Trousses d’outils pour les alliés

Le territoire non cédé où se tient l’Université McGill est associé à une histoire riche et millénaire d’occupation et de peuplement par les Autochtones. Le fait de reconnaître la présence de ces communautés, hier et aujourd’hui, ainsi que leur attachement éternel à ce territoire est une étape importante de l’établissement de rapports de confiance.

Les nations Haudenosaunee et Anishinaabeg entretiennent des liens immémoriaux avec le territoire que l’on appelle maintenant l’île de Montréal (appelée « Kawenote Teiontiakon » en kanyen’kéha). On appelle la ville de Montréal « Tiohti:àke » en kanien’kéha, et « Mooniyang » en anishinaabemowin. L’Université McGill est située près des communautés kanien’kehá:ka de Kahnawà:ke, de Kanehsatà:ke et d’Akwesasne. La communauté kanien’kehá:ka est l’une des nations fondatrices de la Confédération Haudenosaunee (Iroquois) – qui signifie peuple des maisons longues –, laquelle est aussi composée des Sénécas, des Tuscaroras, des Cayugas, des Onondaga et des Oneidas. Le rocher Hochelaga est situé sur la partie inférieure du campus et commémore l’existence d’Hochelaga, village iroquois situé aux abord du mont Royal visité par Jacques Cartier en 1534. En plus des campus du centre-ville et Macdonald, situés sur l’île de Montréal, l’Université McGill dispose aussi de quatre stations de recherche et de toutes nouvelles installations à Gatineau, au Québec, soit le Campus Outaouais.


Quels territoires autochtones l’Université McGill occupe-t-elle?

Kanien’kehá:ka :Campus du centre-ville et Macdonald, île de Montréal (Québec)

Anishinaabeg :Campus Outaouais, Gatineau (Québec)

Abénaquis :Réserve naturelle Gault, Mont-Saint-Hilaire (Québec)

Montagnais-naskapi :Station de recherche subarctique, Schefferville (Québec)

Inuit :Station de recherche arctique, Grise Fiord (territoire possédé par les Inuits, Nunavut)

Taïno (ou arawak) et kalinago (ou caribe) :institut de recherche tropical Bellaires, Barbade


La reconnaissance du territoire est un moyen de reconnaître la présence des nations autochtones. La connaissance des nations et des communautés associées à Montréal (Tiohtià:ke) est une autre étape importante du processus de réconciliation.


The Sky Dome symbol in white against a purple background.

 

Nations autochtones de Montréal (Tiohtià:ke)

La nation kanien’kehá:ka est maintenant reconnue comme le peuple ayant habité originalement le territoire que l’on appelle maintenant Montréal (Tiohtià:ke). La Confédération Haundenosaunee, de laquelle fait partie la nation kanien’kehá:ka, et le peuple Anishinaabeg ont de profondes racines sur ce territoire.

Visitez la page « Montréal in Mohawk », pour voir où sont situées les communautés Kanien’kehá de la région sur une carte de Tiohtià:ke tsi ionhwéntsare dessinée par Karonhí:io Delaronde, un conférencier kanien’kehá:ka originaire de Kanièn:ke, et Jordan Engel, un cartographe de Ka’skonhtsherá:kon (Rochester).

 

Les Haudenosaunee

Les Haudenosaunee

  • Voici la description de ce peuple que propose l’Encyclopédie canadienne : « Les Haudenosaunee, ou “peuple des maisons longues”, communément appelés “Iroquois” ou “Six Nations”, sont membres d’une confédération appelée “Confédération Haudenosaunee”. » Cet article donne un aperçu de l’histoire de cette confédération.

  • Cette conféderation est composée de six nations : les Kanien’kehá:ka (les Mohawks), dont le territoire couvre Montréal (Tiohtià:ke), les Sénécas, les Cayugas, les Oneidas, les Onondagas et les Tuscaroras.

  • Kahnawà:ke, qui est la communauté située la plus près de l’Université, est l’un des huit territoires de la nation kanien’kehá:ka (mohawk). Kanehsatà:ke et Akwesasne, également de la nation kanien’kehá:ka, sont aussi situées à proximité.

