Cadres juridiques et pratiques économiques autour du travail servile en société coloniale esclavagiste

Événement

Pavillon Burnside Salle 107 (vidéo-conférence), 805, rue Sherbrooke Ouest, Montréal, QC, H3A 0B9, CA

Conférence sur l'esclavage et l'exploitation à travers les âges avec le professeur Jean-François Niort (Université des Antilles). Jean-François Niort est Docteur en science politique (Paris 1), et maître de conférences à l'Université des Antilles et de la Guyane depuis 2004.

Le déjeuner sera servi; prière de confirmer sa présence en écrivant à oppenheimer [at] mcgill.ca.

Cadres juridiques et pratiques économiques autour du travail servile en société coloniale esclavagiste : l'exemple des Petites Antilles françaises (Guadeloupe-Martinique) au XVIII e siècle 

Résumé

Le propos de l'intervention sera de tenter d'éclairer les rapports entre les cadres juridiques et les pratiques économiques du travail servile au sein de la société esclavagiste coloniale des petites Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique) à travers l'évolution des règles juridiques au cours du XVIIIe siècle et en particulier deux textes majeurs : l'édit royal sur la police des îles de l'Amérique française de mars 1685 (communément appelé par la suite "Code Noir") et l'ordonnance du gouverneur général des îles françaises du Vent sur la "police générale des nègres et gens de couleur" de décembre 1783. 

En effet, lorsqu'on compare ces deux textes, ainsi que leurs motivations, on décèle d'une part la nature et l'ampleur de pratiques économiques déjà repérées par les historiens (tels que G. Debien, J. Fallope, A. Perotin-Dumon, F. Régent, C. Oudin-Bastide) et d'autre part les modalités selon lesquelles les autorités coloniales tentent de les encadrer et de les réguler depuis le XVIIe siècle, avec plus ou moins de succès. 

Le tout confirme le schéma général d'une société coloniale complexe, où chaque groupe d'acteurs sociaux (différentes catégories sociales d'esclaves et de propriétaires-habitants, Etat central, ainsi que les différents types d'autorités coloniales locales) défend ses intérêts économiques propres dans le cadre d'une stratégie très fréquente d'évitement et de contournement de la loi, qui conduit à la réaffirmation récurrente de la norme juridique, à son durcissement et à son adaptation, presque proportionnellement à son degré d'ineffectivité pratique.

 

 

Back to top