La vérité sur le mensonge chez l’enfant : les perceptions s’affinent avec l’âge

Nouvelles

Selon une étude sur le développement moral, les jeunes enfants seraient très tranchés et les plus vieux s’attacheraient davantage aux intentions et aux conséquences
Publié: 5oct.2016

Les parents n’aiment pas que leurs enfants mentent. Mais qu’en pensent les enfants? Selon une nouvelle étude, la vérité se pare de mille et une nuances.

Plus l’enfant vieillit, plus il envisage le mensonge et la vérité en fonction du mal que son comportement est susceptible de causer à lui-même ou à autrui.

Victoria Talwar, titulaire d’une chaire de recherche du Canada et professeure au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling à l’Université McGill, a dirigé une équipe ayant étudié le développement moral de l’enfant. Les chercheurs ont ainsi observé le comportement d’une centaine d’enfants de 6 à 12 ans. 

Ils ont montré aux enfants une série de courtes vidéos dans lesquelles des marionnettes à leur image mentaient ou disaient la vérité. La variable était la conséquence de ces mensonges ou de ces vérités. Dans certains scénarios, leurs paroles portaient préjudice à autrui (p. ex. la marionnette imputait un de ses méfaits à un innocent) et dans d’autres, elles portaient préjudice au locuteur lui-même, tout en étant à l’avantage d’autrui (p. ex. la marionnette prenait le blâme, épargnant ainsi une punition au véritable coupable). Enfin, certains scénarios mettaient en scène des marionnettes délatrices : ici, le personnage faisait du tort à autrui en disant la vérité.

Marqueur du développement moral et social

Après le visionnement, les enfants devaient déterminer si les personnages étaient honnêtes ou fourbes, puis se prononcer sur les comportements : étaient-ils dignes d’une récompense ou passibles d’une punition?

« En étudiant la perception qu’ont les enfants de l’honnêteté et de la tromperie, on distingue les divers stades du développement moral et social » explique la Pre Talwar. « Les enfants se font dire et redire par leurs parents qu’il est mal de mentir, mais ces mêmes parents ont parfois recours à de ʽpieux mensongesʼ pour se simplifier la vie. Ce sont là des comportements qui, selon l’âge, jetteront plus ou moins la confusion dans leur jeune esprit. Nous souhaitions mieux comprendre comment les enfants percevaient la vérité et le mensonge. Car le mensonge n’a pas forcément des conséquences fâcheuses pour autrui. Et, comme chacun sait, toute vérité n’est pas bonne à dire. Nous voulions savoir à quel âge l’enfant commençait à saisir ces nuances. » 

Le cas délicat du « porte-panier »

Les chercheurs ont constaté que les enfants de tous âges distinguaient sans peine la vérité du mensonge. En outre, ils faisaient preuve de jugement quant à la nature répréhensible ou non des comportements. Ici, toutefois, l’équipe a observé deux différences notables entre les enfants les plus jeunes et les plus âgés.

Les fausses confessions nourries de bonnes intentions sont difficiles à évaluer : les jeunes enfants les jugeaient plus sévèrement que les plus vieux. Autre cas difficile : les dénonciations. Dans le cas des vérités faisant du tort à autrui, le dilemme moral était plus grand chez les enfants plus âgés que chez les plus jeunes. « En fait, nous avons constaté que les enfants avaient du mal à appréhender certains types de vérités et de mensonges », précise Shanna Mary Williams, qui vient d’obtenir son doctorat de McGill et a fait l’essentiel de la recherche. « Le jeune enfant a des opinions plus tranchées : la vérité, c’est bien et le mensonge, c’est mal. Mais autour de 10 à 12 ans, l’enfant prend conscience que la réalité est plus nuancée. Plus ils vieillissent, plus les enfants accordent de l’importance aux conséquences de la vérité et du mensonge. Ils perçoivent également mieux l’intention du locuteur. »

La vérité et le mensonge… en toute franchise 

Que doit-on retenir de cette étude? L’évaluation morale que fait l’enfant de la vérité comme du mensonge est influencée par sa compréhension de l’intention du locuteur : ce dernier cherche-t-il à nuire à autrui ou à lui-même? En matière de dénonciation, le jeune enfant applique ce qu’il a appris de ses parents et de ses éducateurs (en d’autres termes, l’honnêteté est toujours une vertu); toutefois, selon les chercheurs, il pourrait voir ce comportement d’un œil plus critique en vieillissant, redoutant la perception de ses pairs. Chose certaine, estiment les chercheurs, parents et professeurs doivent aborder franchement la question de la vérité et du mensonge avec les enfants, et ce, dès l’âge de six ans.

____________________________________________________________________________

Pour consulter l’article « Children’s evaluations of tattles, confessions, prosocial and antisocial lies », par Victoria Talwar et coll., publié dans International Review of Pragmatics, visitez le DOI : 10.1163/18773109-00802007.

Personnes-ressources : 

Victoria Talwar
Université McGill, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling
Victoria.talwar [at] mcgill.ca (entrevues en anglais seulement)

Shanna Mary Williams
shanna.williams [at] mail.mcgill.ca

Katherine Gombay
Université McGill, Relations avec les médias
Katherine.gombay [at] mcgill.ca
514-398-2189

Back to top