25e Conférence Osler avec John Ralston Saul sur 'Health Care as a Human Right'

Nouvelles

"The individual’s rights are guaranteed by law only to the extent that they are protected by the citizenry’s exercise of their obligation to participate in society. Rights are a protection from society. But only by fulfilling their obligations to society can the individual give meaning to that protection."
John Ralston Saul, The Unconscious Civilization

Le romancier et essayiste John Ralston Saul sera le 25e conférencier Osler de la faculté de médecine de McGill. Intitulée "Health Care as a Human Right" la conférence de M.Saul sera donnée à 18 heures le mercredi 7 novembre dans l’amphithéâtre H.Noël Fieldhouse, salle 132 du pavillon Stephen Leacock, (à l’angle des rues McTavish et du Dr Penfield). ENTRÉE LIBRE

Son Excellence John Ralston Saul, C. C.

Essayiste et romancier, John Ralston Saul est né à Ottawa en 1947, d’un père officier dans l’armée canadienne et d’une mère anglaise, épouse de guerre. Il a étudié dans les écoles publiques en Alberta, au Manitoba et en Ontario, avant d’obtenir un baccalauréat avec spécialisation de l’Université McGill, puis un doctorat sur la modernisation de la France du King’s College, Université de Londres. M. Saul est bilingue.

Son influence croissante sur la pensée politique et économique dans de nombreux pays s’est fermement implantée dans le cadre des conférences Massey en 1995. Le livre qui en a résulté, La Civilisation inconsciente, a remporté le Prix littéraire du Gouverneur général pour les études et essais en 1996 et le Prix Gordon Montador pour le meilleur ouvrage canadien sur les enjeux sociaux contemporains, en 1996. Il s’agissait du dernier livre d’une importante trilogie philosophique, dont les deux premiers volumes s’intitulent Les Bâtards de Voltaire - La dictature de la raison en Occident et Le compagnon du doute.

Ses cinq romans sont Mort d’un général (1977) et De si bons Américains (1994), tous deux écrits d’abord enfrançais, et les trois volumes de la Trilogie Field, qui traite de la crise du pouvoir contemporain et du conflit avec l’individu.

M. Saul a ouvert un débat national avec son interprétation personnelle de la nature du Canada dans Réflexions d’un frère siamois (1997), qui lui a mérité une fois de plus, le prix Gordon Montador en 1998.

Après avoir créé et géré une firme de placement européenne (1973-1976), M. Saul a été adjoint spécial et conseiller en politique auprès du président fondateur de Petro-Canada, de 1976 à 1979. Fervent défenseur de la liberté d’expression, il a été secrétaire, vice-président et président du Centre canadien du PEN International de 1987 à 1992. Il en est maintenant le président honoraire.

Il est le fondateur et le président honoraire de Français pour l’Avenir / French for the Future et le président du conseil d’administration du symposium La Fontaine-Baldwin. M. Saul est également membre de plusieurs autres conseils d’administration, notamment celui de la Harold Innis Research Foundation et du comité d’honneur de la Rencontre québécoise internationale des écrivains. Compagnon de l’Ordre du Canada (1999), M. Saul est également Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de France (1996). Il est également titulaire de doctorats honorifiques des universités McGill, Victoria, Western Ontario et Simon Fraser.