Identification d'une variante génétique protectrice contre le COVID-19

Nouvelles

Une méta-étude internationale réalisée par des chercheurs du Karolinska Institutet en Suède, de l'Institut Lady Davis de l'Hôpital général juif au Canada et du VA Boston Healthcare System aux États-Unis, a permis d'identifier une variante génétique spécifique qui protège contre les formes graves de la COVID-19. Les chercheurs ont réussi à mettre en évidence cette variante en étudiant des personnes d’origines diverses ; un exploit qui, selon eux, souligne l'importance de mener des essais cliniques incluant des personnes de différents groupes ethniques.
Publié: 14janv.2022

En plus de la vieillesse et de certaines maladies sous-jacentes, la génétique peut avoir une influence sur le fait d’être gravement touché ou non par la COVID-19. Des études antérieures portant principalement sur des personnes d’origine européenne ont révélé que les personnes porteuses d'un segment particulier d'ADN courent 20 % moins de risques de développer une forme critique de la COVID-19. Ce segment d'ADN code pour des gènes du système immunitaire et est hérité des Néandertaliens chez environ la moitié des personnes hors d'Afrique.

Cette région de l'ADN est toutefois truffée de nombreuses variantes génétiques, ce qui rend difficile de démêler la variante protectrice exacte qui pourrait potentiellement servir de cible à un traitement médical contre une infection grave par la COVID-19.

Pour identifier cette variante génétique spécifique, les chercheurs de l'étude ont recherché des individus porteurs de seulement certaines parties de ce segment d'ADN. Étant donné que l'héritage néandertalien s'est produit après l'ancienne migration hors d'Afrique, les chercheurs se sont concentrés sur les individus d'ascendance africaine qui n'ont pas l'héritage des Néandertaliens et donc aussi la majorité de ce segment d'ADN. Un petit morceau de cette région de l'ADN est cependant le même chez les personnes d'ascendance africaine et européenne.

Les chercheurs ont constaté que les personnes d'ascendance africaine prédominante bénéficiaient de la même protection que celles d'ascendance européenne, ce qui leur a permis d'identifier une variante génétique spécifique particulièrement intéressante.

« Le fait que les individus d'ascendance africaine avaient la même protection nous a permis d'identifier la variante unique de l'ADN qui protège réellement de l'infection par la COVID-19 », explique Jennifer Huffman, autrice principale de l'étude et chercheuse au VA Boston Healthcare System aux États-Unis.

L'analyse a porté sur un total de 2 787 patients hospitalisés atteints de COVID-19 et d'ascendance africaine, ainsi que sur 130 997 personnes d'un groupe témoin, provenant de six études de cohorte. Quatre-vingt pour cent des personnes d'ascendance africaine étaient porteuses de la variante protectrice. Les résultats ont été comparés à ceux d'une précédente méta- étude de plus grande envergure portant sur des personnes d'origine européenne.

Selon les chercheurs, la variante protectrice du gène (rs10774671-G) détermine la longueur de la protéine codée par le gène OAS1. Des études antérieures ont montré que la variante la plus longue de la protéine est plus efficace pour décomposer le SRAS-CoV-2, le virus à l'origine de la COVID-19.

« Le fait que nous commencions à comprendre en détail les facteurs de risque génétiques est essentiel pour le développement de nouveaux médicaments contre le COVID-19 », déclare le co-auteur Brent Richards, chercheur chevronné à l'Institut Lady Davis de l'Hôpital général juif et professeur à l'Université McGill au Canada.

La pandémie de COVID-19 a suscité une collaboration considérable entre les chercheurs de différentes régions du monde, ce qui a permis d'étudier les facteurs de risque génétiques chez une plus grande diversité d'individus que dans de nombreuses études antérieures. Malgré cela, la majorité de la recherche clinique se fait encore sur des personnes d'origine européenne.

« Cette étude montre à quel point il est important d'inclure des individus d'origines ethniques différentes. Si nous n'avions étudié qu'un seul groupe, nous n'aurions pas réussi à identifier cette variante génétique spécifique », déclare l'auteur principal de l'étude, Hugo Zeberg, professeur adjoint au département des neurosciences du Karolinska Institutet.

Jennifer E. Huffman, Guillaume Butler-Laporte, Atlas Khan, Erola Pairo-Castineira, Theodore G. Drivas, Gina M. Peloso, Tomoko Nakanishi, COVID-19 Host Genetics Initiative, Andrea Ganna, Anurag Verma, J. Kenneth Baillie, Krzysztof Kiryluk, J. Brent Richards and Hugo Zeberg. Multi-ancestry fine mapping implicates OAS1 splicing in risk of severe COVID-19. Nat Genet (2022), doi: 10.1038/s41588-021-00996-8.

 

Coordonnées

Contact: 
Pascal Fischer
Organisation: 
Research Communications and External Relations Officer
Courriel: 
pascal.fischer [at] ladydavis.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 340-8222 ext. 28661
Étiquettes: 
Back to top