Peur, intrépidité et extinction des espèces

Nouvelles

Selon une étude récente réalisée par des chercheurs de l’Université McGill et de l’Université de Guelph, la peur peut nuire à la survie des espèces si elle est trop intense. En fait, au sein d’une petite population, la peur peut, à elle seule, conduire à l’extinction d’une espèce, même en l’absence de prédateur vivant. Lire la suite dans le communiqué: « La peur peut, à elle seule, conduire à l’extinction d’une espèce »

Si elle n’est pas assez intense, la peur peut se révéler tout aussi néfaste, particulièrement pour les espèces insulaires ou dans les régions où apparaissent de nouvelles espèces envahissantes. Dans le cadre d’une étude complémentaire, les mêmes scientifiques ont démontré comment les populations peuvent devenir rapidement plus intrépides, même en présence de prédateurs, prenant davantage de risques pour trouver de la nourriture et s’accoupler. Elles risquent alors l’extinction. Lire la suite dans le communiqué « Sans peur et sans reproche : l’intrépidité sous la loupe »