Historique

Sélectionnez une période pour accélérer votre recherche :

2020 2019 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011

2020

L’équipe du CRIEM accueille de nouveaux membres ! Elissa Kayal rejoint le centre en tant qu'assistante administrative et coordinatrice du programme de professeur praticien de la Fondation McConnell, Karolina Roman devient assistante au travail éditorial et responsable des publications Web, et Julie Levasseur participe à la gestion des communications du centre.

2019

En mars 2019, le CRIEM a le plaisir d'accueillir les chercheuses Lysandre Champagne et Julie Ravary-Pilon dans le cadre du programme de la bourse BMO. Sous la supervision de la professeure Marion Froger, Mme. Ravary-Pilon amorce un projet de recherche sur la sous-représentativité féminine dans la toponymie de Montréal, particulièrement dans celle des stations de métro. Sa recherche-action au CRIEM vise produire une carte revisitée du métro de Montréal via une toponymie féministe intersectionnelle, en collaboration avec les acteurs et actrices du milieu.

Ana Brandusescu est invitée comme professeure praticienne de la Fondation McConnell au CRIEM pour une première année, en partenariat avec Nord Ouvert. Son objectif pour l'année est de concevoir un programme de recherche sur l'intelligence artificielle, ses effets sur les institutions ainsi que les potentialités d'engagement offertes par sa mise en oeuvre. De plus, son projet vise à établir des relations intersectorielles entre les responsables du développement de cette technologie et les chercheurs qui analyse ses conséquences socioéconomiques. Elle participe également au développement de l'Observatoire des récits de Montréal de par son expertise dans les domaines du droit numérique, de la participation citoyenne et des technologies émergentes.

Le CRIEM reçoit un mandat de la ville de Montréal, pour réaliser un projet portant sur la mise en oeuvre des cinq axes d'intervention de la Politique de l'enfant « Naître, grandir, s'épanouir à Montréal : de l'enfance à l'adolescence ». Le rôle du CRIEM sera de créer un comité consultatif pour conseiller la ville sur les actions que cette dernière voudrait entreprendre pour contribuer à l'épanouissement des enfants sur son territoire. Le comité est dirigé par Pascal Brissette (directeur du CRIEM), et rassemble des experts provenant de diverses institutions montréalaises. Pour en savoir plus sur les chercheurs qui composent le comité consultatif de cette politique, consultez ce lien.

Fabio Scetti, chercheur associé au laboratoire CLESTHIA de l'Université Sorbonne Nouvelle, entame un séjour de recherche au CRIEM portant sur la communauté italienne de Montréal.

En octobre 2019, Ottilia Scott rejoint l'équipe du CRIEM comme gestionnaire de communauté : ses tâches incluent la gestion des réseaux sociaux et du site Web, ainsi que la production des infolettres trimestrielles.

Le centre continue sa série de séminaires et soutient plusieurs conférences, offrant ainsi un espace à ses membres et aux montréalais d'échanger avec des chercheur·e·s, des auteur·e·s et des représentant·e·s des milieux communautaires et municipaux.

Événements soutenus par le CRIEM 

 

 

 

2018

Le mandat de Pascal Brissette comme directeur du CRIEM est reconduit jusqu’à la fin mai 2020. Gorka Espiau est réinvité à titre de professeur praticien de la Fondation McConnell au CRIEM pour une troisième et dernière année (2018-2019).

Le CRIEM et le Quartier de l’innovation de Montréal (QI) lancent une nouvelle formule de rencontres expérientielles qui s’intéressent aux différents aspects de l’aménagement d’un quartier, des initiatives locales aux politiques publiques. Aménager – Expérience et innovation d’un quartier est une série de « conférences-expériences » qui incite les communautés d’un quartier à (re)découvrir les projets d’urbanisme qui s’y trouvent et à prendre part aux conversations autour de projets communautaires, de recherches universitaires et d’initiatives municipales qui transforment leur milieu de vie. La série se déploie au cours de trois rencontres : Construire (sur le développement et l’aménagement des espaces publics communs), Habiter (sur la conception de lieux habitables qui innovent en terme de gestion d’énergie et d’inclusion sociale) et Appartenir (sur la préservation de bâtiments patrimoniaux, qui contribuent à l’identité d’un quartier, malgré les bouleversements sur la scène urbaine). 

