Quick Links

European Society for Comparative Legal History

Subscribe to European Society for Comparative Legal History feed
The ESCLH aims to promote comparative legal history and seeks affiliation with individuals and organisations with complementary aims.
Updated: 58 min 49 sec ago

NOTICE: "NUALS Law Journal, 9th Volume: extended deadline"

10 hours 27 min ago

The NUALS Law Journal has extended its deadline for submission for its 9th Volume. It is now accepting articles till the 15th of March, 2015.  
The Editorial Board of the National University of Advanced Legal Studies (NUALS) Law Journal solicits submissions for its 9th Volume. The NUALS Law Journal is the flagship law review of the National University of Advanced Legal Studies, Cochin and is a multidisciplinary, “double-blind”, peer reviewed journal.
They welcome submissions from academicians, legal practitioners, students, researchers and experts from the legal community. All submissions will go through a review process and if necessary, be edited by the Editorial Board.
We accept submissions under the following categories:
- Articles between 3000 and 6000 words (inclusive of footnotes). Articles exceeding the word limit may be considered on merit.Short Notes and Commentaries between 1000 and 3000 words.
Submission Guidelines:
1. Submissions are to be made in electronic form only and are to be sent to journalnuals@gmail.com
2. The deadline for submission for the current issue has been extended to 15th of March, 2015.
3. Each Article is expected to be accompanied by an abstract of not more than 150 words.
4. Submission must contain a covering letter indicating name of the author(s), affiliation, and e-mail id.
5. The identity of the author should not be revealed in the text of the essay in any manner whatsoever.
6. By submitting an Article, the author is presumed to undertake that the article is an original work and has not been submitted, accepted or published elsewhere.
7. Articles found plagiarised will be summarily rejected.
8. Co-authorship is allowed (maximum of 2 authors).
Formatting Guidelines
1. All submissions must follow the system of citation as provided for in the 19th edition of The Bluebook.
2. Submissions must be in Times New Roman with font size 12 and line spacing 1.5
3. Footnotes must be in Times New Roman with font size 10 and line spacing 1
4. Submissions may be made in .doc/.docx/.odt formats only.
Receipt of submission will be conveyed to the authors within one week of submission.
Authors of selected articles shall be intimated by 15th of April.
For further details or queries, please contact us at journalnuals@gmail.com


Categories: Comparative Law News

SEMINAR: "Le délit politique de sorcellerie en Angleterre sous Elisabeth 1ère et Jacques 1er" (Paris, 5 March 2015)

10 hours 36 min ago

WHAT: Le délit politique de sorcellerie en Angleterre  sous Elisabeth 1ère et Jacques 1er, meeting within the seminar Le délit politique
WHERE: Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Centre d'études des normes juridiques Yan Thomas - CENJ, 105 bd. Raspail, salle 7
WHEN: 5 March 2015, 3:00 - 5:00

Speaker
Pier Giuseppe Monateri,  Professeur de droit privé comparé à l'Université de Turin
Categories: Comparative Law News

CONFERENCE: "Crime Historians Conference" (Liverpool 15-16 June 2015)

10 hours 45 min ago
WHAT: Crime Historians Conference
WHERE: Department of Social Science, Faculty of Arts, Humanities and Social Sciences, Liverpool Hope University, Liverpool
WHEN: 15-16 June 2015
deadline  27th March 2015
The Department of Social Science, Faculty of Arts, Humanities and Social Sciences, Liverpool Hope University is pleased to announce the call for papers for the first of a series of crime historians conferences.We are inviting proposals for 20-minute papers and panels of 3-4 papers on any area of crime history. Papers are particularly welcome that address the theme of interdisciplinary crime history, or which draw on interdisciplinary methods.Abstracts (300 words) and a brief biography should be sent to the conference organiser, Dr John Walliss (wallisj@hope.ac.uk), by the closing date of 27th March 2015.The conference fee, including accommodation and meals (inc. the conference dinner) will be £160. There are day-rates available as well as discounted rates for postgraduate students.
Categories: Comparative Law News

CONFERENCE: "British crime historians Symposium V" (Edinburgh, September 2016)

10 hours 57 min ago

WHAT: The British Crime Historians Symposium, V
WHERE: University of Edinburgh
WHEN: late September 2016

The British Crime Historians Symposium takes place every two years to highlight leading research in the history of law, crime and criminal justice.
Established in 2008, it acts as a central focal point and meeting place for all those researchers in the UK (as well as visitors) who work on criminal justice history.In September 2014 the fourth symposium was hosted at the University of Liverpool. Previous conference have been held in Leeds, Sheffield and at the Open University.
We are pleased to announce that the next conference - British Crime Historians Symposium 5 - will  take place at the University of Edinburgh in late September 2016. A call for papers will be circulated in the spring.  Any early enquiries should be addressed to the 2016 symposium convenor Dr Louise Jackson (Louise.Jackson@ed.ac.uk).
Categories: Comparative Law News

PODCAST: Charlie Hebdo and Legal History (Concordance des Temps, France Culture)

Sun, 03/01/2015 - 11:31
 (image source: Wikimedia Commons)
The traumatic event of the Charlie Hebdo shooting and the unexpected national resilience last January have produced countless observations. As almost two months have passed -an eternity in the world of instant mass-media infotainment-, some thematic historical comparisons can be rendered audible with the necessary distance.

Jean-Noël Jeanneney (Sciences Po) received three renowned (legal) historians to treat three themes of social and legal history relevant to a reading on the long term. Links to the episodes come with a specific bibliography for every theme:
- Patrick Eveno (Paris I Panthéon-Sorbonne) on press freedom, press trials and freedom of expression (click here)
- Daniele Tartakowsky (Paris VIII Denis Diderot) on mass mobilisations in France, from the Revolution to the present day, pointing out that the 11 January demonstrations in Paris are actually the biggest ever seen, more important than 1936 or 1968 (click here)
- Anne Simonin (CNRS) on the penalty of "national indignity" established after World War II, putting in perspective recent French or Belgian proposals to deprive jihadi's from their nationality (click here)
Categories: Comparative Law News

CONFERENCE: 'The Translations of Legal Discourse. Historical Perspectives' (Rennes, 12 March 2015)

Fri, 02/27/2015 - 06:22
  (image source: vikipedio.org)
Nomôdos announced a conference on the "Translations of Legal Discourse. Historical Perspectives", to be held in Rennes on 15 March 2015. The event is the result of a joint effort by the Faculty of Law and Political Science, the Association of Western Legal Historians (AHDO), the Center for Legal History (CDH) and the Institute of the West: Law and Europe (IODE).

