Des chercheurs de McGill détruisent le mythe de la « prime de longévité » des acteurs oscarisés

Nouvelles

Une étude précédente octroyait aux lauréats d'Oscars un avantage statistique injuste

Les meilleurs acteurs vivent-ils plus longtemps? Plus maintenant. Dans un article paru en 2001 dans The Annals of Internal Medicine, des chercheurs ont indiqué que la durée de vie des acteurs oscarisés compte en moyenne près de quatre années de plus que celle de leurs collègues qui jouissent d'un moins grand succès. Des chercheurs de l'Université McGill affirment aujourd'hui, dans la même publication, que cette étude comportait un avantage statistique injuste qui a modifié la « prime de longévité » accordée aux acteurs oscarisés. En fait, cette prime se rapproche davantage d'une seule année, ce qui représente une donnée négligeable sur le plan statistique.

« D'un côté, il s'agit d'une bonne nouvelle en ce qui a trait à l'exactitude statistique. De l'autre, cette information est susceptible de détruire les illusions qu'entretiennent certaines personnes à l'égard de la célébrité et de l'immortalité », a souligné le Pr James Hanley du Département d'épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de l'Université McGill, responsable de la nouvelle analyse statistique.

Le rapport paru en 2001 mettait en parallèle le taux de survie de 235 acteurs oscarisés, de 527 acteurs en nomination n'ayant jamais remporté un Oscar et de 887 acteurs n'ayant jamais été en lice. Dans le cadre de l'analyse établissant l'avantage de 3,9 années, les acteurs étaient considérés comme « gagnants » à la naissance plutôt qu'à partir du moment où l'Oscar leur était décerné. Dans la nouvelle analyse, le Pr Hanley et les étudiantes aux cycles supérieurs Marie-Pierre Sylvestre et Ella Huszti ont eu recours au biais « temps immortel ». Malheureusement, c'est un biais subtil qui vient bien souvent bousculer les conclusions d'études médicales.

Par exemple, George Burns, qui a remporté un Oscar à l'âge de 80 ans, a vécu jusqu'à 100 ans. Richard Burton, qui a été en lice à sept reprises mais qui n'a jamais remporté de prix, est décédé à l'âge de 59 ans. Les 40 années qui séparent la durée de vie de George Burns de celle de Richard Burton ne peuvent être uniquement attribuables au fait que M. Burns ait remporté un Oscar à l'âge de 80 ans. « En comparant l'espérance de vie des lauréats à partir du moment où ils remportent leur prix avec celle des autres acteurs en vie au même âge, nous uniformisons les références comparatives. Bien que nous ne puissions qualifier les résultats de saisissants, nous pouvons du moins affirmer qu'ils sont plus justes », a signalé le Pr Hanley.

La nouvelle analyse effectuée par les chercheurs mcgillois établit la différence de longévité à environ une année. « Dans le meilleur des cas, en raison de la marge d'erreur d'une année dont il nous faut tenir compte dans une situation comme dans l'autre, nous devons évaluer dans quelle mesure les Oscars ne sont pas plutôt décernés à des acteurs qui jouissent d'une meilleure santé et dont le style de vie plus sain contribue à prolonger la longévité », a précisé le Pr Hanley.

Coordonnées

Contact: 
Lisa Van Dusen
Organisation: 
Service des affaires universitaires, Université McGill
Courriel: 
lisa.vandusen [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-6752