En mars, le CRIEM accueille de nouveaux membres dans son équipe : Elli Slavitch développe une nouvelle stratégie de communications pour le centre, Olivier Séguin-Brault et Juliette Ryan-Lortie gèrent pour leur part les réseaux sociaux du CRIEM, alors que Victoria Svaikovsky assume la coordination du Programme de professeur praticien de la Fondation McConnell et occupe les fonctions d'assistante administrative. L'une des premières actions entreprises dans le cadre de la stratégie de communication du CRIEM est le développement d'une nouvel outil, soit la baladodiffusion issue de l'enregistrement des « séminaires-midis », une nouvelle formule préférée aux « midis-discussions ».

Le 20 avril, après une journée d’échanges et de discussions, le CRIEM, l’Agirre Lehendakaria Center for Social and Political Studies et l’Etxepare Basque Institute signent une entente-cadre dont l’objectif est d’encourager la collaboration sur les plans de la recherche et de l’enseignement entre ces trois institutions. L’entente facilitera la mobilité des des professeur·e·s, des chercheur·e·s et des étudiant·e·s qui souhaitent approfondir leurs recherches dans le domaine de l'innovation sociale, en comparant les cas du Pays basque et de Montréal.

À la suite de la rencontre annuelle du Comité de direction du CRIEM, où les directeur·rice·s des axes de recherche-action ont statué sur les demandes d’affiliation des membres, la première rencontre constituante du Conseil d’administration du CRIEM a lieu le 8 mai 2018. Le Conseil entérine notamment les recommandations du Comité de direction quant au membrariat du CRIEM. Pascal Brissette, le directeur du Centre, y présente également le budget, les activités menées par le CRIEM et certains projets à venir pour l’année 2018-2019. Le mois de juin est pour sa part le lieu des toutes premières rencontres annuelles des axes de recherche-action où les membres contribuent à l’élaboration de la programmation des années à venir. Le CRIEM accueille enfin trois nouveaux·elles directeur·rice·s d’axe: Wim Remysen dirige l’axe « Langue, appartenance et plurilinguisme », Erin Hurley codirige l’axe « Culture numérique, art, littérature et performance » (avec Will Straw), tandis que Kevin Manaugh se joint à Hoi Kong et Daniel Weinstock pour animer l’axe « Gouvernance, institution et participation citoyenne ».

Midi-séminaires et conférences de l'année 2018

Événements soutenus par le CRIEM

  • 19 juin 2018 : « Montréal et Québec en perspective », un colloque organisé par Éric Bélanger (Département de science politique, McGill) dans le cadre de l'étude sur les élections municipales canadiennes.
  • 23 mars 2018 : « National Integrative Research Conference », un colloque national organisé par le département d'arts et sciences de l'Université McGill qui fait la part belle à la recherche interdisciplinaire au premier cycle.

 

2017

Le CRIEM, qui n’avait jusqu’alors qu’un statut de centre de recherche provisoire accordé par la Faculté des arts, obtient le 25 mai 2017 son statut de centre de recherche officiel de l’Université McGill, un statut accordé par le Conseil des Gouverneurs. Cette transition suppose une révision du membrariat du centre : les chercheurs associés au CRIEM sont conviés à présenter une nouvelle demande d’affiliation qui doit être approuvée par le Comité de direction et le Conseil d’administration du CRIEM.

Gorka Espiau revient à titre de professeur praticien au CRIEM pour une deuxième année etorganise, avec Hoi Kong (directeur à la recherche du Programme de professeur praticien de la Fondation McConnell et codirecteur de l’axe de recherche-action « Gouvernance, institution et participation citoyenne »), une série d’ateliers intitulée Manifeste montréalais pour l’innovation sociale, comprenant trois rencontres qui portent spécifiquement sur la manière dont les récits de soi (narratives) se relient aux transformations collectives.

Les 14 et 31 mars, le CRIEM est convié par la Fondation McConnell à participer à deux journées de design d’une plateforme d’écoute. Les participants, représentants des milieux universitaire, communautaire et municipal, sont appelé à réfléchir à une structure et à des outils capables de tirer profit de nombreux travaux, déjà en cours dans la métropole, basés sur l’écoute des communautés et de faire reconnaître le potentiel transformateur des actions qui en découlent. Les discussions et les réflexions portent sur les formes que devrait prendre la plateforme d’écoute, y compris comment établir la gouvernance, les liens entre les partenaires, les besoins techniques et les aspects méthodologiques. Les partenaires impliqués, dont Percolab, Exeko et la Fondation du Grand Montréal, se réuniront ensuite à intervalles réguliers pour poursuivre la réflexion. Une ébauche du projet de la plateforme d'écoute est disponible sur le site Écouter Montréal.