Ceinture wampum d’Hiawatha

  • On peut se renseigner sur la ceinture d’Hiawatha sur le site Web du Museum of Ontario Archaelogy. La ceinture d’Hiawatha « symbolise l’entente conclue entre les cinq nations originales de la communauté Haudenosaunee et leur promesse de se soutenir mutuellement. Le symbole au centre de la ceinture est un arbre, qui représente la nation Onondaga et l’endroit où le Gardien de la Paix a planté l’arbre de la paix, sous lequel les chefs des cinq nations ont enterré leurs armes. Les quatre carrés blancs représentent, de gauche à droite, les Sénécas, les Cayugas, les Oneidas et Mohawk ».

  • Le site Web (en anglais) de la Confédération Haudenosaunee et cet article de l’Encyclopédie canadienne expliquent l’importance des ceintures wampum.

  • (Attention! Voyez ci-dessous une photo de la ceinture wampum d’Hiawatha exposée sur le campus de l’Université.)

Communauté de Kahnawà:ke

  • Pour en savoir plus sur la communauté de Kahnawà:ke, visitez le kahnawakelonghouse.com (en anglais).

  • Pour un aperçu de l’histoire de Kahnawà:ke, visitez le site du conseil mohawk de Kahnawà:ke (en anglais).

  • Pour voir où est le territoire de cette communauté, visitez cette page.

Communauté de Kanehsatà:ke

  • Pour en savoir plus sur la communauté de Kanehsatà:ke, visitez le kanesatake.ca (en anglais).

  • Pour voir où est le territoire de cette communauté, visitez cette page.

Communauté d’Akwesasne

  • Pour en savoir plus sur la communauté d’Akwesasne, visitez le kahnawakelonghouse.com (en anglais).

  • Pour voir où est le territoire de cette communauté, visitez cette page.

 

Les Anishinaabeg

Les Anishinaabeg

  • Voici la description de ce peuple que propose l’Encyclopédie canadienne : « Les Anishinaabeg sont un groupe de Premières Nations apparentées culturellement et linguistiquement, vivant au Canada et aux États-Unis, et concentrées autour des Grand Lacs. » Cet article donne un aperçu de l’histoire de la langue et de la culture de cette nation.

  • Pour en savoir plus, jetez un coup d’œil à ce carrefour d’informations sur la nation Anishinaabe.

  • Algonquin? Anishnaabeg?

    • Although in recent years the Algonquin have resumed using the name “Anishinaabeg” which they have called themselves since time immemorial, the term Algonquin was imposed on them for more than 400 years by Euro Canadians. Read more about the origin of the name Algonquin here.

  • Les Ojibwés, les Chippewas, les Odawas, les Potawatomis, les Algonquins, les Saulteaux, les Nipissings et les Mississaugas sont des Anishinaabeg.

  • Les Anishinaabeg de Kitigan Zibi forment l’une des communautés situées les plus près de Montréal (Tiohtià:ke).

Communauté de Kitigan Zibi

  • • Les Anishinaabeg de Kitigan Zibi forment l’une des communautés situées les plus près de Montréal (Tiohtià:ke). Pour en savoir plus sur cette communauté, visitez cettepage(en anglais).

  • • Pour voir où est le territoire de cette communauté, visitez cette page.

 

Cartes des nations selon les territoires

Carte des peuples autochtones sur le territoire du Canada d’aujourd’hui

A map showing the territories of different Indigenous communities in the area that is now known as Canada.

  • Consultez une version interactive de la carte sur cette page.

Carte des peuples autochtones sur le territoire du Québec d’aujourd’hui

A map from Indigenous Services Canada showing Indigenous territory in the region now known as Quebec.

  • Consultez une version interactive de la carte sur cette page.

Carte du territoire des Haudenosaunee dans la région de Montréal/Tiohtià:ke

A map showing Haudenosaunee territory in the region known as Tiohtià:ke, or Montreal.

Consultez une version intégrale de la carte sur cette page.

 

Consultez la page des Ressources historiques pour vous renseigner sur l’histoire des peuples autochtones à Montréal (Tiohtià:ke) et voir des cartes illustrant l’organisation du territoire avant, pendant et après la colonisation. 

 

A framed Hiawatha Wampum Belt flag sits in front of a garden at McGill.

Ci-dessus : La ceinture wampum d’Hiawatha du campus de McGill.

 


Terminologie

Voici quelques informations terminologiques utiles pour qui souhaite parler des peuples autochtones du Canada. On y explique notamment la différence entre les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Ce contenu provient du site Indigenous Foundations de l’Université British Columbia, qui est une intéressante ressource d’apprentissage.

