Une nouvelle ressource internationale - Le Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales est inauguré à l'Université McGill

Nouvelles

Le Premier ministre Jean Chrétien et la vice-première ministre Pauline Marois participent aux cérémonies

Le Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales de l'Université McGill situé à l'Institut neurologique de Montréal (INM) a été inauguré ce matin en présence du Premier ministre Jean Chrétien, de la vice-première ministre du Québec Pauline Marois, du principal et vice-chancelier de McGill, Bernard Shapiro, et du nouveau directeur de l'INM, le docteur David Colman.

Le Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales est l'aboutissement d'une campagne de financement de 26 millions de dollars. Cette nouvelle aile de trois étages et de 24 000 pieds carrés de l'INM abrite des installations de recherche de pointe et le Centre de communications de Grandpré, un infrastructure de télécommunications des plus modernes équipée pour la télémédecine, les présentations multimédias, les vidéoconférences et la formation à distance. Des dons importants ont été offerts par des fondations et des donateurs privés. La Fondation canadienne pour l'innovation et le Fonds de recherche en santé du Québec ont également financé le projet. « Ce que nous célébrons aujourd'hui, c'est le leadership. Le leadership de gens grâce à qui ces installations ont pu voir le jour. Le leadership de chercheurs renommés mondialement et qui travaillent ici aujourd'hui – un très bon exemple de l'engagement du Canada envers l'excellence en recherche médicale et en traitements novateurs. Le leadership des scientifiques qui enseignent à une nouvelle génération de chercheurs qui serviront non seulement le Canada, mais toute la collectivité mondiale. » a souligné le Premier ministre Jean Chrétien lors de la cérémonie d'inauguration.

Depuis ses débuts, l'Institut neurologique de Montréal de l'Université McGill a été un vibrant exemple du rôle prépondérant du Québec en matière de recherche médicale. « Le Québec a acquis une réputation enviable dans le domaine des sciences de la vie. L'ouverture du Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales va non seulement renforcer notre position à l'avant-garde de la recherche médicale mais également profiter directement à des milliers de patients du Québec et d'ailleurs dans le monde. J'aimerais assurer les chercheurs et les cliniciens du Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales de l'Institut neurologique de Montréal du soutien du gouvernement du Québec », a affirmé madame Pauline Marois, vice-première ministre et ministre des Finance du Québec.

Le Centre de recherche sur les tumeurs cérébrales est au cœur d'une initiative nationale qui vise à faire du Canada un chef de file mondial dans la lutte contre les tumeurs du système nerveux. « Nous avons embauché un large réseau de chercheurs qui comprend, entre autres, des participants de l'INM, de McGill, et d'ailleurs au pays et à l'étranger. L'objectif est de tirer parti des récentes découvertes en biologie du cancer réalisées dans plusieurs établissements internationaux et de les appliquer à cet important problème. » a expliqué le docteur David Colman, directeur de l'INM.

Les tumeurs cérébrales comptent parmi les maladies les plus terribles. Elles constituent la deuxième grande cause de décès par cancer chez les enfants canadiens et la troisième cause en importance de décès par cancer chez les jeunes adultes. Elles sont aussi la deuxième cause, et celles dont la croissance est la plus rapide, des décès attribuables au cancer chez les adultes de 65 ans et plus.

L'Institut neurologique de Montréal de l'Université McGill (INM) a été fondé en 1934 par le Dr Wilder Penfield, qui s'intéressait particulièrement à l'époque aux tumeurs cérébrales. L'INM continue de conjuguer avec efficacité recherche fondamentale et soins cliniques afin de faire avancer le traitement des troubles neurologiques. De nos jours, l'INM est le plus grand centre de formation en neurosciences au Canada. Il compte plus de 250 boursiers de recherche postdoctorale, résidents et diplômés qui viennent de partout au monde. Depuis près de sept décennies, l'INM est à l'avant-garde des neurosciences, de la biotechnologie, de l'imagerie cérébrale, des neurosciences cognitives et de l'étude et du traitement des maladies et troubles du système nerveux.