Université McGill : Collation des grades d'automne

Nouvelles

20 octobre 2003

Quelques 765 titulaires d'un grade de l'Université McGill, sur les 1 572 diplômés de la promotion d'automne 2003, traverseront la scène de la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts pour recevoir le coup de mortier -- dans le cas des bacheliers -- ou serrer la main -- dans le cas des maîtres et des docteurs -- de la principale, Mme Heather Munroe-Blum, du chancelier, Me Richard Pound, ou du Président du Conseil des gouverneurs de l'Université McGill, M. Robert Rabinovitch.

C'est à l'occasion de la collation des grades d'automne 2003 que l'Université McGill décernera un doctorat honoris causa à l'honorable Donald James Johnston, successivement fondateur du cabinet d'avocats Johnston, Heenan & Blaikie (devenu depuis Heenan Blaikie), influent ministre du Cabinet fédéral sous les gouverrnement de Pierre Elliott Trudeau puis de John Turner, et maintenant Secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L'honorable Donald James Johnston recevra son doctorat honorifique en droit au début de la cérémonie de collation des grades d'automne qui se déroulera à 14h30, le jeudi 23 octobre, à la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts. Monsieur Johnston prononcera l'allocution de circonstance.

L'honorable Donald James Johnston, CP, cr LLL, BA (Université McGill)

Originaire de Cumberland dans la vallée de l'Outaouais, Donald Johnston a fait ses études primaires dans une école de rang, dotée d'une seule salle de classe. Après un court séjour à Ottawa, sa famille déménage à Montréal où il obtient son diplôme d'études secondaires en 1953.

M. Johnston cumule deux diplômes de l'Université McGill : un baccalauréat en droit civil (1958) avec médaille d'or de la Faculté de droit, et un baccalauréat ès lettres (1960). En 1955, M. Johnston dirige la Red & White Revue, spectacle annuel des étudiants de l'Université McGill, et il partage un appartement avec Leonard Cohen, un compagnon de classe. Après avoir séjourné un an en France à la faveur d'une bourse de voyage d'étude à l'Université de Grenoble, il revient à Montréal pour être admis au Barreau du Québec en 1961.

M. Johnston devient un éminent avocat à Montréal et fonde en partenariat le très réputé cabinet d'avocats Johnston, Heenan & Blaikie (devenu depuis Heenan Blaikie) en 1973. Le cabinet connaît un franc succès et regroupe plus de 300 avocats au Canada et aux États-Unis. De 1964 à 1977, M. Johnston maintient sa relation avec la faculté de droit de l'Université McGill en y enseignant le droit fiscal.

Candidat libéral aux élections fédérales de 1978, il est éu député de la circonscription de Westmount (maintenant Saint-Henri-Westmount). Réélu quatre fois, il occupe plusieurs postes influents à titre de ministre du Cabinet fédéral sous le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau puis de John Turner. M. Johnston y occupe les fonctions de président du Conseil du Trésor, de ministre d'État chargé du développement économique et régional, de ministre d'État chargé des Sciences et de la Technologie, de ministre de la Justice, puis de procureur général du Canada.

C'est à titre de ministre d'État chargé des Sciences et de la Technologie que M. Johnston augmente le financement du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, supervise le nouveau Programme des astronautes, élabore et présente La Conférence Le Canada demain, premier colloque de portée internationale sur les sciences et la technologie. Après les élections fédérales de 1984, M. Johnston est nommé successivement porte-parole de l'opposition pour les Finances, puis pour les Affaires étrangères.

En 1988, il met un terme à une décennie de vie politique et réintègre le cabinet Heenan Blaikie à titre de conseiller juridique. En 1990, il est élu président du Parti libéral du Canada, fonction qu'il occupe jusqu'en 1994.

Au début de l'année 1994, il est invité par le premier ministre nouvellement élu Jean Chrétien à se présenter comme candidat canadien pour tenir le rôle fort prestigieux de Secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) située à Paris. Forum largement reconnu sur les politiques s'adressant aux pays industrialisés du monde, l'OCDE est un organisme composé de 30 pays membres qui partagent un même intérêt pour la démocratie et l'économie de marché.

En 1996, M. Johnston devient Secrétaire général de l'OCDE et son premier dirigeant non européen. En 2001, il est réélu par tous les pays membres pour remplir un deuxième mandat de cinq ans. M. Johnston est reconnu pour avoir libéralisé le point de vue de l'OCDE - pour avoir tenu des séances du conseil à l'extérieur de Paris pour la première fois, et pour avoir inclus dans ses discussions des pays non membres, comme la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Argentine, la Russie, l'Indonésie, la Slovaquie et l'Afrique du Sud. Un récent article du magazine Maclean's présente M. Johnston comme un leader convaincant pour l'OCDE, habité par un « désir ardent de savoir quelles politiques seront efficaces et pour quelles raisons ».

Donald Johnston est l'auteur de deux ouvrages : How to Survive Canada's Tax Chaos et Up the Hill (mémoires politiques qui ont obtenu un succès de librairie). En outre, il a édité With a Bang Not a Whimper: Pierre Trudeau Speaks Out. Il a également siégé en tant que membre du conseil d'administration de bon nombre de sociétés et d'organismes, y compris BCE Inc., Unimedia Inc., l'Association des hôpitaux du Québec, le Centre de santé de Saint-Henri et le Bishop's College School.