Lancement d'un programme de prévention du jeu pathologique sous forme de jeu interactif

Nouvelles

Un centre de l'université McGill annonce le développement et le lancement d'un programme de prévention du jeu pathologique sous forme de jeu interactif sur cédérom.

Montréal, le 9 novembre 2004 — Après quatre années de recherche et de développement, le Centre international d'étude sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de l'Université McGill vient de lancer deux cédéroms interactifs : L'incroyable château, pour les élèves de la 4e à la 6e année du primaire et La ville piégée, pour les élèves du secondaire (1 à 5). Ces programmes, qui sont accompagnés d'un guide pour les enseignants, seront distribués à toutes les commissions d'écoles de la province de Québec, s'intégrant ainsi aux activités de prévention du Plan d'action gouvernemental sur le jeu pathologique 2002-2005.

« Nos recherches ont démontré que les enfants peuvent créer une dépendance vis-à-vis du jeu et que les conséquences qui en découlent sont sérieuses. La dépression, l'anxiété, les problèmes avec les membres de la famille et les amis, les difficultés scolaires, l'abus d'alcool et de drogues, de même que les problèmes avec la loi sont quelques-unes des difficultés associées au jeu problématique. Ce nouvel outil de prévention permettra aux enfants et aux adolescents d'acquérir des connaissances sur le jeu et les risques qui y sont associés et d'être ainsi en mesure de faire des choix plus éclairés », a indiqué le Dr Derevensky, codirecteur du Centre.

Selon le Dr Derevensky, la popularité et l'expansion du jeu ont contribué à une augmentation de la participation chez les adolescents. De récentes données de recherche indiquent que 70 à 80 pour cent des adolescents disent avoir joué pour de l'argent dans les 12 mois précédant la recherche, tandis qu'environ 30 pour cent disent jouer chaque semaine. De plus, les jeunes aux prises avec de graves problèmes de jeu indiquent avoir commencé à jouer vers l'âge de 9 ou 10 ans. Bien qu'il existe certains programmes de prévention en milieu scolaire visant à informer les jeunes sur les dangers associés au tabac, à l'alcool et aux drogues, très peu de programmes ont été élaborés et utilisés dans le cadre de la prévention des problèmes de jeu.

Ce nouveau programme de prévention, tant au niveau primaire que secondaire, a été évalué de façon à s'assurer qu'aucune habitude de jeu ne soit adoptée à la suite de la participation des jeunes. Les évaluations, réalisées durant plusieurs mois auprès de divers groupes d'enfants et d'adolescents, ont révélé que les participants avaient acquis des connaissances sur les problèmes de jeu. Par le fait même, ils sont devenus plus sensibles et attentifs aux manifestations des comportements problématiques associés au jeu excessif. Les cognitions et les croyances erronées ont quant à elles diminué.

Pour plus d'information, visitez le site Web ou communiquez avec Mme Carmen Messerlian, directrice du développement des programmes et des communications du Centre international d'étude sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de l'Université McGill au 514-398-4438.