L’heure du coucher : les mauvaises habitudes s’installent tôt chez les enfants d’âge scolaire

Nouvelles

Les mauvaises habitudes de sommeil chez les enfants se prennent plus tôt que ne le croient de nombreux experts. C’est la conclusion d’une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université McGill selon laquelle les recommandations officielles sur le nombre d’heures de sommeil des jeunes écoliers devraient être révisées. Les parents devraient en outre maintenir des règles strictes concernant l’heure du coucher chez les enfants qui fréquentent l’école primaire.

Les chercheurs, qui ont étudié les habitudes de sommeil d’enfants âgés de 6 à 11 ans, ont découvert que ceux âgés de 8 à 11 ans présentaient de plus en plus des habitudes de sommeil malsaines généralement associées à l’adolescence : heures de coucher tardives, horaire irrégulier et manque de sommeil. Il a été démontré que de telles habitudes nuisent à la santé physique et mentale des enfants, ainsi qu’à leur rendement scolaire.

« Nos résultats contredisent l’hypothèse actuelle selon laquelle les habitudes de sommeil demeurent essentiellement les mêmes chez les écoliers âgés de 6 à 13 ans », explique Reut Gruber, professeure agrégée au Département de psychiatrie de l’Université McGill et auteure principale de l’étude.

Au total, 144 enfants de la région de Montréal ont participé à l’étude. Les participants, dont le sommeil a été suivi pendant l’année scolaire, ont été répartis en trois groupes d’âge : de 6 à 7 ans, de 8 à 9 ans et de 10 à 11 ans. Les habitudes de sommeil de chacun d’entre eux ont été évaluées à la maison pendant 7 nuits à l’aide d’un actigraphe miniature, dispositif semblable à une montre-bracelet qui enregistre les mouvements de l’enfant pendant son sommeil.

L’étude a révélé des retards considérables et de plus en plus grands de l’heure du début du sommeil, des durées de sommeil écourtées ainsi qu’une plus grande irrégularité du sommeil d’une nuit à une autre dans chaque groupe d’âge, comparativement au groupe d’âge plus jeune (âgés de 10 à 11 ans > de 8 à 9 ans > de 6 à 7 ans).

Les données enregistrées par le dispositif ont indiqué que seulement 17 % des enfants âgés de 6 à 7 ans dormaient réellement le nombre d’heures recommandé, cette proportion tombant à 2,5 % pour la tranche d’âge de 10 à 11 ans.

Les résultats de l’étude, qui seront publiés dans la revue scientifique Sleep Medicine, « soulignent l’importance d’établir des limites pour l’heure du coucher, limites que les parents devraient imposer à leurs enfants même lorsque ces derniers vieillissent et gagnent en indépendance », affirme la Pre Gruber, qui dirige le Laboratoire de l’attention, du comportement et du sommeil de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, à Montréal. Elle est également membre de la direction de la Société Canadienne du Sommeil (SCS) pour la promotion et les relations avec les médias et du Groupe d’intérêt pour le sommeil pédiatrique de la SCS.

« Nous recommandons aux parents de veiller à ce que leurs enfants :

  • aient un sommeil de qualité en quantité suffisante;
  • se couchent à la même heure chaque soir;
  • se réveillent à la même heure chaque matin;
  • apprennent l’importance du sommeil pour la santé, l’humeur et la réussite scolaire; et
  • demandent de l’aide s’ils ne parviennent pas à s’endormir, à rester endormis, à dormir suffisamment ou s’ils ne se sentent pas bien reposés le matin. »

 

L’article intitulé « An Actigraphic Study of the Sleep Patterns of Younger and Older School-Age Children », par Reut Gruber et coll., sera publié dans la revue scientifique Sleep Medicine.

Cette étude a été financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et par les Instituts de recherche en santé du Canada.

 

Coordonnées

Contact: 
Cynthia Lee
Organisation: 
McGill University
Courriel: 
cynthia.lee [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-6754