Program:
  • 8h30 Accueil des participants et propos introductifs. 
I – LES VISAGES DE LA TRADUCTION JURIDIQUE Session 1: TRADUIRE LES GRANDS TEXTES Présidence: Nicolas Cornu Thénard, professeur à l’Université de Rennes 1 
  • 9h. - Emmanuel Lazayrat, docteur de l’Université Jean Moulin Lyon III, Du latin au grec: le manuel du professeur Théophile (VIe siècle). 
  • 9h25; - Patrizia Graziano, docteur de l’Université de Naples Federico II, Perspectives de traduction dans le Prologus à la Lectura Codicis de Bartolomeo da Saliceto 
  • 9h50. - Constanza López Lamerain, doctorante à l’Université du Pays Basque – Max Planck Institut für europäische Rechtgeschichte, The translation of the Tridentine Canon law into a local reality: the diocesan synods of Santiago de Chile during the colonial period. 
  • 10h15. - Hanaa Beldjerd, doctorante à l’Université Charles de Gaulle Lille 3, La traduction du discours juridique dans deux espaces culturels et temporels: le cas de la Charte des Nations Unies en arabe. 
10h40. - Discussions. 10h55. - Café.Session 2: TRADUIRE LES IDÉES Présidence: Xavier Godin, professeur à l’Université de Nantes 
  • 11h15. - Alfonso Alibrandi, doctorant à l’Université Paris V Descartes – Max Planck Institut für europäische Rechtgeschichte, L’interdiction de l’interprétation de la loi et le pouvoir absolu aux XVIe– XVIIe siècles. 
  • 11h40. - Oscar Santiago Hernandez, doctorant à l’Université de Mexico – Max Planck Institut für europäische Rechtgeschichte, La traduction de la «constitution mixte» classique dans la pensée constitutionnelle mexicaine (1821-1824). 
  • 12h05. - Alexis Robin, doctorant à l’Université de Rennes 1, La réception juridique d’un concept profane: la nation.
12h30 Discussions 12h45 Déjeuner en salle de réception II – L’INSTRUMENTALISATION DE LA TRADUCTION JURIDIQUE Session 3 : LA TRADUCTION AU SERVICE DU POUVOIR POLITIQUE Présidence: Tiphaine Le Yoncourt, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 
  • 14h30. - Ahmed Djelida, doctorant à l’Université de la Rochelle, Le roi normand de Sicile à travers ses diplômes (XIIe siècle).
  • 14h55. - Jean-Philippe Hias, doctorant à l’Université de Rennes 1, La traduction humaniste des préceptes romains: l’antitribonianisme et la définition du pouvoir royal 
  • 15h20. - Graham Clure, doctorant à l’Université d’Harvard, Rousseau, Wielhorski, and the Composition of the Considerations on the Government of Poland.
15h45. - Discussions. 16h. - Café.Session 4: LA TRADUCTION, OUTIL DE LA DOCTRINE JURIDIQUE Présidence: Sylvain Soleil, professeur à l’Université de Rennes 1 
  • 16h30. - Yannick Falélavaki, doctorant à l’Université de Rennes 1, Traduire pour comparer. Les entreprises de traduction de la doctrine juridique française du XIXe siècle (1815-1914). 
  • 16h55. - Prune Decoux, doctorante à l’Université de Bordeaux, La visibilité du traducteur, de part et d’autre de l’Atlantique.
  • 17h20. - Jean-Romain Ferrand-Hus, doctorant à l’Université de Rennes 1, Le rôle des «juristes-traducteurs» au sein des revues de droit et de jurisprudence: l’exemple de Jules Bergson. 
17h45. - Discussions. 
  • 18h. - Conclusion générale. 
18h15. - Cocktail de clôture. Practical information:
Pratique
  • Inscription: 15€ (gratuit pour les personnels et étudiants de l’Université de Rennes 1)
  • Déjeuner: 10€
VENIR AU COLLOQUE
  • Université de Rennes 1, Faculté de droit et de science politique, 9, rue Jean Macé – Rennes, Amphithéâtre IV – Pierre-Henri Teitgen. 
ACCES:
  • Bus: 1. 9, Arrêt: Faculté de droit
CONTACTS  More information here.
Categories: Comparative Law News

SEMINAR: "Construire des statuts juridiques à partir du corps. Le cas des enfants nés outre-mer de parents inconnus (territoires français d'outre-mer, XIXe-XXe siècles)", (Paris, 2 March 2015)

Fri, 02/27/2015 - 05:22
WHATConstruire des statuts juridiques à partir du corps. Le cas des enfants nés outre-mer  de parents inconnus (territoires français d'outre-mer, XIXe-XXe siècles), within the seminar Droit et contextes multiculturels

WHERE: École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS),  Paris, 105 Boulevard Raspail, Salle 6WHEN: 2 March 2015, 5:00 - 7:00 Speaker: Silvia Falconieri, Chargé de recherche, CNRS
Categories: Comparative Law News

ARTICLE: Interview with Tony Honoré by Ville Erkkilä and Jacob Giltaij (Forum Historiae Iuris)

Fri, 02/27/2015 - 04:12
(image source: All Souls)

Forum Historiae Iuris published an interview with Tony Honoré (emeritus Regius professor of civil law, All Souls (Oxford). Both the transcript and the audio-version are accessible.

First paragraph:

On May 28th 2014, an interview was held with A.M. (Tony) Honoré, emeritus Regius professor of Civil Law in All Souls College, Oxford. The main reason for having the interview is the fact that Honoré was a pupil of Fritz Pringsheim during his Oxford-years. Pringsheim, a German professor of Roman law, had fled to the United Kingdom due to his Jewish family background, and taught at Oxford for almost twenty years. Being a refugee scholar, Pringsheim is one of the subjects of the research program ´Reinventing the foundations of European legal culture 1934-1964´, to which both authors are attached. The aim of this research program, hosted by the University of Helsinki and made possible by a grant of the European Research Council 1 , is to study the intellectual history of five key-figures in the twentieth-century development of Roman legal studies, and law as a science in general. Together, these five scholars may have been instrumental in formulating an idea of a common European past through the history of law and jurisprudence. The first set of scholars was exiled in the advent of the Second World War, forcing them to rethink and restate their theories to a new audience that lacked the Roman legal tradition as it had been present in Germany. Of this group, Fritz Pringsheim and Fritz Schulz (along with for instance Hermann Kantorowicz, David Daube and Ernst Levy) continued their scientific endeavors in the Anglo-Saxon academic world, whereas Paul Koschaker stayed in Germany, but was effectively ousted from office in Berlin. Helmut Coing also remained in Germany during this period, becoming a professor of Roman law in Frankfurt am Main in 1940 . Finally, Franz Wieacker, the fifth scholar and a pupil of Pringsheim, did not only remain in Germany during the Second World War, but could be seen as to a degree sympathizing with the Nazi Regime . The method we are employing is a combination of literature study, archival research as well as interviews with those having had first-hand experiences with the five scholars central to the project. In this article, the project wishes to present the interview as intact as possible, however with references to the sources wherever needed, and preceded by two brief biographies, one of Pringsheim and one of Honoré himself. Also, for reasons of legibility at points small emendations and corrections have been made: the full audio-file of the interview has however been made available to Forum Historiae Iuris .  Full text here.
Categories: Comparative Law News

SEMINAR: Bill Miller on "de minimis and de maximis non curat lex" (St Andrews, 2 March 2015)

Fri, 02/27/2015 - 03:27
 (image source: wikimedia Commons)
Prof. Bill Miller (Michigan Law School) will hold a talk at the University of St Andrews on "De minimis and de maximis non curat lex: Law’s self-imposed limitations", next Monday at 05:15 PM GMT at the Institute for Mediaeval Studies in St Andrews.

