Autochtone non-voyante : une inspiration pour une communauté

News

Lolly Annahatak, chargée de cours de l'Université McGill, lauréate du Prix national d'excellence autochtone

Lolly Annahatak, de la région de Kuujjuaq, au Québec, a reçu le Prix national d'excellence autochtone dans la catégorie services sociaux.

Mme Annahatak, qui traduit et enseigne dans le cadre du programme de certificat en service social autochtone de l'Université McGill, est l'une des 14 récipiendaires du Prix national d'excellence autochtone remis par la Fondation nationale des réalisations autochtones lors d'une cérémonie le jeudi 31 mars au Centennial Auditorium and Convention Centre de Saskatoon. Les membres des médias qui désirent obtenir une entrevue avec Lolly Annahatak sont invités à communiquer avec Sylvain-Jacques Desjardins au (514) 398-6752.

À propos de Lolly Annahatak
Jamais la cécité n'a empêché Lolly Annahatak de réaliser ses rêves. Née sur la côte de la baie d'Ungava, près de Kangirsuk, au Québec, dans la région du Nunavik, Lolly a été élevée par sa grand-mère. À l'âge de 3 ans, les médecins décèlent chez elle la présence du glaucome de l'enfant et elle perd la vue à l'âge de 16 ans. Dans sa région du Nunavik, Lolly a aboli de nombreuses barrières associées aux personnes handicapées. Première conseillère d'orientation professionnelle à la Commission scolaire Kativik et première Inuite à décrocher un certificat en service social autochtone, Lolly a débuté sa vie professionnelle munie d'un baccalauréat en service social de l'Université McGill. Elle était alors l'une des toutes premières travailleuses sociales communautaires du Nunavik. Les responsables de l'Administration régionale de Kativik lui ont décerné le Prix de distinction honorifique destiné au personnel d'enseignement du Nunavik.

Mme Annahatak enseigne dans le cadre du Programme de service social autochtone de l'Université McGill et traduit des documents de formation associés à ce champ de pratique. Dans le cadre de recherches menées sur les besoins de personnes handicapées pour le compte du Conseil de santé du Nunavik, elle a été appelée à visiter de nombreuses communautés de la région. Lolly a pris part au Comité Tapiriilirniq fondé en 2000 dans l'objectif de mettre sur pied une excursion pédagogique visant à promouvoir et favoriser la création de liens entre personnes âgées et jeunes. Elle a également œuvré à titre de membre du Groupe de travail inuit sur la justice et participe actuellement aux activités du Comité de prévention du suicide des Premières nations du Québec. De plus, Mme Annahatak occupe le poste de travailleuse sociale communautaire au sein de l'Hôpital Tulattavik et est chef d'équipe d'un groupe de travail sur le terrain en aide sociale dans la région de la baie d'Ungava.

À propos des prix
Les Prix nationaux d'excellence autochtones ont été mis sur pied en 1994 afin de reconnaître les réalisations exceptionnelles d'Autochtones dans divers champs professionnels. Des Autochtones d'ascendance métisse, inuite ou issus des Premières nations sont notamment admissibles. Ces prix sont l'ultime honneur conféré par la communauté autochtone à ses membres. Au cours de la cérémonie, des présentations vidéo des lauréats seront diffusées et quelques-uns des artistes autochtones les plus influents du Canada se produiront sur scène. Chaque année, 14 membres de la communauté autochtone sont récompensés pour leurs réalisations professionnelles exceptionnelles. Les Prix nationaux d'excellence autochtones sont décernés à des personnes œuvrant dans divers secteurs d'activité, dont celui des arts, des affaires, du droit, de l'éducation, du développement communautaire, de la santé, du patrimoine, de la médecine, du service public, de la science et des sports. Un jury attribuera 12 prix d'excellence professionnelle, un prix soulignant l'ensemble de l'œuvre ainsi qu'un prix jeunesse qui comprend une bourse d'études de 10 000 $.