Experts: Explosions à Beyrouth

Nouvelles

Publié: 13aoû2020

Les opérations de recherche et de sauvetage se poursuivent sans relâche dans Beyrouth dévastée, au lendemain des deux explosions qui ont fait plus de 135 morts, 5 000 blessés et 300 000 sans-abris, selon un bilan encore provisoire. (Radio-Canada)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Rex Brynen, Professeur, Département de sciences politiques

« Le Liban est confronté à une crise sur plusieurs fronts : l'effondrement économique, la pandémie COVID-19, une crise régionale des réfugiés, et maintenant l'horrible explosion à Beyrouth - tous aggravés par un système politique corrompu et profondément dysfonctionnel. »

Rex Brynen est professeur de sciences politiques, spécialisé dans la politique, la sécurité et le développement au Moyen-Orient. Il a été membre de l'équipe politique du ministère des affaires étrangères, analyste du renseignement pour le Bureau du Conseil privé, et consultant auprès de divers gouvernements, agences des Nations unies et de la Banque mondiale.

rex.brynen [at] mcgill.ca (anglais)

Andrew Higgins, Professeur, Département de génie mécanique

« Des rapports indiquent que la tragédie de Beyrouth a été le résultat de l'explosion d'un magasin de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium. Des dizaines de millions de tonnes de nitrate d'ammonium sont produites chaque année dans le monde, principalement sous forme d'engrais, et constituent une base de notre chaîne alimentaire agricole ; elles ne sont pas près de disparaître. »

Andrew Higgins est professeur au département de génie mécanique. Ses recherches portent sur l'aérospatiale, la combustion, l'explosion et la propulsion.

andrew.higgins [at] mcgill.ca (anglais)

Joann Whalen, professeure James McGill, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'environnement

« Il est incroyablement tragique d'entendre parler de l'explosion à Beyrouth de plusieurs milliers de tonnes de nitrate d'ammonium, car l'instabilité de ce produit chimique à la chaleur et au feu est bien connue. Pour la sécurité publique, le Canada et de nombreux autres pays ont des réglementations strictes qui contrôlent le transport et le stockage du nitrate d'ammonium, et l'interdisent dans les zones résidentielles et les bâtiments publics. »

Joann Whalen est professeure James McGill au Département des sciences des ressources naturelles et professeure auxiliaire à l'Institut de géographie et d'agroécologie du Nord-Est à l’Académie chinoise des sciences. Ses recherches portent sur la fertilité des sols, l'utilisation des engrais et la santé écologique des agroécosystèmes.

joann.whalen [at] mcgill.ca (anglais, français)

Cyntia Kraichati, Candidate au doctorat, Département d'anthropologie

« L'explosion à Beyrouth est la conséquence de multiples facteurs socio-économiques, politiques et écologiques. C'est aussi une fenêtre sur un avenir qui pourrait nous toucher tous, partout, dans le sillage de l'incertitude sociale et environnementale persistante. Les différentes communautés vivant au Liban auront besoin de plus que d'une aide humanitaire pour récupérer des morceaux de leur ville et reconstruire leur vie. »

Cynthia est doctorante au département d'anthropologie. Son travail explore les relations entre les connaissances, les pratiques et les politiques en matière de santé et de médecine au Moyen-Orient.

cyntia.kraichati [at] mail.mcgill.ca (anglais, français)

Back to top