Nathalie Tufenkji

Nathalie Tufenkji

 

 

 

Professeure et titulaire d’une chaire de recherche du Canada, Génie chimique & B.Ing 1999, Génie chimique

Qu’est-ce qui vous a poussée à étudier en génie?

J’ai décidé de faire mes études en génie chimique en raison de mon intérêt pour le génie de l’environnement et les nouvelles technologies de remédiation et d’assainissement des eaux. Au secondaire, j’aimais les mathématiques, la chimie et la biologie. Le génie était donc un choix naturel pour moi.
 

Pourquoi la présence d’ingénieures est-elle importante?            

Une carrière en génie permet d’acquérir des connaissances sur les sciences et les technologies de pointe et de les appliquer. Les ingénieures ont la possibilité de travailler dans des domaines interdisciplinaires très variés, comme le génie de l’environnement, le génie biomédical et les matériaux de pointe. Nous pouvons contribuer à la conception de technologies, de matériaux et de procédés plus sécuritaires et durables.       

Pourquoi avez-vous choisi l’Université McGill?

Mes études de premier cycle à McGill et les expériences d’apprentissage qui en ont découlé font partie des plus belles années de ma vie. Nous travaillions sans relâche, mais nous nous amusions beaucoup aussi. C’était tout naturel pour moi de revenir à mon alma mater. Je voulais redonner à la communauté qui a formé la professionnelle que je suis et je voulais enseigner aux prochaines générations de chercheurs et d’ingénieurs. Nos étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs m’impressionnent énormément, particulièrement ceux qui participent à d’importants groupes et les supervisent, comme le groupe Promotion de la profession d’ingénieur auprès des femmes (POWE) dirigé par les étudiants.         

Qu’aimeriez-vous ajouter?

Je vais conclure par une citation de mon modèle, Marie Curie, première femme lauréate du prix Nobel, seule femme à avoir reçu le prix dans deux catégories et unique personne à l’avoir remporté dans plus d’une discipline scientifique. Elle est également la première professeure à l’Université de Paris. Voici ce qu’elle a dit : « La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut donc l’atteindre coûte que coûte. »

Follow us

Back to top