Un ancien reptile avait un émail dentaire semblable à celui des mammifères

Nouvelles

Des spécimens de Priosphenodons découverts en Argentine indiquent que l’évolution a doté ces reptiles du Crétacé tardif d’un émail dentaire résilient comparable à celui des mammifères
Publié: 19mai2020
Image par Aaron Leblanc.

Des paléontologues de l’Université McGill et de l’Université de l’Alberta ont découvert chez un ancien reptile des dents recouvertes d’un émail spécial très résistant, semblable à celui des mammifères. C’est la première fois qu’une étude met en lumière ce type d’émail chez un reptile fossile.

Le reptile en question – le Priosphenodon – était un herbivore du Crétacé tardif mesurant environ un mètre de longueur. Ce type de reptile, du clade des sphénodontiens, avait ceci de particulier qu’il avait perdu la capacité de remplacer ses dents. Pendant leur croissance, les sphénodontiens voyaient plutôt apparaître de nouvelles dents à l’arrière de leur mâchoire.

« Le Priosphenodon avait les dents les plus étranges qu’il m’ait été donné de voir », affirme Aaron LeBlanc, boursier postdoctoral au Département des sciences biologiques à l’Université de l’Alberta et auteur principal de l’étude. « Certains aspects de son anatomie dentaire rappellent l’évolution des dents des premiers mammifères. »

Les spécimens ont été découverts dans la province de Río Negro, en Argentine, au cours de recherches et de travaux sur le terrain effectués par Michael Caldwell, professeur au Département des sciences biologiques et au Département de la Terre et des sciences atmosphériques de l’Université de l’Alberta, et par Sebastián Apesteguía, paléontologue argentin et chef de terrain.

Pour examiner les dents du Priosphenodon de plus près, les chercheurs ont découpé des morceaux de mâchoire et scruté les traces laissées par les tissus à l’intérieur des dents. Ils ont également eu recours à des examens de tomodensitométrie non effractifs pour étudier des spécimens de mâchoires plus complets.

« L’émail dentaire du Priosphenodon n’est pas seulement plus épais que celui de la plupart des reptiles : les cristaux d’émail sont "tissés" et forment de longs fils qui tapissent l’émail sur toute sa largeur. On retrouve ces fils, appelés "prismes d’émail", presque exclusivement chez les mammifères, précise Aaron LeBlanc, qui travaille sous la supervision du Pr Caldwell. Nos résultats semblent indiquer que de fortes pressions sélectives peuvent pousser les reptiles à trouver des solutions très innovantes aux problèmes associés à l’usure des dents et à une alimentation abrasive. Et certaines de ces solutions rappellent l’évolution des premiers mammifères. »

Hans Larsson, directeur du Musée Redpath de l’Université McGill, a également participé à l’étude publiée récemment dans Current Biology.

« C’est fascinant de voir comment ces reptiles bizarres ont évolué pour perfectionner la microstructure de leur émail dentaire et réorganiser le développement de leur dentition », déclare Hans Larsson, titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en paléontologie des vertébrés.

Les scientifiques ajoutent qu’il existe de nos jours un type de lézard doté d’un émail dentaire prismatique semblable à celui du Priosphenodon : le lézard à queue épineuse d’Australie. Comme le Priosphenodon, il s’alimente principalement de plantes et a perdu la capacité à remplacer ses dents usées. Ces deux reptiles ne sont toutefois pas étroitement liés.

L’étude

L’article « Unique Tooth Morphology and Prismatic Enamel in Late Cretaceous Sphenodontians from Argentina », par Aaron Leblanc, Sebastián Apesteguía, Hans Larsson et Michael Caldwell, a été publié dans Current Biology.

L’étude a été financée par l’Agencia Nacional de Promoción Científica y Tecnológica de l’Argentine, la Société National Geographic et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

L’Université McGill

Fondée en 1821 à Montréal, au Québec, l’Université McGill figure au premier rang des universités canadiennes offrant des programmes de médecine et de doctorat. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités au Canada et dans le monde. Établissement d’enseignement supérieur renommé partout dans le monde, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans deux campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs. Elle accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 12 800 étudiants internationaux représentant 31 % de sa population étudiante. Au-delà de la moitié des étudiants de l’Université McGill ont une langue maternelle autre que l’anglais, et environ 19 % sont francophones.

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top