Les vertus thérapeutiques du soleil

Nouvelles

Parce qu’ils stimulent la vitamine D3, les rayonnements ultraviolets pourraient réparer l’ADN et combattre le cancer

L’exposition à la vitamine D3 ou à la lumière du soleil peut avoir des vertus thérapeutiques en cas de cancer cervico-facial (du cou et du visage), selon des recherches dirigées par un physiologiste de McGill.

Dans un article publié récemment dans le Journal of the National Cancer Institute, le docteur John White explique comment lui et son équipe se sont intéressés à l’utilité de l’analogue de la vitamine D3 (EB 1089) dans des modèles de laboratoire de cancer du sein et de la prostate. À l’aide de tumeurs de culture et dérivées de cultures cellulaires implantées dans des souris, l’équipe s’est aperçue que l’EB 1089 pouvait inhiber la croissance des cellules du cancer cervico-facial.

Cette équipe s’intéresse également aux mécanismes moléculaires de l’EB1089. Elle s’est ainsi aperçue que les analogues de la vitamine D3 pouvaient prévenir l’instabilité génomique caractéristique de la progression du cancer et bloquer la prolifération cellulaire. Résultat? L’analogue de la vitamine D3 fabriqué par le laboratoire danois Leo Pharmaceutical Products, exerce un effet anticancéreux sensible en cas de cancer cervico-facial, sans effet secondaire.

Qui plus est, les chercheurs ont découvert que la vitamine D3 et ses analogues favorisaient la production d’une protéine du nom de GADD45 nécessaire à la réparation normale des lésions et mutations de l’ADN. Les lésions ou mutations de l’ADN peuvent provoquer des changements génétiques permanents qui favorisent la progression des cellules cancéreuses. Cela donne à penser que les analogues D3 peuvent constituer d’excellents agents chimiopréventifs.

« Ces résultats sont d’autant plus extraordinaires que la sécrétion de la vitamine D3 dans l’organisme résulte d’une réaction photochimique induite par l’action des rayonnements ultraviolets dans la peau », souligne le docteur White. « Les résultats que nous avons obtenus donnent à penser qu’en améliorant la production de la vitamine D3 active par les rayonnements ultraviolets, on peut stimuler les mécanismes de réparation de l’ADN.»