More information here.
Categories: Comparative Law News

SEMINAR: Interfacultary Center for Legal History and Roman Law (Neuchâtel, March-April 2015)

Thu, 02/26/2015 - 04:10
(image source: unine.ch)
The Inter-Faculty Center for Legal History and Roman Law in Neuchâtel announces the following events, ranging from Roman Law to Law & Literature:

Le contexte institutionnel du conflit de lois. Deux exemples en droit romain
Par le Prof. Will Sullivan – Université de Chicago
Le jeudi 26 mars à 12h15.
Salle C47 - Faculté de Droit
1er Mars 26

Le pluralisme juridique dans l'Occident romain et l'invention romaine des premières lois dites barbares
Par le Prof. Soazick Kerneis - Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Le mercredi 15 avril 2015, 11h00
Lieu : Université de Neuchâtel – salle B.1.N.01 (Faculté des lettres et sciences humaines – Espace Louis-Agassiz 1)

Les prières judiciaires, un mode alternatif de résolution des conflits dans l’Empire romain
Par le Prof. Soazick Kerneis - Université Paris Ouest Nanterre La Défense
jeudi 16 avril 2015, 09h00
Lieu : Université de Neuchâtel – salle B.1.N.01 (Faculté des lettres et sciences humaines – Espace Louis-Agassiz 1)

Séminaire « droit et littérature »
Mercredi 29 avril 2015.
Programme détaillé à venir, avec la participation de Paola Mittaca, Flora di Donato, Loris Petris, Alain Papaux et Jean-Jacques Aubert.More information, including flyers for all events concerned, on the CIHDDR's website.

Categories: Comparative Law News

CONFERENCE: Political Representation Before Representative Government (German Historical Institute in Paris/EHESS/Créteil, 12-14 March 2015)

Thu, 02/26/2015 - 04:00
  (image source: calenda.org)




Calenda.org published an upcoming conference on "political representation before representative government", organized by the German Historical Institute in Paris, EHESS, Créteil University, University Paris-Denis Diderot (Paris VIII), featuring numerous distinguished historians of "the political".

Presentation:
Le but de ce colloque est d’amener politistes et historiens à dialoguer autour des usages politiques de la représentation, à partir du moment où lanotion est présente mais avant l’apparition du gouvernement représentatif, du XIIIe au XVIIIe siècle. La perspective est double : d’une part, balancer l’irréductible spécificité des pratiques en mettant en regard des expériences historiques souvent considérées séparément ; d’autre part, dans une pers-pective de sociologie historique du politique, questionner et complexifier la généalogie des institutions qui s’imposèrent en Europe et aux États-Unis à partir des révolutions de la fin du XVIIIe siècle et qui, aujourd’hui, semblent confrontées à une crise de légitimité dans les « vieilles démocraties ».
Jeudi 12 mars 2015Lieu : Institut historique allemand13:30 : Accueil des participants
  • 13:50 : Mot de bienvenue de Thomas Maissen, directeur de l’Institut historique allemand
  • 14:00-14:10. Présentation du colloque : Samuel Hayat (Arts et Métiers)
  • 14:10-14:15. Présentation du programme « Désignation » : Liliane Rabatel (IRAA, CNRS/Université de Lyon 2)
La représentation politique : regards croisésPrésidence : Claire Judde de Larivière (Université Toulouse II)
  • Thomas Maissen (Université de Heidelberg/Institut Historique allemand) : La représentation des républiques à l’époque moderne
  • Corinne Péneau (UPEC) : « Au nom de tout le peuple ». La représentation en Suède à la fin du Moyen Âge
  • Alessandro Mulieri (Université de Louvain) : Marsilius of Padua and Political Representation
15:45-16:00 : Pause
  • Yves Sintomer (Université Paris 8, IUF) : Begriffsgeschichte et comparatisme wébérien : une réflexion à partir de l’histoire de la représentation politique de Hasso Hofmann
16:30-16:45 : Commentaire : Loïc Blondiaux (Université Paris 1)16:45-17:45 : Discussion Jeudis de l’IHA, autour d’Olivier Christin
  • 18:00 : Olivier Christin (Université de Neuchâtel) : Pratiques, implications et fonctions politiques et sociales du vote à l’époque moderne
Commentaire : Barbara Stollberg-Rilinger (Université de Münster)Vendredi 13 mars 2015Lieu : EHESS8:45 : Accueil des participants9:00 : Début du colloqueLes catégories de la représentation, de l’Église au politiquePrésidence : Virginie Hollard (HISoMA, CNRS/Université de Lyon 2)
  • Julien Théry (Université de Montpellier) : Hiérarchie, consensus et représentation dans l’Église médiévale. Généalogie ecclésiale du constitutionnalisme occidental ?
  • Olivier Christin (Université de Neuchâtel) : Sanior pars : enjeux et usages d’une catégorie juridique aux XVIIe-XVIIIe siècles
  • Stéphane Péquignot (EPHE) : Histoires parallèles. La Generalitat de Catalogne et son double. Étude sur la représentation du Principat durant la « guerre civile »
10:30-10:45 : Pause
  • Barbara Stollberg-Rilinger (Université de Münster) : Custodians without Mandate: In how far did German territorial estates represent the people?
  • Raphaël Barat (Université de Lyon II) : La théorie de la représentation et ses contestations dans la République de Genève lors de la crise de 1707
11:45-12:00 : Commentaire de Jean-Marie Donegani (IEP Paris)12:00-13:00 : Discussion13:00-14:30 : PauseLes dynamiques de représentation politiques dans les communes italiennes, XIIe-XVIe sièclesPrésidence : Stéphanie Tawa Lama-Rewal (CNRS – CEIAS)
  • Jean-Claude Maire-Vigueur (Université de Rome 3) : Réflexions sur les modes de participation à la vie politique dans les villes de l’Italie communale (XIIe-XIVe siècles)
  • Lorenzo Tanzini (Université de Cagliari) : Représentation et décision politique dans les assemblées communales italiennes du XIIIe siècle
  • Jean-Louis Fournel (ENS de Lyon – Paris 8  – IUF) : Le Grand conseil florentin (1494-1512) : l’enfermement de la représentation dans une salle contre les tentations plébiscitaires du parlamento
16:00-16:15 : Pause
  • Jérémie Barthas (CNRS – IRHiS) : Remarques sur la forme florentine du tribunat de la plèbe et la pensée constitutionnelle de Machiavel
  • Claire Judde de Larivière (Université Toulouse II) : Gouverner la communauté : collégialité, représentation et distribution du pouvoir dans la lagune de Venise (XVe-XVIe siècle)
17:15-17:30 : Commentaire d’Yves Deloye (IEP Bordeaux, secrétaire général de l’AFSP)17:30-18:30 : DiscussionSamedi 14 mars 2015Lieu : université de Paris-ESt-Créteil8:45 : Accueil des participants9:00 : Début du colloqueLa représentation symbolique du pouvoirPrésidence : Yves Deloye, (IEP Bordeaux, secrétaire général de l’AFSP)
  • Doina-Elena Craciun (EHESS). Otton IV sur le reliquaire des Mages à Cologne – image des rapports entre le roi des Romains et les princes électeurs autour de l’an 1200
  • Naïma Ghermani (Université Pierre Mendès France de Grenoble) : L’armure, un miroir politique? Les usages symboliques des objets princiers dans l’Allemagne du XVIe siècle
  • Fanny Cosandey (EHESS). La représentation dans le cérémonial monarchique : manifester l’absence
10:30-10 :45: PauseReprésentation et assemblées politiques : regards croisés Saint-Empire- FrancePrésidence : Yves Deloye, (IEP Bordeaux, secrétaire général de l’AFSP)
  • Rachel Renault (Université Paris I et Université de Münster). « Représenter l’ensemble du pays » : élections, « syndicats » et délégations dans les révoltes antifiscales, aux XVIIe et XVIIIe siècles (Saxe-Thuringe).
  • Ekaterina Martemyanova (UPEC) : La représentation « imparfaite » : la composition de l’Assemblée générale des communautés en Provence au XVIIIe siècle
11:45-12:00 : Commentaire de Samuel Hayat (Arts et Métiers)12:00-13:00 : DiscussionPractical information:
  • IHA 8, rue du Parc Royal
    Paris, France (75003)
  • Bât. I, Salle I1 125 - Campus centre 61, avenue du Général de Gaulle
    Créteil, France (94)
Contact:
  • Corinne Péneau
    courriel : peneau [at] u-pec [dot] fr
  • Samuel Hayat
    courriel : samuel [dot] hayat [at] cnam [dot] fr
  • Yves Sintomer
    courriel : sy [at] cmb [dot] hu-berlin [dot] de
 
