutenue par les fiducies Killam.

Back to top