Le 20 avril, le CRIEM se rend à Washington pour prendre part à un panel avec le Urban Sustainability Laboratory du Wilson Center pour réfléchir à l’intégration des immigrants et à l’ouverture à la diversité culturelle dans les performances artistiques des grands centres urbains. Les spécialistes interdisciplinaires de l’Université McGill traitent des entraves à l’intégration des immigrants dans le contexte montréalais et présentent des initiatives et des projets qui ciblent une ville plus inclusive et plus participative.

Le CRIEM est heureux de soutenir l’Association internationale des études québécoises en lui offrant ses locaux pour sa 21assemblée générale qui se tient le 8 mai et qui est suivie d’une présentation de Robert Laliberté, ancien directeur général de l’AIEQ. Le 17 novembre, dans le cadre des festivités pour le troisième anniversaire de Je vois/Je fais Mtl, la Banque de Montréal (BMO) annonce l’octroi d’un don de 2,25 million de dollars au CRIEM pour soutenir la recherche interdisciplinaire et intersectorielle faite sur Montréal. La Fondation McConnell annonce pour sa part la création du Programme du professeur praticien de la Fondation McConnell, grâce à une contribution d’un million de dollars. En décembre, le CRIEM lance sa deuxième publication, Vivre ensemble à Montréal. Épreuves et convivialités (collection « Formes », Atelier 10, 2017), un collectif codirigé par Annick Germain, Valérie Amiraux et Julie-Anne Boudreau. Les vingt-quatre textes qui le composent porte sur les espaces communs de Montréal et les modalités d’appartenance à Montréal. 

Le CRIEM continue sa série de midi-discussions et tient régulièrement des conférences, donnant l’occasion à ses membres et à la communauté montréalaise d’interagir avec des chercheur·e·s, des auteur·e·s et des représentant·e·s des milieux communautaires et municipaux.

Midi-discussions et conférences de l'année 2017

 

2016

Le programme de professeur praticien, qui vise à attirer un professionnel d’un domaine de pratique relié aux axes de recherche-action du CRIEM, est lancé. Ce·tte· professeur·e invité·e enrichira le cursus universitaire des étudiant·e·s par son enseignement et par sa participation aux activités du CRIEM. Le CRIEM accueille Gorka Espiau en tant que premier professeur praticien, pour l’année 2016-2017. Il voyage entre Montréal, Londres et Bilbao, où il contribue notamment aux travaux de l'Agirre Lehendakaria Center for Social and Political Studies.

Le 17 novembre, Gorka Espiau tient une conférence intitulée « The Deconstruction of the Bilbao Guggenheim Effect » dans le cadre d’une série automnale de séminaires à l’École d’Urbanisme de l’Université McGill. Le 16 juin, la Ville de Montréal dévoile les principes directeurs et les axes d'intervention de sa Politique de l’enfant, intitulée Naître, grandi, s'épanouir à Montréal : de l'enfance à l'adolescence. Cette stratégie souhaite contribuer à l’épanouissement de tous les enfants de la ville. Le CRIEM est alors approché afin d’établir un comité consultatif interdisciplinaire dont le mandat consiste à soutenir la ville quant à l’atteinte des objectifs de la politique, mais également, par la recherche, à faire connaître des solutions innovantes quant aux défis rencontrés par les petit·e·s montréalais·es.

Des chercheur·e·s provenant de disciplines variées se réunissent le 30 juin dans le cadre d’une journée d'étude consacrée à la thématique du « vivre ensemble » dans les grandes villes. Les discussions et présentations qui émergent de cette journée inspirent la publication du collectif Vivre ensemble à Montréal. Épreuves et convivialités en 2017.En août 2016, à l’initiative du CRIEM, les Éditions Leméac publient un recueil d’essais dirigé par Pascal Brissette et de Mathieu Lapointe. Corruption. Montréal et ses démons rassemble des contributions de chercheur·e·s issus de plusieurs domaines, y compris Harold Bérubé, Laurence Bherer, Sandra Breux, Marc-Antoine Dilhac, Mathieu Lapointe, Danielle Morin, Robert Sparling et Daniel Weinstock et contribue à la réflexion sur la corruption et la collusion qui a sévi dans la métropole québécoise. Le 27 octobre a lieu la première édition des midi-discussions du CRIEM, en présence de l'auteure de Chronique des arts de la scène, Marie-Thérese Lefebvre.

