Nouveau président du Conseil à McGill

Nouvelles

Le nouveau président du Conseil des gouverneurs de l’Université McGill sera M. Robert Rabinovitch, dont la candidature a été recommandée au Conseil et approuvée à l’unanimité hier soir. Robert Rabinovitch succédera à Richard Pound, qui lui-même héritera du mandat de Gretta Chambers au poste de chancelier de l’Université. Les deux hommes entreront en fonctions le 1er juillet 1999.

Actuellement vice-président et directeur de l’exploitation de Claridge, société de gestion et de portefeuille ayant son siège à Montréal, Robert Rabinovitch a occupé avant cela le poste de sous-ministre des Communications et sous-secrétaire d’État, et toute une variété d’autres postes au sein du gouvernement canadien, dont ceux de sous-secrétaire du Cabinet pour la planification. Il a acquis une vaste expérience du secteur de la radiodiffusion en tant que membre des conseils de Netstar Communications Inc. et de la société Cineplex Odeon. Par ailleurs, il a été membre de plusieurs commissions culturelles et politiques, notamment de la Fondation du Centre KPMG pour administrations publiques, du comité consultatif financier du Trust du Nunavut et du Centre canadien du film. En 1995, il a fait partie du Comité d’examen de la politique du gouvernement canadien sur la radiodiffusion directe à domicile par satellite. Il préside également le comité exécutif du Congrès juif canadien (Québec). Diplômé de l’Université McGill, M. Rabinovitch est titulaire de grades de 2e/3e cycle en économie et en finances de l’Université de Pennsylvanie. Il est membre du Conseil des gouverneurs de McGill depuis janvier 1997.

Enchanté de cette nomination, le principal de McGill, M. Bernard Shapiro, est convaincu que M. Rabinovitch sera "un excellent président du Conseil de McGill". Et il ajoute, "C’est un poste qui bénéficiera grandement de sa vaste expérience de sous-ministre dans la fonction publique et de membre de divers conseils d’administration du secteur privé". M. Rabinovitch se dit lui-même "très touché de la confiance du Conseil" et fait observer que McGill est à un tournant important de son développement. "L’Université est aux prises avec de sérieux défis à une époque où l’enseignement supérieur revêt de plus en plus d’importance pour notre avenir à tous. J’espère pouvoir être utile à McGill à ce point de jonction crucial dans son histoire."