La chanson est universelle

Nouvelles

La musique est présente dans la société de façons semblables partout dans le monde
Publié: 21nov2019

La musique, y compris les chansons avec paroles, serait un phénomène universel, si l’on en croit un article publié cette semaine dans la revue Science. C’est la conclusion à laquelle est arrivée une équipe internationale de chercheurs composée de musiciens, de scientifiques de données, de psychologues, de politologues et de linguistes, dont un de l’Université McGill, après cinq années passées à collaborer et à mettre en commun un large éventail d’expertises et d’outils dans un seul but : déterminer si la musique est universelle.

De vastes ensembles de données pour des conclusions étoffées

Pour déterminer les différences et les similarités liées à la musique dans diverses sociétés, les chercheurs ont dû se servir d’ensembles de données d’une importance et d’une ampleur sans précédent. Ils ont étudié chaque société pour laquelle figurait de l’information ethnographique dans une importante base de données en ligne – 315 sociétés en tout – et ont relevé des mentions de la musique dans chacune d’entre elles. Ils ont collecté quelque 5 000 descriptions de chansons à partir d’un sous-ensemble de 60 cultures dans 30 régions géographiques différentes.

« Cette base de données sur les textes ethnographiques, c’est un vrai trésor », explique Timothy O’Donnell, linguiste à McGill. Spécialiste des données, il était très enthousiaste à l’idée d’appliquer les techniques d’intelligence artificielle qu’il utilise habituellement en linguistique pour étudier la musique. « Comme les ethnographes ont numérisé une grande partie de la littérature de leur domaine, puis relevé les mots-clés par paragraphe, nous avons pu y puiser l’information essentielle sur les fonctions de la chanson. »

Une gigantesque chasse au trésor musicale

L’équipe a aussi déniché des dizaines d’enregistrements sous forme de bobines, de vinyles, de cassettes, de CD et de fichiers numériques provenant de bibliothèques et de collections privées d’ethnomusicologues des quatre coins du monde. Elle a ainsi recueilli 118 chansons issues de 86 cultures, encore une fois dans 30 régions géographiques.

Les chansons aux fonctions semblables présentent des caractéristiques musicales semblables

Les chercheurs ont constaté que d’une société à l’autre, la musique est associée aux mêmes situations (soins aux enfants, guérison, danse, amour, deuil, guerre, processions et rituels, etc.), et que la fonction de la chanson tend à être la même. En étudiant des berceuses, des chants de guérison et de danse ainsi que des chansons d’amour, ils ont également remarqué que les chansons ayant des fonctions semblables semblaient aussi présenter des caractéristiques musicales semblables.

Cette découverte est attribuable à la sophistication des outils d’analyse de données et au travail de collaboration de tous les participants au projet.

« J’étais très heureux de pouvoir comparer à grande échelle la musique de différentes cultures, comme on le fait pour la langue depuis un certain temps, indique M. O’Donnell. C’est un projet plutôt unique : je crois qu’aucun d’entre nous n’aurait pu le réaliser seul. On suppose depuis longtemps que certains aspects de la musique sont universels et présents dans toutes les cultures, mais personne n’avait encore réussi à le prouver de façon aussi exhaustive. »

À lire : « Universality and diversity in human song », par Samuel H. Mehr et coll., dans Science.

Doi : 10.1126/science.aax0868

 

La recherche a été financée par la Harvard Data Science Initiative; la bourse « Early Independence » du directeur des National Institutes of Health; la bourse d’études présidentielle de la Harvard Graduate School of Education de l’Université Harvard; le Département de psychologie de l’Université Harvard; une bourse pour étudiants des cycles supérieurs de l’initiative interfacultaire « Mind Brain Behavior »; le programme de bourses de recherche des cycles supérieurs de la Fondation nationale des sciences; le programme de bourses de recherche postdoctorale de Microsoft; la Faculté des Arts et le Bureau du doyen des sciences de l’Université de Washington; le Center for Science and Society de l’Université Columbia; le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada; le Fonds de recherche du Québec – Société et culture; et le laboratoire d’excellence de l’Institute for Advanced Study in Toulouse (Agence Nationale de la Recherche).

 

L’Université McGill

Fondée en 1821, à Montréal, au Québec, l’Université McGill figure au premier rang des universités canadiennes offrant des programmes de médecine et de doctorat. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités au Canada et dans le monde. Grand établissement et haut lieu de la diversité, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans deux campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au‑delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs. Elle accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 12 800 étudiants internationaux représentant 31 % de sa population étudiante. Au‑delà de la moitié des étudiants de l’Université McGill ont une langue maternelle autre que l’anglais, et environ 19 % sont francophones.

Renseignements

Katherine Gombay

Service des relations avec les médias de l’Université McGill

514 398‑2189

Katherine.gombay [at] mcgill.ca

 

https://www.mcgill.ca/newsroom/fr

http://twitter.com/McGillU

 

Coordonnées

Contact: 
Katherine Gombay
Organisation: 
Media Relations Office
Courriel: 
Katherine.gombay [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-2189
Téléphone cellulaire: 
514-717-2289
Back to top