Experts : Journée internationale de la diversité biologique | 22 mai

Nouvelles

Publié: 19mai2021

Alors que la communauté internationale est appelée à réexaminer sa relation avec le monde naturel, une chose est sûre : malgré nos avancées technologiques, l’être humain dépend entièrement d'écosystèmes sains et dynamiques pour l’eau, la nourriture, les médicaments, les vêtements, le carburant ou l’énergie. Le thème de l’année 2021, « Nous faisons partie de la solution », s'inscrit dans la continuité de l'élan généré l'année dernière par le thème « Nos solutions sont dans la nature », qui a rappelé à quel point la biodiversité représente la réponse à plusieurs défis du développement durable. (Nations Unies)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Andrew Gonzalez, professeur titulaire, Département de biologie

« 2021 est une année cruciale pour faire face à la crise de la biodiversité. De nouveaux objectifs mondiaux en matière de biodiversité seront fixés par la Convention sur la diversité biologique à Kunming, en Chine, cet automne. C'est l'occasion de fixer des objectifs ambitieux mais réalisables visant à protéger la nature, sous toutes ses formes, et les nombreux avantages essentiels que notre société et notre économie tirent d'écosystèmes sains ».

Andrew Gonzalez est professeur titulaire au Département de biologie, où il est titulaire de la chaire Liber Ero en biologie de la conservation. Ses recherches sont largement axées sur les causes et les conséquences de la perte de biodiversité et sur la stabilité et le fonctionnement des écosystèmes.

andrew.gonzalez [at] mcgill.ca (anglais, français)

Brian Leung, professeur agrégé, Département de biologie

« Les modèles de biodiversité sont plus nuancés que ce qui est généralement présenté. Sur la base des données chronologiques disponibles, certaines régions semblent être très menacées, comme dans la région indopacifique, tandis que d'autres régions présentent en fait une amélioration générale, comme l'Europe. Cependant, il y a beaucoup d'incertitude car les données n'existent tout simplement pas pour la plupart des espèces ».

Brian Leung est professeur agrégé au Département de biologie et directeur de l'Option environnement néotropical McGill-STRI. Il est titulaire de la chaire UNESCO pour les dialogues sur la durabilité et son expertise couvre les invasions biologiques, l'écologie des maladies et les facteurs de stress anthropiques.

brian.leung2 [at] mcgill.ca (anglais)

Laura Pollock, professeure adjointe, Département de biologie

« L'intérêt pour la protection de la diversité biologique n'a jamais été aussi élevé. Nous avons des engagements internationaux ambitieux tels que l'initiative 30 en 30 (protéger 30 % des terres et des océans d'ici 2030) et des propositions visant à planter des milliards d'arbres. Nous sommes également armés de plus de connaissances que jamais, non seulement sur les menaces, mais aussi sur les points à privilégier pour protéger efficacement la biodiversité. Le moment est venu de mettre ces connaissances en pratique ».

Laura Pollock est professeure adjointe au Département de biologie. Ses recherches visent à déterminer comment et pourquoi la biodiversité est distribuée dans le territoire à l'aide d'une modélisation prédictive qui s'appuie sur une série de sous-domaines (macro-écologie, écologie communautaire, biogéographie et phylo-géographie) et de sources de données (traits, phylogénies et experts).

laura.pollock [at] mcgill.ca (anglais)

Anthony Ricciardi, professeur titulaire, École de l'environnement Bieler et Musée Redpath

« L'une des plus grandes menaces pour la biodiversité réside dans l'invasion biologique - la propagation de plantes, d'animaux et de microbes au-delà de leur aire de répartition naturelle. Sous l'influence d'être humain, les espèces se répandent plus rapidement, plus loin et en plus grand nombre qu'à n'importe quel moment de l'histoire de la Terre - et constituent donc une forme unique de changement global. En particulier, les écosystèmes d'eau douce sont transformés par les facteurs de stress combinés du changement climatique et de l'invasion ».

Anthony Ricciardi est professeur titulaire nommé conjointement à l'École de l'environnement Bieler et au Musée Redpath et membre associé du Département de biologie. Ses recherches portent sur les causes et les conséquences des invasions biologiques, en se concentrant sur les écosystèmes aquatiques.

tony.ricciardi [at] mcgill.ca (anglais)

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Service des relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top