Mesurer l'impact social des perturbations météorologiques, plus d'autres histoires

Nouvelles

Un aperçu des travaux de recherche en cours à l’Université McGill.
Publié: 15aoû2022

Les répercussions sociales des événements météorologiques perturbateurs sous la loupe de l’intelligence artificielle

Un événement météorologique perturbateur est-il nécessairement un événement météorologique extrême? D’après deux chercheurs de l’Université McGill, la réponse est non. En fait, le plus souvent, la recherche porte sur la nature des phénomènes météorologiques plutôt que sur leurs répercussions sociales.

« Cette approche influe sur notre façon de nous préparer aux bouleversements causés par les conditions climatiques. Nous voulons casser le moule en ajoutant la dimension sociale », explique Renee Sieber, professeure à l’École de l’environnement Bieler et au Département de géographie.

« Parfois, quelques centimètres de neige tombés à un mauvais moment causent plus de dégâts qu’une grosse tempête », précise Frédéric Fabry, professeur à l’École de l’environnement Bieler et au Département des sciences atmosphériques et océaniques. « Dans un contexte de crise climatique qui s’accélère, préférerions-nous être avertis des phénomènes perturbateurs plutôt que des phénomènes extrêmes? Et comment peut-on qualifier un phénomène de perturbateur? »

Nos réactions face aux conditions climatiques

Les chercheurs ont reçu une subvention octroyée dans le cadre du programme subvention du programme Audace du gouvernement du Québec pour leur projet « Briser l’équation “événements météorologiques perturbateurs = événements extrêmes“ avec l’intelligence artificielle et les récits sociaux du passé et du présent ».

L’équipe de recherche s’intéressera aux comportements sociaux déclenchés par des phénomènes météorologiques perturbateurs passés et présents – pensons aux retards, à l’anxiété et au besoin de se préparer. Pour ce faire, elle analysera des articles de journaux et de médias sociaux en ayant recours au traitement du langage naturel, branche de l’intelligence artificielle que les algorithmes de tendances adoptent pour dégager des concepts à partir des mots. Elle pourra ainsi déterminer ce qui nous rend vulnérables ou résilients face aux phénomènes.

« Nous comprendrons mieux comment les gens perçoivent les situations de vulnérabilité et de résilience, ajoute le Pr Fabry. Nous voulons étudier les événements météorologiques perturbateurs sous un nouvel angle en dirigeant notre attention sur les personnes touchées par ces événements et en écoutant leurs témoignages. »

Des niveaux élevés d'ignifugeants dans l’urine soulèvent des préoccupations en matière de santé pour les hommes 

Des scientifiques de l'Université McGill et de Santé Canada ont trouvé des produits ignifuges dans l'urine de plus de 95 % des jeunes hommes examinés dans le Grand Montréal au cours d'une étude menée auprès d'environ 120 participants.

Cette étude à soulever des préoccupations au sujet de la santé reproductive masculine en établissant un lien entre l'exposition à des produits chimiques connus sous le nom d'esters présents dans les retardateurs de flamme et les plastifiants et les niveaux d'hormones ou la qualité du sperme.

Les esters organophosphorés sont des produits chimiques qui sont ajoutés aux téléphones cellulaires, aux ordinateurs, aux vêtements, aux cosmétiques et aux meubles pour leurs propriétés comme retardateurs de flamme et plastifiants. Mais ils s'échappent de ces produits, ce qui soulève des préoccupations en matière de santé.

« L'exposition à des concentrations élevées de certains de ces produits chimiques est associée à une altération des concentrations d'hormones et à des effets sur les concentrations et la motilité des spermatozoïdes, ce qui suggère qu'ils peuvent affecter la reproduction masculine », a déclaré Bernard Robaire, professeure dans les départements de Pharmacologie et thérapeutique et Obstétrique et gynécologie de l'Université McGill et un des auteurs de la récente étude. « La prochaine étape de la recherche consistera à élaborer des approches pour trouver des substituts responsables pour cette famille de produits chimiques. »

L’article « Exposure of men living in the greater Montreal area to organophosphate esters: Association with hormonal balance and semen quality », par Shabana Siddique et coll., a été publié dans Environment International.

Coordonnées

Contact: 
Claire Loewen
Organisation: 
Service des relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
claire.loewen [at] mcgill.ca
Téléphone cellulaire: 
438-837-3735
Back to top