Art américain

La Collection d'arts visuels de McGill compte plusieurs œuvres créées par des artistes américains de renom, notamment Alex Katz, Frank Stella, George Gibbs, Gertrude Whitney Vanderbilt, Leonard Baskin, Roy Lichtenstein, Saul Steinberg et The Walt Disney Studios.

 

Gertrude Vanderbilt Whitney, The Friendship Fountain, 1913, marbre

Sculptée en 1913, l’œuvre devait originellement être exposée devant le New Arlington Hotel de Washington DC. Ce dernier n’ayant jamais été construit, faute de financement, la sculpture a été offerte à l'Université en 1931 à la suggestion d'Ellen Ballon, une pianiste accomplie, diplômée de l'École de musique Schulich et amie de Gertrude Vanderbilt Whitney (un buste d’Ellen Ballon, réalisé par Sir Jacob Epstein, est exposé dans le Pavillon de musique Strathcona). Le don était destiné à symboliser l'amitié entre le Canada et les États-Unis. Bien que la sculpture ait été donnée en 1931, l'installation de la fontaine n'a été achevée qu'en 1933.

Aujourd'hui, The Friendship Fountain est parfois appelée «Fontaine du bon vouloir», «Fontaine caryatide», «Fontaine Whitney», les «Trois grâces» et, plus communément, les «Trois nus». Année après année, lors de la rentrée scolaire, elle sert de toile de fond à la semaine d'orientation, alors que des centaines d'étudiants se rassemblent autour d’elle pour profiter de musique live, d’un barbecue amical et d’événements exclusifs organisés par le Open Air Pub, géré par des étudiants de la faculté d’ingénierie.

 

Roy Lichtenstein, Modern Tapestry, 1978, velours de laine. © Succession Roy Lichtenstein /SOCAN (2019)
Roy Lichtenstein, Modern Tapestry, 1978, velours de laine. © Succession Roy Lichtenstein /SOCAN (2019)
Roy Lichtenstein, Modern Tapestry, 1978, laine

L'une des nombreuses tapisseries de la Collection d'arts visuels de McGill, Modern Tapestry (c. 1976), est située au premier étage du Pavillon des arts, dans le couloir menant vers le Pavillon Leacock. Conçue par Roy Lichtenstein (1923-1997), artiste new-yorkais largement crédité pour avoir popularisé le «pop art» à travers son style bédéesque et l'utilisation de trames Benday, Modern Tapestry reflète à la fois la vie moderne et les processus industriels de la seconde moitié du vingtième siècle. L'œuvre, de par ses traits singuliers et sa difformité spatiale, explore les qualités bidimensionnelles et tridimensionnelles de son médium.

Initialement produite pour Modern Masters Tapestries, une galerie new-yorkaise ayant vendu des tapisseries conçues par nombre d’artistes contemporains de renommée internationale, l'œuvre a été offerte à l'Université par Regina Slatkin, diplômée de McGill devenue une importante marchande, spécialiste et critique d’art.

 

 

Leonard Baskin, Condor Bird, ca.1960-70, velours de laine. Don de Mme Regina Slatkin, B.A. '29 © Succession Leonard Baskin; Courtoisie de la Galerie St. Etienne, New York.
Leonard Baskin, Condor Bird, ca.1960-70, velours de laine. Don de Mme Regina Slatkin, B.A. '29 © Succession Leonard Baskin; Courtoisie de la Galerie St. Etienne, New York.
Leonard Baskin, Condor Bird, date inconnue, laine

Leonard Baskin (1922-2000) était un sculpteur, graveur, graphiste et enseignant américain de renommée internationale. Ayant reçu sa formation artistique de l’École d’architecture et d’arts appliqués de l’Université de New York et de l’Université Yale, il a passé la majeure partie de sa carrière aux États-Unis, ainsi qu’une brève période en Grande-Bretagne. En 1942, Baskin a fondé l'une des premières maisons d’impression d'art aux États-Unis : Gehenna Press. Celle-ci a fonctionné jusqu'à sa mort et a imprimé plus d'une centaine de livres.

Condor Bird, commissionnée par Modern Masters Tapestries, est une tapisserie de laine réalisée à partir d’un dessin au graphite et à l'encre. Ce dernier se trouve également dans la collection. Les oiseaux de proie, tel le condor représenté ici, figuraient parmi les sujets favoris de Baskin.

 

Back to top