 Full program here.
Categories: Comparative Law News

SEMINAR: Law, Politics and History. For an Analysis of Legal Concepts and Theories (Cergy-Pontoise, March-June 2015)

Thu, 02/26/2015 - 03:58
(image source: association-dfii.fr)
 Calenda.org published the schedule of the University of Cergy-Pontoise's seminar cycle on "Law, Politics and History".

Schedule:
Vendredi 21 novembre
  • Amnon Lev (Professeur à l’Université de Copenhague), Considérations sur la notion de Global Justice 
Vendredi 6 mars
  • Agostino Carrino (Professeur à l’Università di Napoli Federico II), Constitution et droit constitutionnel dans la pensée de Carl Schmitt 
Jeudi 9 avril
  • Isabelle Brancourt (Chargée de recherche - CNRS), Esprit public et opinion publique à travers les estampes à quatre sous d'une collection privée. Le roi et le peuple entre 1700 et 1740 
Jeudi 28 mai
  • Aurore Gaillet (Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole) 1848-1850, de la révolution à l'échec de la Constitution : Quel tournant pour le droit public allemand? 
Vendredi 19 Juin
  • Eric Desmons et Franck Laffaille (Professeurs à l’Université Paris 13), Présence du droit chez Gilles Deleuze : A propos de « Présentation de Sacher-Masoch »
Practical information:
Université de Cergy-PontoiseFaculté de Droit - CPJP (Site des Chênes I, Salle 261)33, boulevard du Port, 95011 Cergy-PontoiseAccès: RER A (direction Cergy-le-Haut), station Cergy-PréfectureRenseignements : cpjp.droit@ml.u-cergy.frCentre de philosophie juridique et politique
Categories: Comparative Law News

CALL FOR PAPERS: Crime, Justice, and the Law Network (DEADLINE 2 March 2015)

Tue, 02/24/2015 - 11:52

(image: Baltimore, source: baltimore.org)
H-Law anonunced a Call for Papers on "Crime, Justice and the Law" ( Network of the Social Science History Association, Baltimore (MD)), for a conference to be held 12-15 November 2015.

The Crime, Justice and the Law Network is part of the Social Science History Association (SSHA) and linked with the European Social Science History Conference (ESSHC). Historians, sociologists, economists, criminologists, geographers, lawyers and independent scholars who are interested in both historical and contemporary developments in crime, policing and the law, are part of this network. The network’s purpose is to provide an international forum for the exchange of ideas and research across disciplines and methodologies. Many members of the network attend the annual meetings of the SSHA and the ESSHC to participate in sessions, roundtables, and poster displays that include the presentation of papers and discussions on important books, ongoing research projects and new research methods. The network prides itself in having a global approach to research on criminality, judicial and legal systems and encourages comparative perspectives on these subjects. 

We welcome full sessions and papers on a wide range of topics but we are particularly interested in paper sessions that relate to the larger theme of this year’s conference: 'Pluralism and Community: Social Science History Perspectives'.  Possible topics might include, but are certainly not limited to:

-        Use of Justice

-        Comparative Justice (or in global perspective?)

-        Police and Community Relations

-        Comparative studies in crime history

-        Legal pluralisms

-        Incarceration in a global perspective

-        Segregation in a global perspective


We also would like to highlight the possibility to organize book sessions where the "Author meets Critics". Practical information:
The next SSHA conference is in Baltimore, Maryland, November 12-15, 2015. Information on the conference is available on the SSHA website www.ssha.org. Anyone with questions regarding the 2015 program of the Crime, Justice and the Law Network should contact the network representatives, Marion Pluskota m.pluskota@hum.leidenuniv.nl or Max Felker-Kantor, mfkantor@gmail.com.
Full text on H-Net.
Categories: Comparative Law News

CONFERENCE: A History of Penal Regimes in Global Perspective 1800-2014 (Harvard, 5-7 March 2015)

Tue, 02/24/2015 - 11:44
(image: the Louviers prison, source: Criminocorpus (CNRS))

Harvard University organizes a conference on "penal regimes in global perspective 1800-2014".  The event is sponsored by the Weatherhead Initiative on Global History, the David Rockefeller Center for Latin American Studies, the Department of African and African American Studies, Harvard University; the Davis Center for Russian and Eurasian Studies, Harvard University, the Harvard University Asia Center; and the Hutchins Center for African and African American Research, Harvard University.

Program:

Thursday March 5th
Penal Knowledge, Reform and Comparative Regimes, 4:00-6:00pm
Chair: Caroline Elkins, Professor, Department of History and African and African American Studies
“Lemos Britto and Prison Reform in Brazil”
Marcos Bretas, Professor, Federal University, Rio de Janeiro, Brazil
“Between East and West: State-Building, Democratization and Imprisonment in 19th and early 20th Century Greece,”
Leonidas K. Cheliotis, Assistant Professor in Criminology, Department of Social Policy, London School of Economics and Political Science
“Writing a Global History of the Modern Prison: To What End? And How?”
Stephan Scheuzger, Professor of History, University of Bern, Switzerland
Commentator: Alex Keyssar, Matthew W. Stirling Professor of History and Social Policy, John F. Kennedy School of Government, Harvard University
Dinner and talk at 7pm (For conference panelists only)
“Rethinking Discipline and Punish: 40 Years Later”
Bernard Harcourt, Isidor and Seville Sulzbacher Professor of Law and Director, Columbia Center for Contemporary Critical Thought, Columbia University
Comment: Charles S. Maier, Leverett Saltonstall Professor of History, Harvard University

Friday, March 6th

The Penitentiary in Global Perspective, Friday, 8:30-10:30 am

Chair: Sven Beckert, Laird Bell Professor of History, Harvard University
“The Birth of the Insular Prisons: The Bilibid Prisons as the Insular Prisons of the Colonial Philippines, 1866-1913”
Francis Alvarez Gealogo, Associate Professor, Department of History, Ateneo de Manila University, Philippines
“Revisiting The Birth of the Penitentiary in Latin America (almost) Twenty Years Later” Carlos Aguirre, Professor of History, University of Oregon & Ricardo Salvatore, Professor of History, Universidad Torcuato di Tella, Buenos Aires, Argentina
“Constructing the Prison in the Modern Middle East”
Anthony Gorman, Senior Lecturer in Modern Middle Eastern History, University of Edinburgh
Commentator: Tamar Herzog, Professor, Latin American History, Harvard University

