MSBI: trois universités lancent une société financière d'innovation de 26 millions de dollars

Nouvelles

Les universités McGill, de Sherbrooke et Bishop's conjuguent leurs efforts pour créer une première canadienne dans le secteur des affaires

Trois universités du Québec ont décidé de conjuguer leurs efforts pour créer une première canadienne dans le secteur des affaires. C'est ainsi que McGill, l'Université de Sherbrooke et l'Université Bishop's ont décidé de créer une société financière d'innovation indépendante appelée MSBI, moyennant l'injection initiale de 26 millions de dollars. Société dont le sigle signifie « McGill, Sherbrooke et Bishop's Innovation », MSBI contribuera à multiplier le nombre de projets de recherche commercialisés.

MSBI sera la première société financière d'innovation du Canada comportant à la fois des universités anglophones et francophones et les hôpitaux de recherche qui leur sont affiliés. Les hôpitaux partenaires sont le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l'Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis et l'Hôpital Douglas rattachés à McGill, de même que le Centre hospitalier de l'Université de Sherbrooke (CHUS).

MSBI

La mission de MSBI est de fournir des capitaux d'amorçage et d'assurer le financement de début de croissance pour commercialiser les découvertes opérées dans les domaines de la biotechnologie, des produits pharmaceutiques, de la bio-informatique, des logiciels/communications et des technologies de réseautique. En collaboration étroite avec les bureaux de transfert de technologie des établissements partenaires, MSBI se verra offrir le droit de premier examen d'environ 100 projets de recherche innovants par an. Sur ce nombre, MSBI entend investir et financer le développement d'environ 10 innovations de recherche par an. Les établissements partenaires auront tout loisir de décider si oui ou non ils entendent collaborer à un projet particulier avec MSBI.

Les recherches financées par MSBI seront soigneusement sélectionnées pour que chaque investissement puisse être en définitive octroyé sous licence à une entreprise existante ou à une nouvelle entreprise dérivée. En tant que partenaire général, MSBI, administrera le fonds de lancement initial de 26 millions de dollars dont la vie durable est de 10 ans. MSBI administrera cet argent pour qu'il serve à engager des investissements pendant environ cinq ans. Au cours des cinq années suivantes, MSBI surveillera la tenue de ses investissements. Il se peut que MSBI lance également et administre d'autres fonds de lancement à l'avenir.

VRQ : un partenaire indispensable

La naissance de MSBI est attribuable à une subvention de 15 millions de dollars de Valorisation Recherche Québec (VRQ). Le mandat de VRQ, fondée par le gouvernement du Québec en mars 1999, est de stimuler la valorisation des recherches menées par les établissements d'enseignement et de recherche dans le but d'améliorer le sort de la société et de créer des emplois. Les 11 millions de dollars restants ont été recueillis par les partenaires à responsabilité limitée de MSBI.

« MSBI représente une union extrêmement puissante qui a toutes les chances d'inspirer confiance au milieu financier et au milieu des affaires », affirme M. Gilbert Drouin, président et chef de la direction de VRQ. « En même temps, MSBI incitera le milieu scientifique à créer de nouvelles entreprises de recherche dérivées. »

Le président

Mark de Groot, physicien et homme d'affaires canadien, a été recruté comme président et chef de la direction de MSBI. Il se joint à cette société après avoir acquis un savoir-faire inégalé dans des entreprises de recherche, notamment University Medical Discoveries Inc, à la création de laquelle il a contribué à Toronto.

« En tant que président de MSBI, je me réjouis à la perspective d'aider à transformer des recherches innovantes en entreprises prospères », déclare M. De Groot. « MSBI inc. fournira une nouvelle occasion à ses partenaires de démontrer que le fait d'investir dans la recherche est avantageux pour la société et que les entreprises de recherche dérivées peuvent être un moteur de croissance économique. »

McGill et MSBI

Le partenariat établi entre McGill, Sherbrooke et Bishop's, de même que les instituts qui leur sont affiliés, générera de nombreuses synergies naturelles. McGill, par exemple, se classe au premier rang au chapitre du nombre d'entreprises dérivées au Québec, avec 33 créées à ce jour. McGill s'enorgueillit également du financement le plus élevé de la recherche par chercheur au Canada, à hauteur de 177 000 $ par chercheur, pour un total de 234 millions de dollars l'an dernier.

Pierre Bélanger, vice-principal (recherche) à McGill, affirme que MSBI inc. servira au mieux les intérêts du milieu de la recherche. « Non seulement MSBI inc. nous aidera à recruter et à retenir certains des meilleurs chercheurs », affirme-t-il, « mais nous nous attendons aussi à ce que MSBI inc. génère des revenus pour ses partenaires, que nous pourrons alors réinvestir dans d'autres recherches. »

Sherbrooke et MSBI

En tant que chef de file canadien des recettes de licence, l'Université de Sherbrooke sera un élément dynamique de MSBI inc. L'an dernier, l'Université a touché 15,8 millions de dollars de recettes à même des licences, soit dix fois plus que tout autre établissement de recherche au Canada.

« Le regroupement des universités McGill, de Sherbrooke et Bishop's et des établissements qui leur sont affiliés feront de MSBI une société éminemment dynamique et concurrentielle », affirme Edwin Bourget, vice-recteur (recherche) à l'Université de Sherbrooke. « Cet avantage permettra à MSBI de créer des emplois qui seront peut-être un jour pourvus par des étudiants de chacun de nos établissements. »

Bishop's et MSBI

Même si Bishop's est avant tout un établissement d'enseignement, le fait de se joindre à MSBI permettra à l'Université de redorer son blason de recherche et d'acquérir un certain savoir-faire auprès de ses consœurs. « MSBI resserra la collaboration entre les chercheurs universitaires », affirme Jonathan Rittenhouse, vice-principal à Bishop's dont le portefeuille englobe la recherche. « MSBI présente une situation favorable à toutes les parties en présence, vu que nous nous joignons à un consortium qui peut se vanter d'une très riche expérience. »

Un dernier mot du président conseil d'administration de MSBI

Jan Peeters, pdg d'Olameter Inc. et membre du Conseil des gouverneurs de McGill, sera président du conseil d'administration de MSBI, après en avoir été l'un des principaux architectes. Double diplômé de McGill en génie minier et en comptabilité, Jan Peeters a tout de suite compris l'importance vitale qu'il y avait à créer MSBI comme nouvelle source d'investissement.

« Il existe un immense vivier de chercheurs assoiffés de trouver l'argent nécessaire pour mettre sur le marché leur propriété intellectuelle », affirme-t-il. « MSBI sera le catalyseur qui donnera aux idées universitaires un coup de pouce financier vers la commercialisation, à l'échelle locale et mondiale. Les entreprises dérivées financées par MSBI ne connaîtront pas de frontières géographiques. »