Experts : Journée mondiale de la santé mentale | 10 octobre

Nouvelles

Publié: 8oct2020

La Journée mondiale de la santé mentale (10 octobre) est célébrée alors que la pandémie de COVID-19 modifie considérablement notre façon de vivre au quotidien. Ces derniers mois, les difficultés ont été nombreuses pour plusieurs, dont les personnes atteintes de troubles mentaux, dont beaucoup sont encore plus isolées socialement qu’auparavant. (Organisation mondiale de la santé)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Nancy Heath, professeure James McGill et directrice par intérim, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling et doyenne adjointe, Recherche et innovation, Faculté de l'éducation

« Il est absolument nécessaire d'entreprendre des programmes généraux de renforcement de la résilience en matière de santé mentale afin de répondre au nombre écrasant de jeunes et de jeunes adultes qui éprouvent de graves problèmes de santé mentale. Ce n'est que de cette manière que nous pourrons fournir le soutien nécessaire et gérer la demande écrasante de nos services de santé mentale ».

Nancy Heath est professeure James McGill et directrice par intérim du Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling, ainsi que doyenne adjointe de la recherche et de l'innovation au sein de la Faculté d'éducation. Son programme de recherche explore la résilience et le fonctionnement adaptatif chez les jeunes à risque (enfants, adolescents et jeunes adultes).

nancy.heath [at] mcgill.ca (anglais)

Karen Hetherington, chargée de cours, École de travail social

« La COVID-19 a aggravé les inégalités persistantes en matière de santé mentale, aggravant la situation de ceux qui sont déjà vulnérables. Les résultats d'une recherche récente menée par la division de la Colombie-Britannique de l'Association canadienne pour la santé mentale et la Fondation pour la santé mentale du Royaume-Uni ont montré que la santé mentale a décliné pour 44 % des femmes et 32 % des hommes depuis le début de la crise. Malgré ces chiffres alarmants, un pourcentage élevé de Canadiens ont tout de même conservé un mode de vie sain, ont commencé à faire de l'exercice et sont restés en contact avec leur famille et leurs amis. Cependant, pour répondre à cette réalité, nous avons besoin de plus que des mesures individuelles. Nous devrons faire face à l'impact de la colonisation, des privilèges, des inégalités et de l'injustice qui caractérisent notre système de soins de santé mentale ».

Karen Hetherington est chargé de cours à l'École de travail social et possède près de 50 ans d'expérience dans le domaine des services sociaux. Elle siège actuellement au conseil d'administration national de l'Association canadienne pour la santé mentale. Elle s'intéresse principalement à la prévention et à la promotion de la santé mentale, au développement communautaire et au travail social international.

karen.hetherington [at] mcgill.ca (anglais, français)

Tina Montreuil, professeure adjointe, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling

« Le paysage de la pandémie de COVID-19 a mis en évidence l'importance cruciale d'aider les enfants, les jeunes et les familles sur la manière de construire un bien-être et une résilience en matière de santé mentale dans un monde en mutation. Étant donné que 70 % des adultes vivant avec des problèmes de santé mentale déclarent que leurs symptômes ont commencé durant leur enfance ou leur jeune âge, le temps est venu d'éduquer et d'informer les principaux acteurs et utilisateurs de connaissances non seulement sur le fait que la résilience de la santé mentale peut être développée, mais aussi sur les moyens d'y parvenir ».

Tina Montreuil est professeure adjointe au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling et membre associée du Département de psychiatrie. Ses recherches portent sur le rôle de la maîtrise des émotions, des attitudes et des croyances sur le développement et la transmission intergénérationnelle de la psychopathologie et sur la manière dont les symptômes des problèmes de santé mentale peuvent interférer avec l’apprentissage autonome dans un contexte de groupe et avec la réussite scolaire.

tina.montreuil [at] mcgill.ca (anglais, français)

Samuel Veissière, professeur adjoint, Département de psychiatrie et co-directeur du programme Culture, esprit et cerveau

« La pandémie de COVID-19 a mis à nu et amplifié un large ensemble de vulnérabilités sanitaires, sociales, économiques et politiques préexistantes. Les communautés à faibles revenus et marginalisées ont été les plus durement touchées par la maladie elle-même et par les conséquences économiques, sociales et de santé mentale des mesures d'enfermement. Tout au long de l'évolution et de l'histoire de l'humanité, les pandémies ont entraîné une augmentation des conflits, de la xénophobie, des théories de conspiration, de la désignation de boucs émissaires et des changements radicaux dans les relations sociales. À l'ère des téléphones intelligents, des médias sociaux, de la "Zoomisation" et de la diminution des interactions en face à face, la pandémie de COVID-19 a également provoqué une épidémie sans précédent d'isolement, d'incertitude, de peur, de désinformation et de perte de confiance dans la science, la médecine, la politique et le bien public. C'est à tous ces niveaux "cachés" (santé mentale, relations familiales et sociales, construction du savoir, signification, espoir et confiance) que le véritable bilan de la pandémie continuera à se faire sentir pour les générations à venir ».

Samuel Veissière est professeur adjoint au Département de psychiatrie, co-directeur du programme Culture, esprit et cerveau et membre associé du Département d'anthropologie. Anthropologue interdisciplinaire et spécialiste des sciences cognitives, il étudie les dimensions sociales de la connaissance, de la conscience et du bien-être humain par le biais de divers projets, notamment les effets placebo et l'hypnose, l'hypersocialité dans la dépendance aux téléphones intelligents, la polarisation sociale, le genre et la santé mentale, et l'étude théorique de l'évolution culturelle.

samuel.veissiere [at] mcgill.ca (anglais, français, portugais)

Robert Whitley, professeur adjoint, Département de psychiatrie

« Une bonne santé mentale est favorisée par un nombre surprenant de facteurs, notamment l'activité physique, le contact avec la nature et la spiritualité et/ou la religion. Ces activités peuvent être particulièrement importantes à l'époque de la COVID-19 ».

Robert Whitley est professeur adjoint au Département de psychiatrie et chercheur principal du Groupe de recherche et d'intérêt en psychiatrie sociale (SPRING) au Centre de recherche de l'hôpital Douglas. Ses trois principaux intérêts de recherche sont le rétablissement, la stigmatisation et la santé mentale des hommes. Il dirige des projets financés par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Commission de la santé mentale du Canada, le Conseil de recherche en sciences humaines et la Fondation Movember.

robert.whitley [at] mcgill.ca (anglais, français)

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top