Prisons and Bonds of Resistance, 10:45am-12:45pm

Chair: Emmanuel Akyeampong, Professor of History and of African and African American Studies, Harvard University
“The Cloak of Illegibility: Why do States Incarcerate Their Opponents?”
Padraic Kenney, Professor of History, Indiana University
“”Suffering and Protest in Rhodesian Prisons during the Zimbabwean Liberation Struggle”
Munya Bryn Munochiveyi, Assistant Professor of History, College of the Holy Cross
“Prisoners on the Stage of International Politics: The Evidence from Risorgimento, Italy”
Steven Soper, Lecturer in History, University of Georgia
Commentator: Julia Rodriguez, Associate Professor of History, University of New Hampshire

Lunch Break 12:45-1:45

Penal Colonies: Globally and Locally, 2:00-3:30 pm

Chair: Ajantha Subramanian, Professor of Anthropology, Harvard University
“A Global History of Penal Colonies”
Clare Anderson, Professor of History, University of Leicester, United Kingdom
“The Andamans Cellular Jail”
Aparna Vaidik, Associate Professor of History, Ashoka University, India
“Contesting Colonial Rule: Mobility, Confinement and the Politics of Exile”
Uma Kothari, Professor of Migration and Postcolonial Studies, University of Manchester, United Kingdom
Commentator: Prasannan Parthasarathi, Professor of History, Boston College

State Collectivist Penal Regimes, 3:30-5:30

Chair, Lisa McGirr, Department of History, Harvard University
“Confinement in the “Cowshed”: The Extra-judicial Disciplinary Penalty during the Chinese Cultural Revolution”
Guo Wu, Associate Professor of History, Allegheny College
“Recruiting Compliance; Informant Networks in the Soviet Gulag, 1953-1964”
Jeff Hardy, Associate Professor of History, Brigham Young University
“Siberia-Land of Sorrow: Penal Regime as a Spatial Concept of Russian and Soviet Empire-Building”
Eva-Maria Stolberg, Associate Professor of Russian and Global History, University of Duisburg-Essen, Germany
Comment: Terry Martin, Professor, Department of History, Harvard University

Saturday, March 7th

Convict Labor, 8:30-10:30 am

Chair: Vincent Brown, Charles Warren Professor of History and Professor of African and African American Studies, Harvard University
“From Eda to Upper Digul, Punishment, Imprisonment and Forced Labour in the Netherlands Indies (1730-1942)”
Matthias van Rossum, International Institute of Social History, the Netherlands
“Convicts, Prisons and Industrialists in South Africa, 1870-1970”
William Worger, Professor of History, University of California, Los Angeles
“The Prison System in British and French Cameroon, 1922-1961: Comparing Incarceration and Penality”
Henry Kam Kah, Lecturer in History, University of Buea, Cameroon
Commentator: Alex Lichtenstein, Associate Professor of History, Indiana University- Bloomington
Mass Incarceration in the Americas, 10:45am -12:45pm
Chair: Elizabeth Hinton, Assistant Professor of History and of African and African American Studies, Harvard University
“Toward a Reassessment of the American Penal Regime: Foucault, Attica, and the Contingencies of Punitive Policy Triumph”
Heather Thompson, Professor of African American Studies and History, University of Michigan
“Historical Evolution and Global Changes in Women’s Imprisonment in Peru,”
Chloe Constant, Post-Doctoral Fellow, Universidad Autónoma Metropolitana, Mexico
“Jail Time and the New Prison Social Order: Transformation in Venezuelan Prisons, 1980-2012”
Andres Antillano, Professor of Criminology, Universidad Central de Venezuela
Commentator, Lilian Bobea, Latin American Faculty of Social Science, FLACSO, Dominican Republic
Practical Information:
Jessica Barnard
1727 Cambridge Street Cambridge, MA 02138
jbarnard@wcfia.harvard.eduSource: HSozKult.
Categories: Comparative Law News

BOOK: Nicolas LAURENT-BONNE, Nicolas POSE and Victor SIMON (eds.), The Pillars of Civil Law (Paris: Mare & Martin, 2015, 276 p., ISBN 9782849341704, € 34)

Mon, 02/23/2015 - 12:26
 (image source: amazon)
The French Association of Young Legal Historians published the acta of their colloquium on the "Pillars of Civil law" (6-7 June 2013, see earlier on this blog).

Presentation (in French):
Dans le sillage des récentes réformes – comme l'ouverture du mariage aux couples de même sexe ou encore l'introduction de la propriété fiduciaire –, une partie de la doctrine, pétrifiée par une sibylline impuissance, s'attache à relever non sans excès l'ébranlement, la fissuration ou la destruction des piliers du droit civil contemporain. Aux confins de l'architecture et du droit, le célèbre triptyque « Famille, propriété, contrat » ne serait désormais qu'une relique d'un modèle en ruine. À rebours d'une démarche évolutionniste ou relativiste, l'approche historique donne les clés d'une prospective juridique distanciée et raisonnée, rappelant ainsi les voeux qu'avait naguère formulés le doyen Carbonnier : « que les princes qui nous font des lois se montrent plus historiens et moins futurologues, qu'ils sachent sentir sur quels tréfonds de très vieilles choses juridiques repose une société moderne ». Couplée au droit comparé dont elle partage les méthodes, l'histoire du droit devient une véritable physique expérimentale de la législation. C'est à l'aide d'une telle méthode que les auteurs de cet ouvrage croisent passé, présent et avenir du droit civil. Conscients de l'indéniable historicité du droit, les contributeurs reviennent sur certains des soubassements de l'institution matrimoniale, de la propriété et du contrat. Fruit d'un colloque international organisé à l'Université Panthéon-Assas (Paris II), ce livre donne un éclairage historique et comparatif à des questions trop souvent techniques ou polémiques.
Categories: Comparative Law News

CALL FOR PAPERS: Controversy. Historical Study of Legal Argumentation (Rennes, 28-31 May 2015). DEADLINE 10 MARCH 2015

Fri, 02/20/2015 - 08:22
(image source: Société d'Histoire du Droit)

Nomôdos announced the call for papers for this year's International Days of the French Legal History Society (cf. other announcement on this blog).

