Des jeux pour stimuler l'estime de soi

Nouvelles

Des chercheurs de l'université McGill créent les premiers jeux électroniques conçus pour stimuler l'estime de soi.

Les jeux d'ordinateurs peuvent-ils contribuer à rehausser l'estime de soi? Tout à fait, depuis que les chercheurs du département de psychologie de l'université McGill ont créé et éprouvé les tous premiers jeux électroniques, conçus spécialement pour aider les gens à stimuler leur estime de soi.

Accessibles au grand public sur le site www.selfesteemgames.mcgill.ca, les jeux ont des noms accrocheurs : Wham!, EyeSpy: la matrice et Améliorez votre chi. Les trois jeux sont le produit des travaux d'étudiants au doctorat du département de psychologie de l'université McGill, Jodene Baccus, Stéphane Dandeneau et Maya Sakellaropoulo, avec la collaboration de Dominic J. Packer, un diplômé de McGill qui poursuit des études supérieures à l'Université de Toronto. L'equipe etait dirigé et supervisé par Mark W. Baldwin, professeur agrégé de psychologie de McGill.

Les premiers résultats de recherche sur les effets de Wham! seront diffusés dans le périodique spécialisé Psychological Science en juillet. Pour ce qui est du jeu EyeSpy: la matrice, les résultats paraîtront prochainement dans le Journal of Social and Clinical Psychology.

Objectifs de recherche

Les chercheurs de McGill ont examiné les études antérieures sur l'estime de soi et ont conclu que le sentiment d'insécurité provient en grande partie de l'anxiété engendrée par le désir d'être apprécié, accepté et respecté par nos semblables, nos proches et des personnes significatives.

La recherche a également démontré que différentes habitudes de pensée influent considérablement sur l'estime de soi. Ainsi, une personne en manque d'estime de soi aura une opinion très critique de ses qualités et de son rendement ou entretiendra un sentiment de rejet par autrui. Par contre, les gens sûrs d'eux-mêmes auront des réflexes de pensée leur donnant confiance en soi et les empêchant de se soucier d'un quelconque rejet social.

Le professeur Baldwin est convaincu que les gens en manque d'estime de soi génèrent automatiquement et souvent involontairement des habitudes de pensée négative qui les font insister sur leurs échecs. La solution consiste à conditionner ces gens pour qu'ils entretiennent des pensées positives et qu'ils apprennent la tolérance à leur égard. L'équipe de chercheurs de l'université McGill a donc réalisé une recherche expérimentale visant à mettre au point des interventions propices à stimuler l'estime de soi, en l'occurrence des jeux.

Des jeux faciles à jouer

« Les trois jeux font appel aux processus de pensée qui augmentent l'estime de soi », de déclarer Mark Baldwin. « Les gymnastes vous le diront mieux que moi. Pour maîtriser une routine, il faut s'entraîner, s'entraîner et s'entraîner encore. Notre équipe veut inciter les gens à s'entraîner à des habitudes de pensée positives jusqu'à ce qu'elles deviennent réflexes. »

Les chercheurs ont puisé dans leur connaissance des jeux informatiques répétitifs pour créer de nouveaux jeux propices à simuler l'estime de soi. Dans le premier cas, EyeSpy: la matrice, le joueur recherche l'unique visage souriant dans une matrice de 15 visages maussades. Selon les chercheurs, la répétition de cet exercice incite le joueur à développer une pensée positive, à privilégier le sourire au détriment de la maussaderie.

Le deuxième jeu, Wham!, exploite le thème bien connu du conditionnement pavlovien. Dans ce jeu, le joueur doit fournir son nom et sa date de naissance. Quand le jeu est lancé, les renseignements personnels du joueur font toujours apparaître des visages souriants. En conséquence, le joueur acquiert la certitude de plaire à son entourage et développe un regain d'estime de soi implicite.

Dans le troisième jeu, Améliorez votre chi, les chercheurs intègrent des éléments des deux jeux précédents. Améliorez votre chi stimule le sentiment de bien-être du joueur, en insistant sur des connexions sociales positives.

L'entraînement améliore la pensée positive

L'équipe de chercheurs de l'université McGill a démontré que les gens ayant peu d'estime de soi peuvent, avec de l'entraînement, développer des schémas de pensée leur permettant d'améliorer leur confiance en soi et leur estime de soi. Nous invitons tous les amateurs de jeux à visiter le site www.selfesteemgames.mcgill.ca et à vérifier par eux-mêmes dans quelle mesure l'exercice en ligne stimule leur estime de soi. Le professeur Baldwin est très enthousiaste : « Actuellement, nous étudions les avantages possibles de la pratique quotidienne de nos jeux. Nous prévoyons mesurer l'efficacité de ces jeux auprès des enfants d'âge scolaire, des vendeurs susceptibles de rejet dans leur travail et, peut-être, des inscrits aux agences de rencontre. »

Malgré les jeux et malgré cette recherche encouragente, le manque d'estime de soi demeure un problème très complexe. « Les jeux ne sont pas une solution de rechange à l'exercice difficile qu'est la psychothérapie », d'ajouter Mark Baldwin. « Les résultats obtenus sont toutefois prometteurs de nouvelles techniques pour aider les gens à surmonter leur manque d'estime de soi et leur sentiment d'insécurité. »