Autochtone

  • Terme englobant de nombreux groupes autochtones, qui est souvent utilisé dans les contextes internationaux, transnationaux ou mondiaux.

"Aboriginal"

  • "The term 'Aboriginal' refers to the first inhabitants of Canada, and includes First Nations, Inuit, and Métis peoples."

Premières Nations

  • Terme désignant les peuples autochtones du Canada dont les membres ne sont ni des Inuits ni des Métis. On l’utilise couramment depuis les années 1970 ou 1980, moment où il a remplacé le mot « Indien ». Contrairement à ce dernier terme, la désignation « Premières Nations » n’est pas définie sur le plan juridique.

Inuit

  • Terme désignant les membres des groupes ethniques vivant sous les latitudes nord, et qui ne sont pas considérés comme des « Indiens » par le droit canadien.

Métis

  • Terme désignant un ensemble de cultures et d’identités culturelles et ethniques existant dans le Canada d’aujourd’hui et résultant de l’union entre des Autochtones et des colons européens.
  • Pour en savoir plus à propos de l’identité métisse, consultez le site Indigenous Foundations de l’Université British Columbia.

Est-il correct d’utiliser les termes « Indien » ou « indigène »?

  • Le terme « Indien » fait référence au statut juridique des membres des Premières Nations inscrits aux termes de la Loi sur les Indiens. On ne l’utilise que pour désigner une personne dans le cadre de l’application de cette loi. Autrement, au Canada, ce terme est considéré comme désuet, voire offensant en raison de son utilisation délicate souvent propre au contexte colonial et aux questions d’identité et de gouvernance.
  • "The term 'Native' is a general term that refers to a person or thing that has originated from a particular place. The term 'native' does not denote a specific Aboriginal ethnicity (such as First Nation, Métis, or Inuit). In Canada, the term 'Aboriginal' or 'Indigenous' is generally preferred to 'Native'. Some may feel that 'native' has a negative connotation and is outdated. This term can also be problematic in certain contexts, as some non-Aboriginal peoples born in a settler state may argue that they, too, are 'native.'"

VIDÉO : Comment parler des peuples autochtones, par Ossie Michelin

Ossie Michelin, journaliste inuk, présente un sympathique guide expliquant en quels termes désigner les membres des Premières Nations.


Pour se renseigner sur les peuples autochtones

Ontario Human Rights Commission

Government of Canada

The Kanien’kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa Language and Cultural Center

  • Language and Cultural Center - This Center was created to preserve and enrich the language and culture of the Kanien’kehá:ka (Mohawk) of Kahnawà:ke. Their center is located in the Mohawk Territory of Kahnawà:ke south of Montreal, Canada.

Pour se renseigner plus sur les peuples autochtones

Cours

  • Indigenous Canada : Série de 12 cours virtuels gratuits sur l’histoire des peuples autochtones et sur les enjeux contemporains touchant ces questions. On y examine, du point de vue autochtone, des enjeux d’importance auxquels sont confrontés ces peuples aujourd’hui. On y analyse d’un point de vue historique et critique les relations unissant les Autochtones et les colons aux échelles nationales et locales (en anglais).
  • Indigenous Foundations : Site Web de l’Université British Columbia abordant différents sujets d’importance touchant l’histoire, les politiques et la culture des peuples autochtones du Canada (en anglais).

Lectures 

  • La Boîte à outils décoloniale : Parcours éducatif : Créé par Mikana, le Bureau de l’engagement communautaire de l’Université Concordia, et le RÉSEAU de la communauté autochtone à Montréal, la Boîte à outils fournit des "connaissances de base sur la terminologie, le territoire, et l’histoire coloniale." 
  • Peuples autochtones du Canada : Article de l’Encyclopédie canadienne où Zach Parrot présente des renseignements démographiques et historiques, recense les différents peuples du Canada et propose des guides éducatifs.
  • The Indigenous Peoples of Canada (chapitre 7 du Canada Guide) : Document proposant un survol historique attrayant qui répondra aux besoins de divers publics (en anglais).
  • Vies volées : Série préparée par l’organisme Facing History and Ourselves où l’on propose aux étudiants et aux enseignants une analyse des conséquences dévastatrices du système de pensionnats indiens.