Société d'Histoire du DroitJournées internationales de Rennes 2015(Centre d’Histoire du Droit de la Faculté de Droit et de Science politique de l'Université Rennes 1)Association française des jeunes Historiens du DroitAppel à communications
La controverseEtudes d’histoire de l’argumentation juridique
Rennes28-31 mai 2015(limite et clôture inscriptions: 10 mars 2015)
Les prochaines Journées Internationales de la Société d’Histoire du Droit se tiendront du 28 au 31 mai 2015, à la Faculté de droit et de science politique de Rennes
Le thème de ces Journées sera:
La controverse
Etudes d’histoire de l’argumentation juridique
À la très aimable invitation du Centre d’Histoire du Droit de la Faculté de droit et de science politique de Rennes, les Journées Internationales de la Société d’Histoire du Droit se tiendront 
du 28 au 31 mai 2015,à la Faculté de droit et de science politique de Rennes 
PrésentationDans la formation du droit comme dans son étude et son expression, la controverse exerce à bien des égards des fonctions déterminantes. Les conflits interprétatifs et les désaccords permettent à la fois d’approfondir l’argumentation, de mettre en lumière les différentes opinions susceptibles d’être soutenues sur une question donnée, mais aussi de mieux légitimer les interprétations finalement adoptées. La controverse contribue alors à circonscrire le sens et la portée d’une règle juridique. Apprécier la place et les fonctions qui lui sont reconnues dans l’établissement du droit : tel est l’objet que poursuivront les travaux présentés à l’occasion des Journées de Rennes. Deux pistes d’étude pourront être envisagées à cette fin : 
1. La méthode de la controverse 
Le premier volet est de nature méthodologique. Son ambition sera de déterminer, au regard des différentes sources du droit, la place accordée à la controverse, les moyens envisagés pour l’encadrer et les conséquences qui en résultent. On pourra s’interroger dans cette perspective sur la controverse judiciaire, en étudiant par exemple la place que chaque type de procédure laisse, ou non, à son développement et les moyens qu’elle emploie pour la résoudre ; il faudra également s’intéresser à la controverse législative, en examinant notamment les idées qui la légitiment ou la réprouvent, suivant la nature des régimes politiques ; la controverse doctrinale devra aussi être envisagée, en analysant les méthodes employées pour formuler les discussions entre juristes suivant les grandes écoles d’interprétation, en appréciant le rôle de la controverse dans la formation de la science juridique. 
2. Une histoire des controverses juridiques 
Le second volet est de nature plus substantielle, et proposera d’esquisser une histoire des controverses juridiques, connues ou méconnues. Les travaux auront pour objet, dans cette perspective, de mettre en lumière et d’analyser des conflits interprétatifs qui ont permis de construire des définitions ou d’éclairer le sens des règles de droit public et de droit privé, sur la longue durée. Elles pourront montrer la manière dont les juristes ont pu s’approprier parfois d’autres controverses disciplinaires (philosophiques, rhétoriques, théologiques, etc.) pour les intégrer à la réflexion juridique. Elles pourront aussi décrire comment des cas, introduits et discutés à une époque déterminée, ont pu donner lieu à des interprétations successives au gré des écoles interprétatives, de manière à réunir des juristes d’époques bien distinctes autour de plusieurs mêmes controverses. 
La durée des communications est impérativement limitée à 30 minutes. L’organisation des séances reposant sur le respect rigoureux de cette durée, tout dépassement du temps imparti mettrait en péril le bon équilibre de chaque séance des Journées, et donc des Journées elles-mêmes. 
Conformément aux statuts de la Société, ces communications devront être faites en français ou exceptionnellement en anglais
Atelier doctoralPar ailleurs, en partenariat avec l’Association française des jeunes historiens du droit (http://assofjhd.blogspot.fr/), une session sera consacrée à un atelier des doctorants. Il permettra, dans un esprit d’entraide et de collaboration, de présenter et de discuter des recherches en cours. Nous encourageons les doctorants intéressés, français et européens, à se faire connaître auprès de l’Association. 
La date de clôture des inscriptions (cf. bulletin ci-joint) est fixée au 10 mars. Le programme détaillé sera adressé par la suite à l’ensemble des inscrits.
Inscriptions  Tous ceux qui souhaitent prendre part aux Journées voudront bien adresser leur bulletin d’inscription pour le 10 mars au plus tard à l’adresse suivante : 
  • Faculté de droit et de science politique Centre d’Histoire du Droit - Pasquale Bréger-Tesnier 9 rue Jean Macé  - CS 54203 - 35042 Rennes Cedex (France) 
ou Les droits d’inscription, comprenant notamment le prix du dîner de gala, sont fixés à 60 euros par personne pour les congressistes et à 50 euros pour les accompagnants. 
Les frais d’excursion (journée de dimanche), incluant le prix du déjeuner (vendredi), sont fixés à 50 euros par personne. L’excursion conduira les congressistes dans le pays malouin. Un service de car leur permettra de rejoindre Saint-Malo le dimanche matin, mais ceux qui le souhaiteront pourront s’y rendre dès le samedi par leurs propres moyens – des informations sur les horaires de train et les hôtels seront données sur le blog https://rennes2015.wordpress.com. Les congressistes seront déposés à l’aéroport pour 16h45 et en gare de Rennes pour 17h30. 
Les droits d’inscription devront être réglés par chèque à l’ordre de l’Association des historiens du droit de l'ouest en renvoyant le bulletin ci-dessous. Les membres étrangers qui ne disposeraient pas d’un compte bancaire en France voudront bien s’acquitter de ce règlement en espèces dès leur arrivée au congrès. Les jeunes doctorants pourront, sur demande motivée adressée à la présidente, bénéficier d’une exonération totale ou partielle de ces droits. 
Pour toute précision supplémentaire, vous pouvez écrire à Mme Pasquale Bréger-Tesnier (pasquale.breger@univ-rennes1.fr). 
En souhaitant que ces Journées nous rassemblent nombreux pour un travail scientifique de haute qualité, je vous prie de croire, Madame, Mademoiselle, Monsieur, à l’assurance de mon fidèle dévouement. 
La présidente,Sophie Démare-Lafont
Lieu
  • Faculté de Droit et de Science politique de Rennes, Université Rennes 1, 9 rue J. Macé, 35000 Rennes. 
AccèsConditions de séjour et hébergementContactURL
Categories: Comparative Law News

DATABASE: SIPROJURIS: Information on French Law Professors, 1804-1950

Fri, 02/20/2015 - 07:57

(French law professor gown, image source: L'atelier de Mme Petit)




Nomôdos announced an interesting databaseproject on French law professors, under direction of Professor Bernard Hours (Lyon-III). Description: 


