Experts: Élections de mi-mandat aux États-Unis

Nouvelles

Publié: 9nov.2022

Le contrôle du Congrès demeurait incertain après la fermeture de tous les bureaux de scrutin aux États-Unis, au terme d'élections de mi-mandat décisives pour la suite de la présidence de Joe Biden. (Radio-Canada)

Voici des experts de l'Université McGill qui peuvent s'exprimer à ce sujet :

Barry Eidlin, professeur agrégé, Département de sociologie  

« Malgré les précédents historiques et les sondages préélectoraux, la "vague rouge" républicaine attendue n'a pas déferlé le jour du scrutin. En particulier, bon nombre des candidats les plus extrémistes, partisans du "gros mensonge" et soutenus par Trump, ont perdu. Mais même avec une faible majorité à la Chambre, les républicains peuvent faire beaucoup pour bloquer toute initiative législative un tant soit peu progressiste et bloquer la Maison Blanche pendant des mois d'enquêtes. Pour leur part, les démocrates ont évité une balle, mais ont dû se démener dans des États traditionnellement "bleus" tels que New York et le Maryland. Les démocrates se sont largement tenus à l'écart des questions économiques qui touchent les Américains de tous les jours. Cela s'est traduit par le manque de soutien de la classe ouvrière aux démocrates. En revanche, les thèmes traditionnels du parti démocrate se sont avérés populaires hier soir, même dans les États "rouges". Cela suggère que le soutien à un programme politique plus progressiste pourrait se cacher derrière l'impasse partisane qui continuera à sévir à Washington au cours des deux prochaines années. » 

Barry Eidlin est un sociologue historique comparatif qui s'intéresse à l'étude des classes, de la politique, des inégalités et du changement social. Plus précisément, ses recherches explorent l'évolution de la relation entre la mobilisation sociale, les processus politiques et l'idéologie dans les démocraties capitalistes avancées.  

barry.eidlin [at] mcgill.ca (anglais, français) 

Jason Opal, professeur titulaire, Département d'histoire et d'études classiques

« Lors des élections de mi-mandat aux États-Unis, les démocrates ont défié leurs propres attentes (ainsi que celles des républicains) en conservant leurs bastions dans le nord-est et dans les banlieues. La principale raison en est que le droit à l'avortement, menacé après la décision de la Cour suprême de juin dernier annulant l'arrêt Roe v. Wade, a clairement motivé un grand nombre d'électeurs démocrates. En effet, trois États ont voté pour intégrer l'accès à l'avortement dans leur constitution d'État. De plus, les démocrates ont montré leur force en tant que défenseurs de programmes sociaux populaires tels que Medicaid et le projet de loi de Joe Biden sur les infrastructures. Cela dit, il semble toujours probable que les républicains prennent le contrôle de la Chambre des représentants des États-Unis, et peut-être du Sénat, même si cela dépendra probablement d'un second tour de scrutin dans l'État de Géorgie, qui est désormais un champ de bataille au même titre que la Pennsylvanie ».

Jason Opal est professeur titulaire au Département d'histoire et d'études classiques. Son travail tente d'intégrer l'histoire sociale, culturelle et intellectuelle et de faire la lumière sur des sujets aussi vastes que le nationalisme, le capitalisme, la démocratie et les relations étrangères entre les États-Unis et le Canada.

jason.opal [at] mcgill.ca (anglais, français)

Coordonnées

Contact: 
Frédérique Mazerolle
Organisation: 
Relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top