Why the science wars may turn out to be a good thing, after all

Nouvelles

Discours entitulé: "What doesn’t kill us makes us stronger: Why the science wars may turn out to be a good thing, after all"

À 17 h 45
le mardi 21 septembre 1999
Amphithéâtre Palmer-Howard du pavillon
McIntyre de médecine
Université McGill, 3655, rue Drummond, 5e étage
Entrée libre

Fondateur de "l’épistémologie sociale", le professeur Steve Fuller de l’Université de Warwick en Grande-Bretagne, est un philosophe, historien et sociologue des sciences en renom. Il a brièvement décrit cette nouvelle discipline dans les termes suivants: "l’épistémologie sociale, c’est l’étude normative des systèmes de connaissance. En d’autres termes, je m’intéresse non seulement à l’étude du fonctionnement des différentes disciplines universitaires et des autres pratiques de la connaissance mais encore, je cherche à comprendre ce qui ne va pas chez celles-ci, et comment on pourrait améliorer leur fonctionnement. Cette démarche m’éloigne inévitablement de ma formation initiale en philosophie, histoire et sociologie des sciences car je m’intéresse à des questions qui relèvent traditionnellement de la politique et de l’éthique. Interdisciplinaire de nature, ’l’épistémologie sociale’ suscite des publications qui sont autant de défis à la routine du travail universitaire."

Commentateur lucide de l’actualité, Steve Fuller participait récemment à la controverse du Times Higher Education Supplement de Londres sur les répercussions des communications électroniques sur le travail universitaire.

Le professeur Fuller a publié entre autres oeuvres majeures "Philosophy of Science and Its Discontents" (2nd ed. New York: Guilford Press 1993/1989), "Philosophy, Rhetoric and the End of Knowledge: The Coming of Science and Technology Studies " (Madison: University of Wisconsin Press 1993). et "Science" (University of Minnesota Press, 1997). Enfin, il est le directeur/fondateur de Social Epistemology: A Journal of Knowledge, Culture and Policy, (London: Taylor & Francis Ltd.).

La conférence du professeur Fuller est parrainée par le comité des conférences commémoratives Beatty en collaboration avec les départements de pharmacologie & de thérapeutique, d’anthropologie, de mathématiques et de statistiques, de sciences politiques, d’études sociales en médecine, de philosophie, de physiologie, de sociologie, l’Institut Neurologique de Montréal, le Centre de médecine, d’éthique et de droit , ainsi que par les faculté des arts et de médecine de McGill.