A PROPOS DE SIPROJURIS
SIPROJURIS est une base de données évolutive qui continuera à s’enrichir prochainement à la fois par l’introduction de nouveaux individus et par celle de données supplémentaires relatives à l’ensemble de la population de notre corpus. Ces données sont en cours de traitement informatique et elles seront mises progressivement à disposition du public. Les informations relatives aux matières enseignées et à la population des établissements d’enseignement figurant sur SIPROJURIS s’actualisent automatiquement lors de l’intégration dans la base de nouvelles individualités. A ce jour, ces informations ne sont donc qu’indicatives, en attendant une exhaustivité qui se fera, malheureusement, encore un peu attendre.
En effet, que l’utilisateur n’oublie pas cette évidence : les historiens sont cruellement tributaires des sources. On trouvera, en priorité, dans SIPROJURIS les enseignants en droit pour lesquels un dossier de carrière a été conservé aux Archives Nationales. Tous, cependant, n’ont pas la chance d’avoir laissé des traces dans les archives publiques et d’autres ont la malchance que leur dossier de carrière soit conservé sur le site des Archives Nationales de Fontainebleau, fermé aux chercheurs depuis le printemps 2014 et, ce, pour une durée encore indéterminée… En attendant la reconstitution de certaines carrières professorales par la mobilisation d’autres sources et en espérant une réouverture rapide du site de Fontainebleau, bonne visite sur SIPROJURIS.
Tous les libellés en rouge sont cliquables et peuvent vous permettre de passer des individus à la définition de leur statut, des établissements d’enseignement aux individus, des matières enseignées à ceux qui eurent la charge.
Vous pouvez nous signaler d’éventuelles anomalies et nous apporter des informations relatives aux enseignants à l’adresse suivante : siprojuris@ish-lyon.cnrs.fr
Les informations ne seront toutefois intégrées dans la base que dans la mesure où elles seront précisément référencées.
Le corpusLe projet SIPROJURIS est né du constat que l’histoire de la doctrine juridique, telle qu’elle a été construite jusqu’à ce jour, repose essentiellement sur une analyse des discours et des textes émanant des professeurs de droit dont, en revanche, la biographie personnelle et professionnelle, mal connue ou jugée d’un intérêt très accessoire, est le plus souvent simplement effleurée. SIPROJURIS se propose d’approfondir la connaissance des trajectoires individuelles des professeurs de droit, afin de permettre aux chercheurs de placer la production intellectuelle de ces derniers dans une perspective plus personnelle, voire plus intime. En offrant des informations biographiques et des pistes de recherche permettant de mieux relier une œuvre doctrinale au vécu de son auteur, SIPROJURIS espère contribuer à éclairer différemment les mécanismes de formation d’une pensée juridique.
Origines familiales, mariage, enseignements reçus, puis dispensés, dans le cadre des facultés de droit ou à l’extérieur de celles-ci, implication dans des activités étrangères à la vie universitaire - qu’il s’agisse d’une vie professionnelle antérieure, postérieure, voire parallèle à la carrière universitaire ou d’engagements divers - sociaux, associatifs, politiques, culturels ou bien encore religieux -, participation à la vie de revues juridiques et/ou de sociétés savantes, etc., sont, en effet, autant d’éléments que l’on a cherché ici à renseigner parce qu’ils contribuent à jeter une lumière nouvelle sur les centres d’intérêts scientifiques de ces auteurs et parfois même sur le contenu de leur production intellectuelle. Ils permettent encore de mieux comprendre les séquences de leur production scientifique, leurs choix – ou leurs non choix - de carrière, ils révèlent la constitution de réseaux de sociabilité et peuvent enfin faire apparaître des influences moins visibles que celles dont ces enseignants se prévalent officiellement dans leurs écrits.Par surcroît, cette recherche, grâce au travail fouillé accompli sur chaque individu, se veut aussi un outil permettant d’écrire une autre histoire de ce corps professionnel. Il devient possible de l’appréhender de façon plus fine dans ses diverses dimensions, quelles soient sociales, religieuses ou politiques, ainsi que dans ses interactions avec les autres professions juridiques et/ou judiciaires. En outre, parce que la démarche repose sur la reconstitution de la biographie professionnelle de chacun des enseignants composant le corps, la vie de ce dernier peut être appréhendée non seulement à partir des textes législatifs et réglementaires qui l’ont encadré et structuré, mais aussi au regard des lectures qui ont été faites de ces mêmes normes et encore à celui des pratiques coutumières secrétées conjointement par les services centraux du ministère de l’Instruction publique et par les institutions facultaires ; lectures et pratiques que ces parcours individuels reflètent.
Evidemment, SIPROJURIS est aussi un outil au service de l’histoire de l’enseignement du droit. Le contenu de l’enseignement dispensé par les facultés de droit, réduit en 1804 au droit romain, au code civil, à la procédure civile et à la législation criminelle, s’est en effet notablement diversifié au cours des 19e et 20e siècles. De nouvelles branches du droit sont apparues à la faveur de la création, souvent réclamée par les facultés de droit elles-mêmes, de cours dits libres ou complémentaires. Assurés par des enseignants pionniers, que ces précurseurs aient été volontaires et enthousiastes ou bien désignés autant que résignés, ces enseignements ont éventuellement reçu par la suite une consécration officielle dans les programmes d’études des facultés de droit arrêtés par l’État. La base de données permet, notamment, de retracer et de cartographier avec précision le processus de construction des nouvelles disciplines juridiques, d’identifier tant les professeurs porteurs de ces innovations pédagogiques et scientifiques que les stratégies (création de revues, d’associations scientifiques) qu’ils ont pu déployer pour asseoir le rayonnement de la jeune discipline dont ils étaient les promoteurs.
Cadre chronologiqueLes dates extrêmes retenues (1804-1950) sont justifiées, pour le point de départ, par la re-création, après plus d’une décennie de suppression révolutionnaire, d’un enseignement juridique sous la forme des Écoles de droit, celles-ci ayant été appelées, dès 1808, désormais sous le nom de Facultés de droit, à prendre place au sein de l’Université impériale et, pour le terminus ad quem, par le souci de pouvoir obtenir, sans trop de difficultés, l’accès à des archives publiques contenant des informations personnelles (l’année 1950 étant retenue comme la date extrême d’entrée dans la carrière en qualité de titulaire).
Population concernéeEn conséquence de la fourchette chronologique retenue, sont concernés les personnels des écoles de droit créées en 1804, soit celles de Paris, Aix-en-Provence, Caen, Dijon, Douai (puis Lille après le transfert dans cette dernière ville), Grenoble, Poitiers, Rennes, Strasbourg, Toulouse. A ceux-ci viennent s’ajouter les personnels des Facultés de création plus récente : Nancy (1864), Bordeaux (1870), Lyon (1875), Montpellier (1878) ainsi que l’École de droit d’Alger, érigée en Faculté de droit en 1909. Si la priorité de la recherche a été donnée aux enseignants en droit des Facultés d’État, le personnel des principales Facultés catholiques créées à partir de 1875 (Paris, Lyon, Lille, Angers) sera, à terme et dans la mesure du possible, également intégré dans le corpus.Au sein de ces diverses Facultés, l’étude entend porter sur les enseignants en droit largement entendus, c’est-à-dire sur les diverses catégories que ce vocable générique recouvre : les professeurs titulaires des facultés d’État, à savoir ceux qui ont triomphé d’un concours - qu’il s’agisse d’un concours organisé localement pour une chaire ou pour un poste de suppléant dans la première moitié du 19e siècle, puis du concours national d’agrégation à partir de 1856 -, les enseignants non titulaires, à savoir ceux que l’on a appelé d’abord les suppléants provisoires, puis les chargés de cours, autrement dit le personnel des docteurs non agrégés. Cette dernière catégorie, assez facilement identifiable au 19e siècle, ne pourra pas faire l’objet d’un traitement exhaustif en ce qui concerne la première moitié du 20e siècle dans la mesure où le recours à ce type de personnel, s’il s’intensifie alors considérablement, en particulier à la faveur des vides provisoires ou définitifs créés dans les rangs professoraux par les deux guerres mondiales, n’a guère secrété d’archives permettant de disposer des informations les plus élémentaires relatives à ces enseignants, suppléants souvent très éphémères. Enfin, dans la mesure où l’économie politique, née dans le cadre des facultés de droit et enseignée initialement par les juristes, n’avait pas encore conquis son autonomie disciplinaire pendant la période considérée, les professeurs d’économie politique n’ont pas été exclus du corpus et ce, d’autant moins, qu’ils ont souvent été amenés à dispenser, en sus de leurs enseignements d’économie politique, des cours aujourd’hui considérés comme relevant de l’enseignement exclusif du droit.
Directeur de publication:Responsable du projet: 
  • Catherine Fillon
Propulsé par le Pôle Histoire Numérique du LARHRA
Liste des contributeurs
Contact For more information, visit the website
Categories: Comparative Law News

BOOK: Patrick ARABEYRE, Jean-Louis HALPERIN & Jacques KRYNEN (eds.), Historical Dictionary of French Jurists (Paris: PUF, 2015, 2nd ed), 1136 p., ISBN 9782130609025, € 39,5

Fri, 02/20/2015 - 07:48
(image source: Nomôdos)
Nomôdos announced the publication of the second and enhanced edition of the Historical Dictionary of French Jurists, a classic and indispensable reference work for any European (comparative) legal historian (Presses Universitaires de France).