Chronologie

  • Chronologie de l’Encyclopédie canadienne : Page présentant les principaux événements et jalons de l’histoire autochtone, des temps immémoriaux à nos jours. Si aucune chronologie n’est exhaustive, ce document offre un bon survol.

 

 Consultez la page de ressources historiques pour en savoir plus.


Ressources audio-visuelles

Documentaires et vidéos

  • Série de dix documentaires sur la vie autochtone au Canada : Pour souligner le Mois national de l’histoire autochtone, CBC a préparé une liste de documentaires sur l’histoire des premiers peuples à avoir habité notre territoire et sur les militants qui défendent leur avenir (en anglais).
  • Crimes against children at residential school: The truth about St. Anne’s : L’équipe de l’émission The Fifth Estate se penche sur les horribles violences ayant eu cours des décennies durant au pensionnat indien St. Anne’s, dans le nord de l’Ontario (en anglais).
  • À la recherche de Dawn : Christine Welsh, réalisatrice métisse réputée, présente un documentaire poignant sur les femmes et les filles autochtones assassinées au Canada.
  • First Contact : Série télé dans le cadre de laquelle six Canadiens participent à une aventure de 28 jours visant à remettre en question les idées préconçues souvent entrenues envers les peuples et nations autochtones lors d’une expérience authentique (en anglais).
  • Cinéma autochtone : Sélection de films thématiques préparée par l’Office national du film du Canada (ONF).
  • Peuples autochtones du Canada : Sélection de films sur les peuples autochtones du Canada (mais surtout du Québec et de l’Ontario) préparée par l’Office national du film.
  • Indigenous Voices and Reconciliation : Chaîne de documentaires de l’Office national du film (en anglais).
  • Pluie de pierres à Whiskey Trench : Documentaire où Alanis Obomsawin raconte comment les femmes, les enfants et les Aînés kanien’kehá:ka (mohawk) ont fui leur communauté en 1990, au plus fort des tensions régnant à Oka, parce qu’ils craignaient pour leur sécurité.

Balados

  • All My Relations : Balado animé par Matika Wilbur (membre des tribus Swinomishe et Tulalip) et Adrienne Keene (nation Cherokee) portant sur les rapports interpersonnels*.
  • At The Edge Of Canada 2.0 is hosted by Trevor Phillips, Indigenous Graduate Student Success Coordinator, showcasing the work of both Indigenous and non-Indigenous researchers, scholars, artists, and community members contributing to the vibrant Indigenous Intellectual Community*.
  • Native Currents : Balado animé par Steven Vanloffeld, universitaire anishinaabe, et par Glenn Wheeler, avocat micmac*.
  • Pensionnats indiens : Balado en trois épisodes créé par Historica Canada et animé par Shaneen Robinson-Desjarlais.
  • Revolutions per Minute : Plateforme de découverte de la culture musicale autochtone*.
  • The Henceforward : Balado s’intéressant à la relation entre les peuples autochtones et noirs sur l’Île de la Tortue*.
  • The Unreserved : Balado de CBC consacré à la communauté, à la culture et aux questions autochtones*.

* en anglais seulement


    La Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones

    La Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones propose aux étudiants, au personnel et aux membres du corps professoral des occasions de se renseigner sur les questions autochtones et de promouvoir la connaissance et la compréhension des peuples autochtones du Canada.

    En savoir plus

    • Les activités prévues visent à sensibiliser le public et à susciter au sein de la communauté mcgilloise un échange d’idées sur des questions touchant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
    • Mettant en valeur des points de vue et des voix autochtones sur le campus, l’événement a vu depuis 2011 la participation d’une multitude d’acteurs, dont des chercheurs, des membres de la communauté, des Aînés et des étudiants. On y a notamment abordé des thèmes comme la santé, l’identité, la revitalisation linguistique, la Loi sur les Indiens, les pensionnats, la tradition juridique des Autochtones, les politiques canadiennes, l’éducation, le bien-être de l’enfance et le savoir autochtone.
    • • Pour en savoir plus sur les activités organisées ces dernières années dans le cadre de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones, visitez la page sur l’équité

     

    Avant de demander conseil aux membres des communautés autochtones ou de les solliciter pour une initiative de recherche, McGill invite les étudiants, les membres du corps professoral et le personnel à se renseigner sur le territoire, le colonialisme d’hier et d’aujourd’hui, et les relations passées et actuelles de l’Université avec les communautés locales.

    Back to top