2015

Le mandat de Pascal Brissette à la tête du CRIEM est reconduit pour deux ans (2015-2017). En décembre, le CRIEM s'installe dans ses nouveaux locaux au 3438 rue McTavish. À partir de janvier, le CRIEM tient des rencontres bimensuelles au cours desquelles sont présentés des projets, des centres (Villes Régions Monde, CRISES, Archives de Montréal) et différents ouvrages sur Montréal :

  • 15 janvier: Mario Robert (dir.), Quand les archives racontent Montréal: 110 pièces d'exception, Publications du Québec, 2013. Présentation de Mario Robert, Chef du Service des archives de la Ville de Montréal. Commentaire de Sherry Olson (McGill) et de Sylvie Taschereau (UQTR).
  • 29 janvier: Catherine Charlebois et Paul-André Linteau (dir.), Quartiers disparus, éd. Cardinal, 2014. Présentation de Jean-François Leclerc, directeur du Centre d'histoire de Montréal, de Catherine Charlebois, muséologue, et de Paul-André Linteau, historien et professeur au Département d'histoire de l'UQAM. Commentaires de Francine Dansereau (INRS).
  • 12 février: Sherry Simon, Villes en traduction. Calcutta, Trieste, Barcelone et Montréal, PUM, 2013. Présentation de Sherry Simon, professeure au Département d'études françaises de l'Université Concordia. Commentaires de Gillian Lane-Mercier (McGill) et de Robert Schwartzwald, professeur au Département d'études anglaises de l'Université de Montréal.
  • 26 février: Benoît Lévesque, Jean-Marc Fontan et Juan-Luis Klein (dir.), L'innovation sociale: les marches d'une construction théorique et pratique, PUQ, 2014. Présentation de Juan-Luis Klein et Benoît Léger, du Centre de recherche sur les innovations sociales de l'UQAM. Commentaires de Monique Vallée, Responsable de l'économie sociale de la Ville de Montréal, et de Vincent Van Schendel, Directeur général de Territoires innovants.
  • 26 mars: Mathieu Lapointe, Nettoyer Montréal. Les campagnes de moralité publique, 1940-1954, Septentrion, 2014. Présentation de Mathieu Lapointe, historien et chercheur postdoctoral au Centre d'études canadiennes de McGill. Commentaires de Sandra Breux, professeure à l'INRS et membre du Centre Urbanisation, Culture, Société.
  • 23 avril: Léon Robichaud, Harold Bérubé et Donald Fyson (dir.), La gouvernance montréalaise: de la ville-frontière à la métropole, Éditions MultiMondes, 2014. Présentation de l'ouvrage par Harold Bérubé et Donald Fyson.

Le 12 juin, le CRIEM reçoit les membres de l'Association internationale des études québécoises (AIEQ) à l'occasion de son assemblée générale annuelle. Pour soutenir les activités de l'AIEQ et montrer l'appui de McGill, M. Marcil annonce qu'en plus de la contribution annuelle de 5000$ versée à l'Association, McGill s'engage à défrayer les coûts de 15 abonnements pour des étudiants des études supérieures et ceux d'un stage étudiant de 2 mois à l'AIEQ.

 

2014

La direction du CRIEM est confiée à Pascal Brissette, de retour d'un congé sabbatique d'un an. Il s'entoure d'un comité de direction composé des professeur·e·s Annick Germain (INRS), Gillian Lane-Mercier (McGill), Sherry Olson (McGill), William Straw (McGill) et Daniel Weinstock (McGill). En septembre, les membres conviennent des deux mandats prioritaires du CRIEM:

  • Stimuler la recherche émergente en études montréalaises et fédérer celle qui se fait au sein des différentes disciplines et universités;
  • Développer des partenariats, des thématiques et des projets de recherche fondamentale et appliquée avec les milieux économiques, sociaux, culturels et gouvernementaux de Montréal.

Le 17 novembre, à l'occasion du grand événement organisé par la BMO, Je Vois Montréal, Pascal Brissette et Daniel Weinstock présentent le CRIEM aux Montréalais. À la fin de la journée, Pascal Brissette signe un engagement pour le CRIEM : augmentation et diversification du membrariat (60 chercheur·e·s de toutes les universités montréalaises en 2017); stimulation de la recherche par le biais de bourses, prix et soutien aux activités savantes; appui du transfert de connaissances et des interactions entre chercheur·e·s, développeur·euse·s, communautés et citoyen·ne·s par le biais, notamment, d'une plateforme électronique.

 

2013

Le 28 février, le CRIEM tient au Centre canadien d'architecture une journée d'étude intitulée « L’inspecteur général de la ville de Montréal. Le salut vers une ville intégrée? » Cette activité est suivie d'une table ronde, « Leçons du passé », autour de la collusion et de la corruption à Montréal. Les intervenants de cette journée sont Marc-Antoine Dilhac (Philosophie, Université de Montréal), Harold Bérubé (Histoire, Université de Sherbrooke), Mathieu Lapointe (Histoire, Institut d’études canadiennes de l’Université McGill), André Fortier (directeur, Observatoire de l’Administration publique), Danielle Morin (Sciences comptables, HEC) et Mario Paul-Hus (associé principal, Municonseil).

Les 18 et 19 octobre, avec plus de 35 chercheur·e·s provenant de toutes les universités montréalaises, le Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises (CRIEM) est officiellement lancé. Les codirecteur·rice·s du CRIEM, Gillian Lane-Mercier, Will Straw et Daniel Weinstock, tiennent pour l'occasion un colloque ayant pour titre La créativité urbaine en questions : le cas de Montréal ville créative. Stéphan Gervais assume pour sa part la coordination scientifique du CRIEM.

2012

Après avoir rencontré, avec Stéphan Gervais, plus de 30 chercheur·e·s et administrateur·rice·s de McGill et d'autres universités, Pascal Brissette dépose un rapport demandant la création d'un centre de recherches interdisciplinaires consacré à Montréal, dont la vocation sera de stimuler et de fédérer la recherche sur la métropole québécoise, et de favoriser le transfert de connaissances. Il constate que, contrairement aux études portant sur le Québec, structurées par plusieurs centres arrivés à maturité (CRILCQ, CIÉQ, CÉTUQ, GRÉLCQ, etc.), les études sur Montréal sont pour l'essentiel menées par des chercheur·e·s et des groupes relativement isolés (si l'on excepte le secteur des études urbaines et spatiales à proprement parler, qu'animent et valorisent des instances comme Villes Régions Monde). Aussi, Montréal constitue un objet multifacette et complexe qui gagnerait à être appréhendé par le biais d'une interdisciplinarité large :

« On ne peut résumer tout le Québec à partir d’un cas d’espèce comme Montréal, mais la mégapole québécoise, en raison de sa complexité et des contradictions qui s’y exacerbent, peut servir d’objet d’étude extrêmement révélateur de la société québécoise. Elle est un laboratoire idéal pour le travail en collaboration de chercheurs issus de disciplines aussi différentes que le droit, l’architecture, la musique, la géographie, la sociologie, les études environnementales et urbaines, l’histoire des religions, de la littérature ou de la médecine. »

Grâce à une subvention de démarrage attribuée par le Bureau de la vice-principale à la recherche, Rosie Goldstein, un premier groupe de chercheur·e·s se forme et travaille en ateliers à partir du mois de septembre 2012.

2011

À l'occasion du 50e anniversaire de la création du Centre d’études canadiennes-françaises de McGill (1963), devenu en 1993 le Programme d’études sur le Québec (PÉQ), un comité de réflexion est mis sur pied par le doyen de la Faculté des arts, Christopher Manfredi, pour réfléchir à l'avenir des études québécoises à McGill. Présidé par Pascal Brissette, alors directeur du PÉQ et professeur au Département de langue et littérature françaises, ce comité était composé de Michel Biron (Département de langue et littérature françaises), de Gretta Chambers (Chancelière émérite), de Catherine Desbarats (Département d’histoire et ancienne directrice du PÉQ), de Stéphan Gervais (Coordonnateur des études québécoises, PÉQ), de Jarrett Rudy (Département d’histoire et ancien directeur du PÉQ), d'Yvan Lamonde (Département de langue et littératures françaises), de Roderick Macdonald (Faculté de droit et ancien membre du comité consultatif du PÉQ) et de Will Straw (Département de Art history and communication studies et directeur de l’Institut d’études canadiennes de McGill).

Au terme de ses discussions, le comité convient que le PÉQ, qui est un programme d'enseignement et non une unité de recherche, ne peut être un levier de développement et de redéploiement des études québécoises au sein de McGill, et qu'il faut envisager la création d'un centre de recherche.

« Le temps est venu pour McGill de se repositionner avec force sur l’échiquier de la recherche en études québécoises, de tirer avantage de son statut d’université de langue anglaise enracinée au Québec et de son rayonnement international, et de faire valoir, par son engagement dans la recherche sur le Québec, le rôle unique qu’il peut jouer dans le développement de la société québécoise. »

À la suite de ce rapport (décembre 2011), le doyen Manfredi demande à Pascal Brissette de « consulter et de rencontrer des chercheur·e·s de McGill et de l'extérieur de McGill pour réfléchir à l’intégration d’un nouveau centre de recherche en études québécoises aux structures déjà existantes au sein de l'université, et à la complémentarité de ce dernier vis-à-vis des autres centres de recherche sur le Québec déjà existants.

Back to top