Presentation:
La présentation de plus de 1 300 juristes qui ont marqué l’histoire du droit, dans une nouvelle édition augmentée de 60 nouvelles entrées.Présentation éditeurLes quelque 1?300 juristes présentés dans ce dictionnaire sont ceux dont les « œuvres » ont le plus marqué ou reflété l’évolution du droit français. Ce sont des commentateurs du droit romain et du droit canonique, des commentateurs de coutumes, de la législation royale et des codifications, professeurs ou praticiens…, auxquels ont été joints les chanceliers et les membres des grands corps de l’État ayant le plus contribué à développer l’édifice normatif français. Pas moins de 173 juristes ont été retenus depuis la renaissance scientifique du droit au XIIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge. Les 716 notices consacrées aux juristes de l’époque moderne reflètent le tournant pris au XVIe siècle, qui voit l’essor de l’humanisme juridique, l’élaboration d’un droit commun coutumier, les nouvelles théories du droit naturel. Les 449 notices de juristes contemporains illustrent le retour en force de la doctrine et de la jurisprudence dès l’époque napoléonienne, tout comme l’émancipation de nouvelles branches du droit public et privé.Ce dictionnaire est un instrument de consultation et de travail devenu référence. Plus de 170 universitaires et chercheurs y ont collaboré, pour la plupart issus des facultés de droit, de grands établissements français ou étrangers. Chaque notice comporte une biographie, une analyse des œuvres et une orientation bibliographique. Une bibliographie générale et un index complètent l’ouvrage.Auteurs (directeurs)
  • Patrick Arabeyre, professeur à l’École nationale des chartes.
  • Jean-Louis Halpérin, professeur à l’École normale supérieure.
  • Jacques Krynen, professeur à l’université Toulouse I - Capitole.

More information on the publisher's website.
Categories: Comparative Law News

LECTURE SERIES: Political Trials in History (Court of Cassation, France, Feb-Dec 2015)

Fri, 02/20/2015 - 07:42
(image: wikistrike.com)




Nomôdos announces the program of the lecture series "Political Trials in History" at the French Court of Cassation, February-December 2015:

Sous la direction scientifique de D. Salas, sec. général de l'AFHJ
PrésentationLe procès politique est lié, dans l'histoire européenne, à l'affirmation de l'Etat. Il apparaît lorsqu'une personne se trouve mise en accusation par le souverain parce qu'elle menace ses intérêts ou le met en danger. Affranchis de la légalité et des formes de la justice ordinaire, ses organes sont placés sous contrôle politique. Son but est d'utiliser le spectacle légitimant d'une scène de justice pour proclamer à la face de cous ce qu'il en coûte de défier le pouvoir.L'objet de cette deuxième année du cycle de conferences est de poursuivre nos investigations sur les racines historiques du procès politique mais aussi de mettre l'accent sur ses métamorphoses.
Car, si l'objectif reste, par-delà les époques, de mettre en scène la dégradation publique d'un accusé de crime de lèse-majesté, l'avènement de la République infléchit le sens du procès politique. Face à une justice plus indépendante du pouvoir politique dans un Etat de droit, son instrumentalisation se déplace. Le prétoire est le théâtre d'une politisation des débats. Ainsi l'instance devient-elle politique moins par l'asservissement des juges que par les acteurs en présence, les causes qu'ils mettent en ébat et les nouvelles stratégies de défense qu'ils développent.
Programme
  • 5 février 2015 (18h30-20h30). - Conférence inaugurale: La justice pénale comme arme politique: le procès de Riom (1942), A. Bancaud, chargé de recherche à l'Institut pour l'Histoire du Temps présent, et J.-P. Jean, président de chambre à la Cour de Cassation, directeur du service de Documentation, des Etudes et du Rapport.
  • 12 mars 2015 (18h30-20h30). - Jacques Coeur, argentier du Roi en procès, K. Reyerson, professeur à l'Université du Minnesota.
  • 16 avril 2015 (18h30-20h30). - Le tribunal révolutionnaire (1793-1795): justice et injustice sous la Révolution, J.-L. Halpérin, professeur à l'Ecole normal supérieure.
  • 21 mai 2015 (18h30-20h30). - L'affaire Fieshi, un procès politique?, G. Jugnot, avocat au barreau de l'Aube, maître de conférences à l'Université de Reims Champagne-Ardenne.
  • 18 juin 2015 (18h30-20h30). - Les grands procès de mafia en Italie (XIXe-XXe siècles), entre instrumentalisation et impuissance judiciaire, J. de Saint-Victor, professeur à l'Université de Vincennes-Saint-Denis (Paris 8).
  • 1er octobre 2015 (18h30-20h30). - La politisation des procès pendant la guerre froide et la guerre d'Algérie, V. Codaccioni, maître de conférences à l'Université de Vincennes-Saint-Denis (Paris 8).
  • 5 novembre 2015 (18h30-20h30). - De Marcel Willard à Jacques Vergès: la défense de rupture, J. Danet, avocat honoraire, maitre de conférences à l'Université de Nantes.
  • 10 décembre 2015 (18h30-20h30). - Conférence de clôture: Le procès de Socrate entre histoire et mémoire, P. Ismard, maître de conférences à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) 
PratiqueLieu
  • Grand' chambre de la Cour de cassation, entrée par le 5 quai de l'Horloge, Paris.
Entrée libre, sur inscription préalable auprès de la Cour de cassation: télécopie: 01.44.32.78.28 -  www.courdecassation.frManifestation validée au titre de la formation continue des magistrats et des avocatsFulltext of the announcement here.
Categories: Comparative Law News

VACANCY: Professorship at Sciences Po (Contemporary History of the State, Institutions and Public Policy) (DEADLINE 1 March 2015)

Fri, 02/20/2015 - 07:17

Sciences Po Paris is hiring a Professor in contemporary political history, but with a strong knowledge of public law, as well as the 19th century. See call below:

The Center of History and the Department of History at Sciences Po are proposing to further strengthen of the field of political history at Sciences Po. The orientation of the Center of History is fundamentally geared towards the axis of political history, understood in all its dimensions
The target of this search is a specialist in the history of the state, political institutions and public policies, with a special emphasis on the study of their juridical and administrative implications. All areas of research related to these broad themes are welcome, with a preference for the history of the twentieth century, understood in the largest possible definition of this term. A solid knowledge of the nineteenth century will be strongly appreciated. The capacity to teach the history of ideas and political concepts will be an additional asset. Candidates must demonstrate their understanding of constitutional law, public law and political science
The position is geared towards experts in the history of France, but candidates must also demonstrate their aptitude for comparative, transnational and connected history. They must likewise benefit from international recognition of their research, their professional activities, their teaching experience, their publications and their linguistic competence. A solid level of English will be expected. Full text of the call here.
Source: calenda.org
Categories: Comparative Law News

Pages