Le CRSNG octroie 35 M$ à des projets de recherche dirigés par McGill

Nouvelles

Des chercheurs mcgillois menant des travaux à long terme en sciences naturelles et en génie se partagent des subventions destinées à créer des conditions propices à la recherche et à la formation.
Publié: 21mai2019

par Meaghan Thurston, Recherche et innovation

Kirsty Duncan, ministre des Sciences et des Sports, a annoncé aujourd’hui un investissement de plus de 588 millions de dollars au titre du Programme de subventions à la découverte du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Près de 35 millions de dollars seront affectés à 128 projets de recherche dirigés par l’Université McGill, dont 30 sont chapeautés par des chercheurs mcgillois en début de carrière, c’est-à-dire occupant depuis au plus cinq ans un poste universitaire indépendant. Ces sommes, qui proviennent des quatre milliards de dollars destinés à la recherche dans le budget de 2018, serviront également à financer des bourses d’études supérieures et postdoctorales en sciences naturelles et en génie.

« L’Université McGill remercie le Conseil de sa grande générosité et de sa souplesse en financement de la recherche fondamentale », a souligné Martha Crago, vice-principale (recherche et innovation). « Grâce au Programme de subventions à la découverte, les chercheurs de haut niveau de l’Université explorent quantité de sujets, de la matière quantique “sur mesure”, un domaine en plein essor, aux effets des changements climatiques sur la biodiversité. »

Physicien à l’Université McGill, le Pr Guillaume Gervais poursuivra ses travaux grâce à la subvention reçue pour son projet Frontiers of Quantum Matter On-a-Chip! À partir de matériaux bruts semi-conducteurs, l’équipe de son laboratoire met en œuvre des techniques de pointe en salle blanche issues de la nanotechnologie pour fabriquer des structures permettant le contrôle d’électrons, ou des trous nanométriques pour les fluides quantiques. Repoussant les frontières des paradigmes connus, le Pr Gervais s’intéresse notamment à la thermodynamique de la puce. Son équipe a fait état, pour la toute première fois, d’oscillations quantiques dans le phosphore noir, matériau qui pourrait un jour remplacer le graphène.

Le Pr Andrew Gonzalez utilisera quant à lui sa subvention pour explorer l’un des plus grands enjeux actuels de l’humanité : les effets de l’activité humaine sur la préservation et le foisonnement de la biodiversité. Ses travaux pourraient orienter les administrations municipales et provinciales dans leurs politiques de conservation et de planification, tout comme dans les mesures concrètes mises en place, notamment pour la conception d’un réseau écologique dans les basses terres du Saint-Laurent.

« L’investissement annoncé aujourd’hui témoigne de notre soutien indéfectible à la science et aux chercheurs », a déclaré Kirsty Duncan, ministre des Sciences et des Sports. « Depuis notre arrivée au pouvoir, nous n’avons pas ménagé nos efforts pour redonner à la science et à la recherche la place qui leur revient, et cet investissement mémorable dans les découvertes de demain n’est qu’un des moyens que nous prenons pour parvenir à notre objectif. »