Le tyrannosaure rex, un champion de la marche et de l’endurance

Nouvelles

Une étude révèle que les grands dinosaures prédateurs étaient plus doués pour l’économie d’énergie que pour la vitesse
Publié: 13mai2020
Image par Julius Csotonyi, 2020.

Selon une étude publiée dans PLOS ONE, les petits dinosaures devaient être rapides, tandis que les grands prédateurs comme le T. rex étaient faits pour la marche efficace du point de vue énergétique.

De nombreuses études ont exploré la relation entre la façon de se déplacer et le mode de vie des dinosaures théropodes, dont les prédateurs bipèdes dominants de l’ère mésozoïque font partie, mais un grand nombre de ces travaux se concentraient sur la vitesse de course. Dans le cadre d’une nouvelle étude, Alexander Dececchi du Collège Mount Marty, au Dakota du Sud, et ses collègues soutiennent que la vitesse pourrait ne pas être le facteur le plus important, surtout pour les plus gros théropodes.

Les auteurs ont recueilli des données sur les proportions des membres, la masse corporelle et la démarche de plus de 70 espèces de dinosaures théropodes. Ils ont ensuite employé diverses méthodes pour estimer la vitesse maximale de chaque dinosaure ainsi que la quantité d’énergie dépensée lorsqu’ils se déplaçaient à des vitesses plus modérées. Chez les espèces de petites et moyennes tailles, les longues pattes semblaient résulter d’une adaptation permettant aux dinosaures de courir plus vite, ce qui concorde avec les résultats obtenus précédemment. Mais chez les véritables titans de plus de 1 000 kg, la vitesse de course maximale est limitée par la taille du corps; leurs pattes plus longues correspondent plutôt à une marche à faible dépense énergétique.

« En utilisant les modèles de locomotion d’une grande variété d’animaux vivants, nous avons pu déceler des différences considérables dans les vitesses de course et l’efficacité de la course des dinosaures carnivores », explique Hans Larsson, directeur du Musée Redpath de l’Université McGill et l’un des auteurs de la nouvelle étude.

Si la course est importante pour les chasseurs, ces derniers passent habituellement plus de temps à errer à la recherche de nourriture. Selon les auteurs, bien que la vitesse fût un avantage majeur pour les dinosaures qui devaient chasser leurs proies et échapper aux prédateurs, les plus grands théropodes comptaient davantage sur l’efficacité au moment de chercher leur nourriture. Parmi les théropodes géants, les champions étaient les tyrannosaures comme le T. rex, dont les longues pattes étaient apparemment bien adaptées pour réduire la dépense énergétique lorsqu’ils cherchaient des proies.

« Malgré un poids de plusieurs tonnes, les grands tyrannosaures se distinguaient par leur mode de locomotion efficace. Si on ajoute à cela le fait que, selon nos estimations, ils couraient à une vitesse d’environ 20 km/h, ils devaient être de terrifiants prédateurs d’une grande endurance – un peu comme une meute de loups, mais avec des dents longues de six pieds dans une bouche capable de broyer des voitures! », ajoute Hans Larsson, également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en paléontologie des vertébrés.

Légende des images : 1) Un Albertosaurus (un cousin du T. rex) pourchasse un Spinop (un cératopsien centrosauriné, de la même famille que le tricératops) 2) Les pattes arrières des petits théropodes comparativement à celles des géants théropodes

Sources des images : 1) Julius Csotonyi, 2020 2) Thomas Richard Holtz (adapté de silhouettes provenant de Phylopic.org). Sinornithosaurus par Scott Hartman (modifié par T. Michael Keesey); Compsognathus par John Conway; Teratophoneus et Allosaurus par Scott Hartman


L’étude

L’article « The fast and the frugal: Divergent locomotory strategies drive limb lengthening in theropod dinosaurs » par Alexander Dececchi et coll., a été publié dans PLOS ONE.
https://doi.org/10.1371/journal.pone.0223698

Les auteurs n’ont reçu aucuns fonds particuliers pour ce travail de recherche.

L’Université McGill

Fondée en 1821 à Montréal, au Québec, l’Université McGill figure au premier rang des universités canadiennes offrant des programmes de médecine et de doctorat. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités au Canada et dans le monde. Établissement d’enseignement supérieur renommé partout dans le monde, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans deux campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs. Elle accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 12 800 étudiants internationaux représentant 31 % de sa population étudiante. Au-delà de la moitié des étudiants de l’Université McGill ont une langue maternelle autre que l’anglais, et environ 19 % sont francophones.

Coordonnées

Contact: 
Frédérique Mazerolle
Organisation: 
McGill Media Relations Office
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-617-8615
Back to top