Experts : Les États-Unis autorisent un nouveau médicament contre l'Alzheimer

Nouvelles

Publié: 10juin2021

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a annoncé lundi autoriser un nouveau médicament contre la maladie d'Alzheimer, pour la première fois en près de deux décennies. La FDA a toutefois utilisé une procédure accélérée qui ne confère au produit qu'une autorisation conditionnelle – une possibilité qui n'avait pas été étudiée par le comité. (Radio-Canada)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Simon Ducharme, professeur agrégé, Département de psychiatrie

« En tant que premier médicament de fond approuvé par la FDA pour la maladie d'Alzheimer, il s'agit d'une étape très positive. Cependant, l'excitation est tempérée par les questions qui subsistent quant à l'étendue réelle de l'efficacité de l'aducanumab, étant donné l'écart entre les deux études majeures. Une étude de suivi sera nécessaire pour confirmer les avantages cliniques et conserver l'approbation de la FDA. S'il est approuvé au Québec, bien qu'il puisse représenter un défi important pour le système de santé pour diverses raisons, il apporte enfin un espoir bien nécessaire aux patients souffrant de cette maladie dévastatrice ».

Simon Ducharme est professeur agrégé au département de psychiatrie. Ses recherches utilisent des techniques avancées d'imagerie cérébrale structurelle pour étudier les changements longitudinaux du développement du cerveau de l'enfance à la vieillesse, et leur impact sur le comportement à travers la santé et la psychopathologie.

simon.ducharme [at] mcgill.ca (anglais, français)

Maiya Geddes, professeure adjointe, Département de neurologie et de neurochirurgie

« C'est notre travail en tant que cliniciens de fournir aux patients des soins fondés sur des données probantes. La décision de la FDA d'approuver ce médicament est surprenante, compte tenu des données non concluantes soutenant son efficacité clinique. Les cliniciens et les systèmes hospitaliers américains vont devoir se démener pour combler les lacunes laissées par la FDA, notamment en définissant des critères importants pour le traitement, tels que les contre-indications, le stade de la maladie et la nécessité de disposer de données sur les biomarqueurs de la maladie d'Alzheimer ».

Maiya Geddes est professeure adjointe au Département de neurologie et de neurochirurgie et clinicienne-scientifique à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal. Ses recherches visent à déterminer les mécanismes cérébraux qui sous-tendent l'interaction entre la motivation et la cognition au cours du vieillissement. Elle dirige actuellement une équipe de cliniciens travaillant sur l'évaluation à distance de la cognition chez les adultes souffrant de troubles cognitifs.

maiya.geddes [at] mcgill.ca (anglais)

Jonathan Kimmelman, professeur James McGill, Département d'études sociales de la médecine et directeur, Unité d'éthique biomédicale

« Pendant des décennies, la FDA a été un modèle à suivre quant à la façon dont les décideurs politiques peuvent joindre la science à la réglementation pour améliorer l'accès des patients aux médicaments qui sauvent des vies. Cette décision, qui a annulé l'avis scientifique indépendant demandé par l'Agence, suggère que ce flambeau est désormais éteint. Une réglementation stricte de la FDA, combinée à des protections de la propriété intellectuelle, incite fortement les entreprises à développer des médicaments et à prouver qu'ils sont sûrs et efficaces. Cette décision envoie un signal clair aux sociétés pharmaceutiques et aux entreprises de biotechnologie qu'elles n'ont pas besoin de s'inquiéter autant pour la partie relative à l'efficacité ».

Jonathan Kimmelman est professeur James McGill à l'Unité d'éthique biomédicale et au Département d'études sociales de médecine. Ses recherches portent sur les défis éthiques, sociaux et politiques liés à l'expérimentation de nouvelles technologies médicales chez les êtres humains. Ses projets actuels portent sur le risque, la prédiction, la validité et la valeur des connaissances sur l'ensemble de la trajectoire de développement des médicaments.

jonathan.kimmelman [at] mcgill.ca (anglais)

Gerhard Multhaup, professeur titulaire et directeur, Département de pharmacologie et de thérapeutique

« En tant que chercheur de longue date sur la maladie d'Alzheimer, il est fascinant de constater que la FDA, après près de deux décennies, a approuvé le premier médicament ciblant la pathologie associée à la maladie. Le médicament développé par Biogen, un anticorps anti-amyloïde appelé aducanumab (Aduhelm), réduit efficacement les dépôts amyloïdes dans le cerveau. Cette élimination de l'amyloïde entraînera probablement une amélioration des résultats cliniques pour les patients diagnostiqués à un stade précoce de la maladie. Comme l'impact socio-économique pour les patients et leurs soignants continue de croître rapidement dans le monde entier, je m'attends à ce que l'approbation de la FDA inspire davantage d'investissements dans la recherche sur la maladie d'Alzheimer afin de fournir des diagnostics et des traitements améliorés dans un avenir proche ».

Gerhard Multhaup est professeur titulaire et directeur du Département de pharmacologie et de thérapeutique. Il est un chercheur de renommée mondiale sur la maladie d'Alzheimer, principalement connu pour ses travaux pionniers qui ont fait progresser la compréhension mécanique de la maladie d'Alzheimer au niveau moléculaire.

gerhard.multhaup [at] mcgill.ca (anglais, allemand)

Vasavan Nair, professeur titulaire, Département de psychiatrie

« Ce nouveau traitement, bien qu'il ne soit pas un remède, est important car il s'agit du premier médicament approuvé qui modifie l'un des facteurs biologiques contribuant à la maladie d'Alzheimer. Il est important de reconnaître qu'il ralentit la progression dans une population limitée de troubles cognitifs légers causés par la maladie d'Alzheimer et la démence. Il n'arrête pas le déclin ou n'améliore pas la cognition, mais il représente une étape importante et un progrès dans la science de la maladie d'Alzheimer ».

Vasavan Nair est professeur titulaire au Département de psychiatrie et directeur médical de la Clinique de mémoire Moe Levin de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas. Ses recherches portent sur la prévention et le traitement de la maladie d'Alzheimer aux stades préclinique, prodromique et clinique précoce, à l'aide de nouveaux outils pharmacologiques (par exemple, des essais de médicaments) et non pharmacologiques (comme le yoga et la méditation).

vasavan.nair [at] douglas.mcgill.ca (anglais)

Judes Poirier, professeur titulaire, Département de psychiatrie

« L'effet de ce médicament sur la mémoire reste assez modeste. Il faut noter que la FDA a accepté sous conditions que le médicament fasse l'objet d'une troisième étude et celle-ci devra démontrer clairement son efficacité et son bénéfice pour le patient ».

Judes Poirier est professeur titulaire au Département de psychiatrie et directeur de l'Unité de neurobiologie moléculaire du Centre de recherche Douglas. Il a contribué de façon déterminante à l'avancement de la recherche scientifique sur les maladies d'Alzheimer et de Parkinson et est reconnu internationalement pour ses travaux sur le rôle de l'apolipoprotéine E dans le cerveau normal et lésé et sur la génétique de la maladie d'Alzheimer.

judes.poirier [at] mcgill.ca (anglais, français)

Coordonnées

Contact: 
Frédérique Mazerolle
Organisation: 
Relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top