Quick Links

Le visage de la vie... après la mort

Nouvelles

Les reconstructions faciales de momies égyptiennes permettent de jeter un regard sur le passé
Publié: 22 Jan 2013

L’une est enfouie au fond d’un cercueil.  L’autre repose, le visage découvert et les bras étendus le long du corps et la  troisième porte un masque facial. Depuis leur décès, il y a près de 2 000 ans, ces trois momies égyptiennes sont demeurées figées dans le temps. Elles nous livrent maintenant les secrets de leur visage.

Un artiste judiciaire du Collège John Abbott et des anthropologues physiques de l’Université Western ont utilisé les données obtenues sur les squelettes grâce à des examens tomodensitométriques et des datations au radiocarbone et ils ont pu reconstruire le visage des momies.

Les résultats de ce projet montrent un jeune homme et une jeune femme, ainsi qu’une vieille dame aux cheveux blancs, tels qu’ils apparaissaient sans doute avant leur décès.  

Ces reconstructions faciales seront dévoilées le vendredi 25 janvier 2013 au Musée Redpath de l’Université McGill et elles seront exposées dans la Galerie des cultures du monde à compter de février.

En 2011, les trois momies ont été soumises à un examen tomodensitométrique à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal ‒ le Neuro ‒ afin d’obtenir des images haute résolution en 3D dans le cadre du projet IMPACT de l’Université Western portant sur des bases de données radiologiques de momies. L’analyse anthropologique des clichés a permis de recueillir des renseignements sur les caractéristiques démographiques, le statut social et les troubles médicaux de ces trois momies, et d’acquérir une meilleure compréhension de leur mode de vie et des causes de leur décès. Deux mille ans plus tard, la science nous révèle le visage de ces trois Égyptiens qui espéraient entrer dans la vie éternelle après leur mort.


QUOI :           Dévoilement des reconstructions faciales de trois momies égyptiennes

 

QUAND :        Le vendredi 25 janvier 2013, de 10 h à 12 h

 

OÙ :                Musée Redpath de l’Université McGill (galerie située au 3e étage), 859, rue Sherbrooke Ouest, Montréal

 

QUI :               Barbara Lawson, conservatrice de la Galerie des cultures du monde, Musée Redpath, Université McGill 

                        Andrew Wade, anthropologue, Université Western

                        Victoria Lywood, artiste judiciaire, Collège John Abbott                   

                        Mark Ewanchyna, Département de génie, Collège John Abbott

 

À propos des reconstructions faciales :

Les reconstructions faciales ont été réalisées par un artiste judiciaire du Collège John Abbott et des anthropologues physiques de l’Université Western. À l’aide d’une technologie d’impression en 3D fournie par le Département de génie du Collège John Abbott et utilisée surtout dans le secteur manufacturier et le prototypage rapide, ces experts ont eu recours aux données numériques fournies par les tomodensitométries médicales pour créer des modèles solides en 3D du crâne et de la mâchoire de chacune des momies.  

Des données sur l’épaisseur des tissus corporels égyptiens obtenues à partir d’examens échographiques d’Égyptiens contemporains ont ensuite permis de remplir les contours faciaux. Les divers coloris du visage utilisés sur les reconstructions reflètent les origines méditerranéenne, nord-africaine et subsaharienne de la population égyptienne observées au fil du temps. Les coiffures ont été inspirées d’anciens rapports anthropologiques; en outre, les experts ont pu deviner la coiffure de l’une des momies à travers les bandelettes qui la recouvraient.

 À propos des momies :

La datation au radiocarbone des deux momies thébaines a permis d’infirmer l’hypothèse selon laquelle elles auraient vécu pendant le Nouvel empire (entre 1550 et 1070 av. J.‑C.). L’âge de la momie thébaine de sexe féminin a ainsi été corrigé et relèverait de la fin de l’Empire romain (entre 230 et 380 apr. J.-C.) et celui de la momie thébaine de sexe masculin, de la Période ptolémaïque (entre 332 et 30 av. J.-C.). L’analyse de la coiffure de la troisième momie, visible sur les scintigraphies, a permis de déterminer que cette dernière avait vécu au milieu de l’Empire romain (entre 96 et 161 apr. J.-C.).

Coordonnées

Contact: Cynthia Lee
Organisation: McGill University
Courriel:
Téléphone au bureau: 514-398-6754
Catégorie:
Site de source: /newsroom
Classification: