Nouveau directeur nommé à la tÍte des programmes d'enseignement des sciences

Nouvelles

Brian Alters, chargé de cours et chercheur à l’Université Harvard, a récemment été nommé à la tête des programmes d’enseignement des sciences à la faculté des sciences de l’éducation de l’Université McGill. Sa nomination est le fruit d’un processus inusité de consultations interuniversitaires avec des membres de la faculté des sciences, et le directeur du département d’études éducationnelles, M. John Wolforth, se dit ravi de cet appui interdisciplinaire. M. Alters collaborera avec des chercheurs de McGill au nouveau programme conjoint de BSc/BEd.

La carrière de Brian Alters a débuté il y a plus de 15 ans en Californie du Sud, où il était directeur d’un département des sciences d’une école secondaire. C’est là qu’il a créé un programme d’océanographie reconnu à l’échelle nationale, qui a retenu l’attention de personnalités comme Jacques Cousteau, et qu’il a réalisé des recherches océanographiques sur les îles de Catalina et de Guam. En outre, il a été chercheur biochimiste au Musée d’histoire naturelle du comté de Los Angeles et président/propriétaire d’une société de production de vidéocassettes scientifiques qui a produit des films spécialisés dans le domaine de la santé et de la médecine qui ont été distribués dans cinq pays. Brian Alters a ensuite quitté pour un temps le monde des sciences pour, comme il le dit lui-même, «connaître un autre côté de la vie&raquo : il a suivi une formation de policier et a exercé le métier de policier à Santa Ana, en Californie. Après cette expérience, Brian Alters est rentré dans le giron plus sûr du milieu universitaire pour y faire un doctorat en enseignement des sciences. Depuis cette époque, il enseigne à la Graduate School of Education de Harvard et il mène des recherches au Philosophy of Education Research Center de l’Université Harvard (où il conserve un poste).

Spécialiste de l’éducation évolutive (voir article ci-joint), il est rédacteur collaborateur du Journal of the National Center for Science Education, à Berkeley en Californie. Publiée dans les principales revues d’enseignement des sciences, son étude la plus récente consacrée aux raisons qui poussent les étudiants américains à rejeter la théorie évolutionniste est parue dans le numéro d’octobre de la célèbre revue internationale Scientific American.